Waylander de David Gemmell

" - Il fut un temps où j'étais un agneau qui jouait dans une prairie. Puis les loups sont venus. Aujourd'hui, je suis un aigle, je vole dans un univers différent.
- Et aujourd'hui vous tuez les agneaux ? l'avait accusé Dardalion. 
- Non, prêtre. On ne paie pas pour des agneaux."
David Gemmel (P311)


L'auteur

David Gemmell est né en août 1948 à Londres et est décédé en 2006. 

Tout d'abord videur puis journaliste, il est devenu auteur de best-sellers après le succès de Légende (1984). 

Il est actuellement reconnu comme le maître de l'Heroic Fantasy en Grande-Bretagne. 

Le résumé officiel
 Le Roi de Drenaï a été assassiné. Une armée d’envahisseurs déferle sur le pays, avec pour ordre de tuer hommes, femmes et enfants. Mais tout espoir n’est pas perdu. Il repose sur les épaules de celui que la nation surnomme Waylander. Seul, il va s’aventurer en territoire nadir pour retrouver la célèbre Armure de Bronze, symbole de liberté. Mais peut-on faire confiance à ce Waylander ? Après tout, c’est lui qui a assassiné le roi.

Édition des 10 ans de Bragelonne (2010) - 358 pages - ISBN-13: 978-2352943921

La série

Ce livre peut être lu seul. Mais deux autres livres parlent du même personnage :

- Drenaï - Waylander II  - Dans le royaume du loup.
- Drenaï - Waylander III - Le Héros dans l'ombre



L'histoire

Faire d'un assassin un héros ! voilà le défi. Voilà ce que nous raconte David Gemmel. Comme un homme devient un tueur, redouté, et comment il rendra sa force et sa gloire à une nation, un peuple.

Le défi est ardu. L'histoire est belle. Le tout donne un livre que je voulais lire depuis assez longtemps, le sachant très bon, et collant à ce style que j'aime : L'Héroïc-fantasy.

Car bien sûr, avec cet auteur, il fallait s'en douter, l'homme devra affronter la magie, belle ou néfaste. Des hommes aux pouvoirs dévastateurs vont l'attaquer, le poursuivre, l'acculer et quasiment le tuer. Il luttera, combattra, digne chevalier sans armure, héros au cœur lourd, aussi prompt qu'un elfe mais restant un simple humain. Souffrant, aimant, luttant. Avec cette indicible espoir qui nait en notre cœur lorsque sa vie est en danger...

Mais, car il y a un mais, cette aventure est aussi celle d'autres personnages que nous suivons tout au long du livre. C'est au travers toutes ces histoires que nous apprendrons le devenir d'une nation. Certains sont bons, d'autres un peu moins. Certains seraient bons s'ils n'étaient pas dans le camps opposé... D'autres doutent d'être réellement si bons. C'est admirablement pensé. C'est traité avec une justesse simple et efficace.

Sans oublier la petite part de romance, qui donne à cette belle épopée un brin de douceur, avec une  demoiselle au caractère bien trempé !

Alors, certes, comme dans tous les livres de ce genre, il y a une épopée, une cause à défendre par le pas vraiment preux chevalier, qui se voit obligé de tuer maints méchants-barbares-affreux-pas-gentils avant de parvenir au prix de bien des dangers à achever sa mission, et donc le livre. J'adore ! David Gemmel a su donner à ces méchants une aura particulière. Ils ne sont pas uniquement des brutes épaisses que notre héros peut éliminer en un jet de couteau. Non, il leur a donné un charisme fou et Waylander va devoir mouiller un pu la tunique. C'est brillant.

Je regrette juste un petit point, l'ensemble est cohérent, mais j'avoue avoir tout de même un peu de mal à saisir pourquoi cet assassin accepte si aisément la mission pacifique voire mortelle qui lui est confiée. Certes il a été touché par la magie... mais je crois que j'aurais accentué sur les doutes, au lieu de le voir accepter, presque tête baissée. D'autres diront qu'il est un peu suicidaire, par certains comportements et que cette mission étant quasiment impossible, il n'a choisi de la mener à bien que pour mieux mourir ! Je ne sais trop qu'en penser à cette heure. Peut-être qu'avec le temps ?

