La première loi de Joe Abercrombie [série]

" — Il est un peu sourd, murmura Silber, mais personne ne connaît ces ouvrages mieux que lui.
Il réfléchit quelques instants à ce qu'il venait de dire, en examinant les rayonnages qui s'étiraient autour d'eux à l'infini.
— En réalité, personne d'autre ne les connaît. »
Joe Abercrombie (P379)



L'auteur


Joe Abercrombie est né en 1974 en Angleterre.

Il a effectué ses études dans de grandes écoles, mais a surtout consacré son temps aux jeux sur ordinateurs... avant d'intégrer l'université de psychologie de Manchester.

Vivant de petits boulots, il a tout de même réussi une carrière dans le monde du cinéma en devenant producteur indépendant... et a obtenu de nombreux prix pour se réalisations. Toutefois, une envie de redéfinir le genre fantastique l'a poussé, à deux reprises, à écrire une trilogie basée sur les mésaventures d'un barbare nommé Logen Neuf-Doigts.

La première mouture fut assez décevante... la seconde est franchement réussie !

Son site 

Le résumé officiel

Logen Neuf-Doigts, le barbare le plus redouté du Nord a finalement vu sa chance tourner : son dernier combat risque bien d'être celui de trop. La perspective de ne laisser à ses ennemis hilares qu'une poignée de mauvaises chansons ne l'enchante guère ; aussi, quand les esprits lui révèlent qu'un mystérieux mage l'attend au Sud, se met-il en route. Après tout, qu'a-t-il de mieux à faire ?

Jeune et fringant officier, le capitaine Jezal dan Luthar n'a rien de plus dangereux en tête qu'arnaquer ses amis aux cartes, se mettre minable et remporter le Tournoi annuel d'escrime. Mais la guerre gronde, et les batailles qu'on livre sur le front du Nord ne s'interrompent pas au premier sang.

Tortionnaire accompli, l'Inquisiteur Glotka ne rêve que de voir l'arrogant capitaine tomber entre ses mains. Mais lui ou un autre, Glotka déteste tout le monde : obtenir des aveux de traîtrise à longueur de journée laisse peu de place à l'amitié. Sa dernière piste de cadavres pourrait bien le conduire droit au cœur du gouvernement corrompu... si toutefois il vit assez longtemps pour la suivre.

Alors que de funestes complots sont sur le point d'être révélés, que des querelles millénaires remontent à la surface, la ligne qui sépare les héros des traîtres est assez fine pour faire couler le sang !

La série


La série se compose de trois livres :
  • Premier Sang
  • Déraison et sentiments
  • Dernière Qurelle
Le petit plus : 

Un roman graphique de La première loi ! L'adaptation graphique de la Série La Première Loi par Chuck Dixon, graphisme d'Andie Tong, et couleur de Pete Pantazis. Lettrage et conception de projet de loi Tortolini, en partenariat avec Blind Ferret.

Disponible gratuitement sur firstlawcomic.com (en anglais, faut pas trop en demander !), avec de nouvelles pages publiées tous les lundis, mercredis et vendredis. 

Ou en version complète, avec guide et des bonus sur Comixology (payant).

L'histoire

Premier Sang

Trois hommes, trois destins. Cela pourrait être le résumé de ce livre... mais il est bien plus que cela.

L'histoire se déroule, lentement, très lentement même, alors que nous suivons les aventures et les sentiments des trois hommes cités dans le résumé.


C'est une très belle écriture, riche, complexe sans, toutefois, tomber dans phrases tortueuses. Quelques phrases très courtes, aussi. Des descriptions qui agrémentent un texte essentiellement axé sur les actions et les pensées des personnages. De nombreux dialogues, ponctués des réactions des protagonistes en présence. Dans le deuxième livre, la première partie est composée de moins de dialogues, et comporte une grande part de sentiments, de pensées. C'est un peu longuet... mais lorsque l'action revient, le livre redevient prenant.

