Le corps exquis de Poppy Z Brite







L'auteur

Poppy Z. Brite est connue pour ces écrits dits « gothique » avec des thèmes à la fois violents et à la limite du fantastique. Elle a créé une série sur les vampires par exemple, mais aussi des Serial Killers (le corps exquis 1996), avec comme base, une grande par d'érotisme et d'homosexualité. Elle a pourtant assagi sa prose tout en conservant un humour noir dévastateur... et percutant. 




Quatrième de couverture

Perversion des âmes et poésie du macabre au service d'une des fictions les plus noires jamais publiées sur les sérial killers : sans concession, choquante, répulsive. Un roman fascinant et extrémiste. Un livre violent dont aucun lecteur ne sortira indemne.

Ah, oui, j'avais prévenu ! C'est autre chose... on est loin des jolis petits livres de JKR ou encore des vampires de Meyer. Le sang là, n'est pas seulement suggéré... il est réellement présent. 


L'histoire.

Andrew Compton, un tueur en série homosexuel, s'évade de prison en simulant la mort (Ce passage est particulièrement touchant de réalisme). Il va se réfugier à la Nouvelle Orléans où il fera la rencontre d'un autre tueur en série nécrophile et cannibale, Jay Byrne. Ensemble, ils vont aller jusqu'au bout de leurs terribles fantasmes communs.

Vous êtes encore là ? Vous êtes de vrai amateurs des livres qui font froid dans le dos... alors foncez, sinon, laissez donc le livre à la bibliothèque. On est au-delà des scènes évoquées, ici, tout est décrit avec minutie, du scalpel qui s'enfonce crûment, jusqu'aux gerbes de sang... (Oui, certes, je suis habituée ! ^^).

Mais ne vous arrêtez pas à ce côté purement descriptif. L'auteur(e) a voulu faire une allégorie. Elle a transposé dans un monde réel, la violence et les fantasmes. Ces Serials Killers sont des vampires ! Affreusement tentant pour leurs proies, ils les attirent par une séduction hors norme. Ils les mènent jusque dans leur antre... et s'abreuvent de leur sang, de leur mort non plus pour subvenir à leur propre subsistance mais seulement pour assouvir d'horribles fantasmes et un besoin psychologique perverse. Avec cet auteur, plus besoin de monstres imaginaires... 

Ce livre peut paraître choquant, repoussant... car effectivement les errances malsaines et sanglantes d'un duo de psychopathes, homosexuels, cannibales et nécrophiles, a de quoi heurter les sensibilités. Les sujets présentés ne sont (malheureusement) pas communs et je doute qu'ils soient abordés dans toutes les familles, le soir à table devant les infos... télévisées. 

Mais il faut dépasser la première sensation octroyée par la lecture. Au-delà des mots et des scènes macabres, c'est aussi une remarquable œuvre contre le fléau du Sida et une histoire d'amour... entre deux hommes qui ont la même passion. Ils vont se donner l'un à l'autre. Éperdument. Et ensemble ils vont continuer à tuer et à assouvir leur faim de chair fraîche. Un point commun pour rapprocher un couple ^^.

Il y a une deuxième histoire en parallèle, entrecoupant la première, la croisant, mêlant astucieusement les personnages... et les chapitres. Un jeune homme amoureux d'un être bizarre et séropositif. Un partage jusqu'à ... vivre. Ou l'abandon de soi serait mortel... C'est magnifique de crédibilité. Ce jeune homme qui aime « la mort » et sait pertinemment que sa relation le conduira à elle. Et qui hésite...

Les personnages n'ont rien d'irréel, ils sont comme vous et moi (enfin, dans la mesure où nous pourrions très bien basculer...) et c'est pourquoi nous nous sentons si touchés par leur destin inévitable. Certes l'histoire a pour caractéristique de se passer dans un milieu entièrement masculin, ce qui vous le savez en suivant ce blog, n'est absolument pas péremptoire pour moi. 

Au final.

En conclusion, je dirai juste que j'ai adoré ce livre, je l'ai dévoré ^^ et j'ai commandé les âmes perdues, du même auteur...


(article publié en novembre 2008)

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)