Enfin, je parle souvent des auteurs qui font gagner le bien à la fin, et donnent à leurs héros trop de chance. Lisez et vous comprendrez pourquoi je tiens à ce que les héros "défaillent.".. l'opposition du bien et du mal est un concept que transcrit l'auteur de façon assez sournoise. Est-ce que l'on peut être bon en étant un assassin ? 

Le style.

Les mots sont d'une simplicité effarante. Les scènes s'enchainent, rapidement, avec quelques descriptions sommaires soit des hommes que nous rencontrons, soit des lieux. C'est rustique, sans enluminures inutiles. Sobre. Admirable dans les moments vifs avec des phrases courtes. Peu de répétitions, et toujours une petite annotation clarifiant la situation, même si elle était limpide et comprise par la mise en place.

L'alternance de courts passages avec des dialogues, parfois assez long, donne un rythme soutenu. Enfin, l'humour quelquefois sarcastique dont use l'auteur dans certains dialogues est tout simplement croustillant et fabuleux !

Le narrateur est extérieur et nous montre tout à tour les différents personnages, et donc lieux, de cette épopée. Il nous raconte les évènements mais approfondis aussi les sentiments, les questionnements... le tout sans perdre le rythme. Bravo.

Les personnages sont attachants et superbement décrits. Quelques mots lorsque nous les croisons la première fois, puis, des détails qui s'ajoutent, peu à peu, lors des dialogues, lors des nouvelles rencontres. Au final, ils sont tous un peu plus connus, un peu plus appréciés, ou haïs... J'ai beaucoup aimé Dardalion, bien sûr, mais Jonat aussi, farouche et sombre. Sans oublier Kay ! admirable personnage que l'on ne s'attend absolument pas à croiser.

Le temps est précisé tout au long de l'histoire, qui se déroule sur quelques mois. Pas d'illogisme, le chevalier met plusieurs jours pour parcourir plusieurs miles. Et la faim est là... la mort aussi.  

Au final

Un très bon livre d'Héroïc-fantasy ! Tout ce que j'aime s'y trouve, je suis vraiment ravie de l'avoir enfin lu.

Je pense que je lirai les suivants, je regrette seulement que Braguelone n'est pas choisi de publier l'intégrale pour ses dix ans ^^ 

6 commentaires :

LadyScar a dit…

Il accepte "facilement" cette quête car il est rongé de remords depuis son dernier meurtre (le Roi). D'autant plus quand il comprends que c'est le père du Roi qui le lui demande. C'est une forme de rédemption. Il pense également qu'il ne reviendra pas vivant de cette mission, et il ne souhaite plus vraiment vivre. Une manière de se punir, sans le faire directement (^_^)

J'adore l'extrait que tu as mis, tout en haut! Il résume bien l'état d'esprit du héros (^_^)

Lexounet a dit…

Je te rejoins tout à fait mais c'est bizarre pour la version collector, j'avais cru comprendre que Bragelonne voulaient justement faire la saga entière...

les mots de nanet a dit…

Et bien, je l'espérai un peu, mais il ne s'agit là que du tome 1... toutefois, ils ont aussi imprimé Légende (que j'ai du coup racheté ^^)

biz

les mots de nanet a dit…

@ lady (je n'avais pas vu ton com.... ) Oui, tu as surement raison, il part un peu pour obtenir ce pardon, que lui offre en quelques sorte l'homme dont il a tué le fils.
Mais comme je le notais, c'est un peu suicidaire... Gemmel a mêlé le tout et cela reste un peu sombre, à mes yeux.

Biz

Walpurgis a dit…

Je l'ai lu et je trouve que c'est un peu trop dans le même genre que Druss mais cela reste un bon livre !

nanet a dit…

@ Wal : je n'ai pas encore lu Druss... et le prochaine sera renégats que l'on vient de m'offrir ! Biz

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)