Le narrateur est la plupart du temps l'auteur (omniscient)... mais, nous pouvons lire les pensées d'un des personnages. C'est brillant et franchement drôle par moment. Cela donne beaucoup de souplesse à certains passages qui auraient sûrement paru difficiles ou crus.

Les personnages sont plus que crédibles, ce qui est peut-être dû aux études de psychologie de l'auteur ? En tout cas, ils ont une vraie personnalité. Et il y en a des personnages... je n'en retiendrai que trois pour cette présentation : 

— Logen, le barbare qui, après une descente épique dans le Nord, se trouve mêlé à une autre histoire, bien plus troublante, et parfois plus cruelle, sans, toutefois, mesurer tous les truchements... il n'est pas vraiment naïf, il manque juste d'éléments qui lui permettraient de bien comprendre ce qui se passe devant ces yeux ! Il subit, avance, se repaît du calme ambiant... et sa maxime revient, comme une évidence.

— Jezal, l'escrimeur qui tente de rester le dandy snob que son nom lui prédestine, alors que tous veulent le voir combattre un rustre de première... et qui va se voir enrôlé de force par un mage un peu fou, accompagné de lourdauds idiots. Et dire qu'il aurait pu filer le parfait amour...

— Enfin, Glotka, l'inquisiteur qui tente de simplement vivre, un jour après l'autre, avec tout ce que son corps lui laisse endurer, et qui nous abreuve d'un humour décapant. Personnage intrigant, touchant, amenant une vision opposée de l'histoire et nous donnant, toujours, des informations fort importantes, pour la compréhension globale. J'avoue avoir eu plus d'attirance pour Glotka que pour le beau Jezal. Sa clairvoyance, son humour très noir et surtout sa force de caractère m'ont touché.

Trois destins, donc. Trois histoires qui bien sûr vont s'entremêler, et créer par cet écheveau les mailles d'une autre histoire, bien plus complexe, bien plus ample aussi, où règnent de vrais méchants cachés sous de somptueux habits et des hommes au grand cœur ayant pourtant des loques sur le dos ! Sans oublier le mage ^^

Mais aussi d'autres personnages, tous aussi bizarres et que l'on comprend importants : Ferro, femme du Sud et guerrière avertie ; le Lieutenant West qui a combattu avec Goska, et aidé Jezal dans son entraînement ; Les anciens « collègues » de Longen, hommes du Nord comme lui et aux visages couturés...

L'auteur nous entraîne non seulement dans une très belle étude de comportements, mais aussi dans celle d'une société, certes crée, mais sur une base de réalisme historique inquiétante. L'histoire se déroule finalement sur quelques mois, sans que nous n'ayons de véritables données sur le temps... juste des évocations, assez vagues (Ce n'est pas réellement dérangeant) et ne constitue que le départ de la trilogie, une sorte de prologue, déjà bien fourni d'événements. Les lieux par contre sont bien précisés, mais sans carte ! Et ça, j'apprécie...

Les bagarres sont crues, dures, détaillées. De la vraie barbarie avec ce petit atout succulent, que seule la fantasy sait nous donner, ces drôles de réactions, à la limite du comique. Pourtant, ici, la cruauté des combats n'a d'égal qu'une intrigue politique sombre et macabre. Car, si les barbares labourent leurs victimes pour sauver leur peau, les « tourmenteurs » le font pour quelques aveux souvent erronés et surtout planifiés.

Enfin, l'intrigue, menée et annoncée dès le départ, m'a tenu en haleine jusqu'à la fin. Peu de rebondissements, pourtant, non, tout est calculé et déroulé lentement, un chapitre après l'autre. Et le dernier m'a fait rager ! je n'ai pas la suite...

Beaucoup de choses sont en suspens, à la fin du premier tome, mais les micro-intrigues sont terminées.

