MOP de Mikaël Herviaux

" Ils sont tous là, l'air grave et la chemise impeccable. On entendrait une mouche aphone voler. J'ai l'étrange impression que ce silence sera bientôt à ranger au rayon "souvenirs improbables". " 
Mikaël HErviaux (p145)




Ce livre m'a été offert par les éditions Kyklos et le site Livr@ddict que je remercie amplement. 

L'auteur

Mikaël Herviaux est né en France en 1975.

Son Métier de Journaliste, après des études en Histoire de l'art, l'a mené notamment à Madrid pendant quelques années. Passionné de musique et d'art il est naturellement devenu chroniqueur avant de tenter la traduction de l'oeuvre d'un auteur Chilien, Joan Jara. 


Le résumé Officiel

À bientôt quatre-vingts ans, Pierre-André Tanguy qui, jadis, connut le succès et la célébrité, est un acteur fini, amer, replié sur lui-même. Hanté par la mort de Didou, son meilleur ami, délaissé par sa frivole épouse, oublié par le public, il voit le monde se désagréger autour de lui.

Mais sa rencontre avec la jeune Mouna sur un quai de métro  va bouleverser le cours de son histoire.

Au prix d'incessants aller-retour entre passé et présent, MOP nous plonge au cœur d'un Paname en clair-obscur, révélant un paysage urbain tour à tour âpre et tendre, enchanté et chaotique, peuplé de figures singulières, celles des gens dits «ordinaires» : une diva polonaise, un clochard déclamant du Verlaine, un joueur de oud un peu roublard, un médecin épris de femmes girondes, un Chinois sans-papiers... ainsi qu'un mystérieux bluesman.

Et à la croisée de tous ces destins : MOP.


L'histoire

MOP.

Trois initiales à la signification un peu troublante. Est-ce un surnom ? est-ce un code... 

Il m'a fallu attendre la page 127 pour comprendre ce que ce titre un peu particulier voulait dire. et sur mon visage, naquit un sourire. Encore. 




Ce livre, poétique à souhait, déborde d'amour, d'humour et est pourtant d'une grande tristesse. Il nous raconte la vie d'un homme, au travers ses souvenirs et ses rencontres, lors de sa dernière année à Paname. 


J'avoue que j'ai craint, au départ, de ne voir racontés que des histoires passées d'autant que la forme un peu particulière du livre le laissait à croire. Mais, au fil des pages, je suis tombée amoureuse de ce vieil homme, de ses excentricités, de ses amis aussi. Au point de ressentir une légère pointe dans ma poitrine, en réalisant que j'arrivais non seulement à la fin du ivre, mais aussi a la fin de sa vie - Oh, ne croyez pas que je vous dévoile là un fait tenu secret par l'auteur ! il démarre par ce point... nous annonçant d'emblée que son personnage principal meurt.

Ce livre vous entraine dans la misère d'hommes et de femmes vivant dans un Paris où mondains et SDF partagent une seule passion : la musique. Je ne veux pas vous en dire trop, car le résumé est déjà très parlant. Toutefois, ces hommes aux dons exceptionnels et qui pourtant gravitent dans les méandres Parisiens, m'ont troublés. Combien d'entre nous se sont arrêtés sur le quai d'une station pour écouter, ébahis, un concert impromptu ? Je lai fait, et je ne peux que comprendre l'âme touchée par cette grâce.

Quand à la misère, toute l'histoire flotte autour d'elle, avec des scènes courtes mais d'une grande intensité, montrant la pauvreté, la peur, l'angoisse d'une vie apatride, l'intégration malgré tout, et une peu de ce racisme qui bouffe nos relations. C'est émouvant. C'est bien écrit. C'est franchement"à lire.

Le livre, est aussi un hommage rendu à une passion, le Jazz, au travers un musicien... et quelques personnages. Certes, plusieurs musiques trouvent dans cet ouvrage quelques lettres de noblesse. Ceci-dit, l'auteur étant journaliste spécialisé dans le domaine, il ne nous donne ici qu'un vague aperçu de la richesse du sujet. C'est très bien fait, même si on reconnait sous les mots passionnés du Médecin, l'accent de sa propre adoration ou du moins de son érudition.

Quand au MOP, j'aimerai tant que cela soit au delà du rêve...

Le style

Le livre se compose d'une succession de petites nouvelles, liées entre elles par le personnage principal, PAT, Pierre-André Tanguy. Elle ne racontent pas uniquement sa vie, ou ses souvenirs, mais aussi ses rencontres, et la vie de ces autres personnages... ce qui peut sembler un peu décousu au départ, mais devient très vite amusant.

Chaque protagoniste rencontré, nous est raconté par le narrateur-auteur, alors que les passages sur PAT, sont racontés par le personnage lui même. Cette alternance rend ce livre vif et intriguant. Il bascule du présent au passé, d'une scène à l'autre, suivant pourtant un semblant de chronologie. Le temps, limité à un an, nous ramène pourtant dans les années passées, de façon douce, sans vraiment que l'on sente le poids de cette mémoire.

Les mots utilisés par l'auteur oscille entre richesse d'un vocabulaire posé et argot d'un Paname, mâtiné de sentences typiques des personnages étrangers parlant un français approximatif. C'est coquasse, et brillamment écrit. Les phrases coulent, s'enroulent, déboussolent et chantonnent. Un brin de description, souvent au travers d'un regard, quelques annotations et deux ou trois réflexions...

Bref, une très belle écriture, que j'ai adoré dès les premières pages.

Au final

Un très beau livre, que je relirai avec grand plaisir. Je ne peux que vous le conseiller, pour la beauté du texte, pour la belle histoire racontée.

J'ai découvert ce livre grâce au site Livr@ddict et aux éditions Kyklos, que je remercie amplement. 


 et

Car, ce sont maints sourires qui sont nait au cours de cette belle lecture. 

4 commentaires :

  1. Je l'ai aussi reçu en partenariat mais toujours pas lu (j'ai un peu de retard !) mais là tu me donnes envie !!

    RépondreSupprimer
  2. Et bien, n'hésite pas... j'avoue que j'ai craint au départ, mais la plume magique de cet auteur m'a fait voleter au dessus des pages...

    RépondreSupprimer
  3. Je ne pense pas céder pour ce titre, trop de livres prévus dans le genre mais je le note dans un coin au cas où les avis comme le tien se succèdent ;)

    RépondreSupprimer
  4. Franchement, n'hesite pas... c'est un de mes coups de coeurs de cette annee. Biz

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)