Déraison et sentiments — juin 2011

Au début du deuxième tome, nous retrouvons non plus trois protagonistes comme dans le premier, mais plutôt des groupes séparés dans un univers en guerre ! Le mage Bayaz a réuni autour de lui une petite équipe en partance vers un lieu mystérieux et assez éloigné. Les hommes du nord descendent peu à peu vers le Sud pour tenter de s'allier avec les soldats de l'union. West, promu colonel, se voit affublé d'une mission quasiment impossible à réaliser : aider le prince — gros tas de soupe imbu de sa personne et persuadé que la guerre est un jeu — à ne pas se faire tuer et si possible le raisonner et enfin Glotka et ses tourmenteurs qui vont tenter de sauver une ville de la destruction, dans un conflit opposant l'Union aux Ghurkiens. 

Vous êtes perdus ? Et bien, c'est un peu la sensation que j'ai eue au début. Je me demandais aussi quand le livre allait devenir un tantinet plus vif, plus prenant... et ce n'est qu'à la moitié du bouquin que l'action arrive ! 

Mais le titre le dit : Sentiment... et toute la première partie est faite des sentiments — noirs — de tous ces personnages qui doutent. On les voit tout à tour et chacun se rend bien compte que la situation ne pourrait que difficilement être pire !

Et puis, peu à peu, le fil du livre m'a pris. Les scènes se sont accélérées. Les sentiments ont fait place à un peu plus d'action. Bon du coup, un peu plus de sang... de violence. Les relations durement établies lors de toute la première partie se sont montrées efficaces, avec, notamment, un début d'amitié, bien que ce terme soit trop fort, entre Ferro et Logen. Du respect, en tout cas, et la certitude de pouvoir compter sur l'autre. Avec des hommes du Nord qui décident au bon moment de ne pas se laisser guider vers la mort, comprenant que le prince est un pantin incapable et devenant par la suite ses meneurs. Avec Glotka qui devient maître de la ville et la défend, comme s'il avait un cœur. Avec enfin, une mythologie de ce monde un peu plus dévoilée !

La deuxième partie du bouquin est touchante et m'a redonné envie de poursuivre l'aventure... surtout qu'elle se termine sur une pirouette.

(2° tome lu dans le cadre du challenge 26 livres -26 auteurs 2011, et du challenge ABC Fantasy)

Dernière Querelle — avril 2013

Attendre plus d'un an, pour terminer une série, c'est parfois risqué ! le temps, les autres lectures peuvent effacer les souvenirs des exploits héroïques, l'intrigue... Sauf si les livres sont bons ! Et, les deux premiers tomes de cette série le sont, je n'ai donc eu aucun mal à replonger dans les aventures des personnages de Joe Abercrombie. 

De retour de L'Ouest, le mage et ses acolytes retrouvent le Midderland en proie à deux conflits : le Nord et Bethod institué lui-même roi, le Sud et quelques milliers de Gurkhiens. 

Mais, ce qui grève le Midderland, ce ne sont pas forcément ces ennemis extérieurs. La politique, les enjeux de pouvoir, les petites anicroches entre membres du conseil désireux de devenir Calife à la place du Roi (pas encore mort...), les rouages d'une inquisition "macabrement" célèbre pour ses fatuités à couper les ongles de façon radicale : à la première phalange ! Tout cela donne une ville où chacun tente de tirer ses cartes, garder ses doigts et paraître. J'ai adoré les passages glissés subrepticement dans l'intrigue générale et cette construction en alternance, bousculant le lecteur, l'obligeant à patienter entre deux chapitres d'un même protagoniste. Tour à tour, j'ai apprécié et détesté chacun, puisque là encore, le bien et le mal sont liés et nous apparaissent bien désuets. Qui peut jurer rester parfait et droit face à tant d'adversité ? Qui peut jurer qu'il en trahira pas lorsqu'un couperet commence à trancher ses doigts ? Qui peut jurer qu'il résistera et gardera la tête froide, en sachant qu'un mage appelle des forces obscures et détruit la moité de la ville ? 

Vous l'aurez compris c'est un très bon troisième tome que nous offre l'auteur. Il a su garder sa ligne directrice, terminer les intrigues, tout en amenant les réponses aux questions évoquées dans les premiers tomes. Quelques longueurs, toutefois. J'avoue que certains passages m'ont paru un peu gore, macabres. Et l'ensemble est un tantinet facile, presque manichéen. Presque. C'est là le mot fatal, car si bien et mal sont liés, bonheur et malheur aussi. Et, après tout, peut on dire qu'un personnage s'en sort bien, alors que l'auteur nous évoque sa possible mort, dans les pages non écrites ? 

Au final

Un très bon premier livre d'Heroïc-fantasy ! je l'ai acheté un peu par hasard... mais je lirai la suite avec un grand plaisir, car c'est une très bonne intrigue, basée sur de très bons éléments de fantasy.

Le début du deuxième tome est un peu long, mais la fin est superbe.

Le troisième termine la trilogie avec brio, mal gré quelques longueurs. 

Par contre, je le déconseille à ceux qui n'apprécient pas le genre... c'est de la fantasy épique, avec de véritable combats, bien gores. 

11 commentaires :

  1. Je pense que mon copain aimerait :)
    Quand il aura fini sa PAL je verrai pour lui offrir (il a une petite PAL, il n'en avait même pas avant ^^).

    RépondreSupprimer
  2. S'il est fan de fantasy, je suis sure qu'il appréciera.

    Une micro-Pal ? c'est déjà un bon début ^^

    RépondreSupprimer
  3. Je n'en avais encore jamais entendu parler mais je pense que ça me plairait, sans être fan j'aime bien lire un peu de ce genre de temps en temps ! C'est noté, merci :)

    RépondreSupprimer
  4. Je ne le connaissais pas avant de rentrer dans le magasin, à la Réunion... (je n'avais pas emporté suffisamment de lecture) le résumé m'a plu, et comme à mon habitude, les quelques morceaux lu au hasard à l'intérieur, aussi. Je suis vraiment contente de l'avoir acheté, au final.

    RépondreSupprimer
  5. Content que ce cycle te plaise, j'ai moi aussi passé un excellent moment avec les deux premiers tomes. C'est vrai que la première partie du second tome est plus psychologique mais je dois dire que ça me gêne pas.

    RépondreSupprimer
  6. Je note bien volontiers. J'adore lire de la fantasy de temps en temps. Merci pour cette découverte.

    RépondreSupprimer
  7. « Sans moi ! les zombies ne sont pas vraiment ce que j'affectionne le plus, le gore (même s'il t(a fait rire) non plus.»

    C'est loin d'être mon cas ! Mais celui-ci est plutôt bien passé. =)

    RépondreSupprimer
  8. NEWSLETTER !

    (77 à 79)

    Mes avis

    Le chant des âmes de Frédérick Rapilly
    Je ne suis pas un serial killer de Dan Wells
    Phaenomen d’Erik L’Homme
    Plus près du secret d’Erik L’Homme
    En des lieux obscurs d’Erik L’Homme
    Vampire kisses d’Ellen Schreiber
    Mords-moi de Parker Blue
    Le royaume des fées de Christelle Verhoest
    Là où les mots n’existent pas d’Erik L’Homme
    Ephémère de Lauren DeStefano

    Ma lecture en cours : L’héritage Jenna Fox de Mary E. Pearson

    Mon compte rendu sur le film Sortilège
    Ma PALM n°5
    Mon concours en partenariat avec Laea Sandra Bréard, pour gagner un marque page calligraphié et personnalisé

    Bonne journée

    Bon courage à ceux qui passent des épreuves

    Accrocdeslivres

    RépondreSupprimer
  9. @ BlackWolf : ce n'est pas tant la psychologie qui m'a gêné, c'est le manque de vigueur et les longueurs dans la première partie. J'ai eu du mal a lire plus de deux chapitres à la suite. Mais dès le début de la deuxième partie, le livre a été "avalé" en peu de temps...

    J'espère que le 3° sortira bien cette année.

    RépondreSupprimer
  10. @ Belledenuit : celui-ci à le mérite d'être différent et bien écrit, même s'il n'est pas à la "mode".

    Biz

    RépondreSupprimer
  11. Bon, j'attends que tu confirmes avec le 3e, histoire de me donner l'impression de ne rien mettre dans ma LAL !

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)