Les derniers jours de Gerardo Varcel de Olivier Nordon

"D'un coup d'avertisseur comminatoire, il réveilla le gardien endormi dans la guitoune. Celui-ci s'empressa d'ouvrir les grilles de l'entrée de al Fabrique avec un aussi large sourire que le lui permettaient les quelques dents qui lui restaient."
O Nordon (P49)


Ce livre m'a été offert par les éditions Maxima et le site Livr@ddict que je tiens à remercier. 
Une belle découverte.

L'auteur

Olivier Nordon  est Médecin du sport, créateur d'une Sup. de Co., patron de PME…

Il est aussi baroudeur dans l'âme, il est particulièrement attaché à l'Amérique latine où il a sympathisé avec Gabriel Garcia Márquez, son modèle en écriture.



Le résumé officiel

"Comme la plupart des gens qui font plus attention à eux-mêmes qu'aux autres, Gerardo Varcel n'était pas très physionomiste. Lorsque, le jeudi précédent, il avait lui-même signé la lettre de licenciement de Roberto Mendía, c'est le visage d'un autre qu'il avait en tête.
Faut-il être distrait.
Subitement, Varcel saisit sa méprise : cet homme inconsolable qui l'empêchait de lire tranquillement son journal, était Roberto Mendía, le responsable informatique du Service Production. Varcel l'avait toujours confondu avec Alberto Mendez, patron du Service Après-Vente.
Roberto Mendía, Alberto Mendez : on n'a pas idée d'embaucher deux personnes avec le même nom, ou presque.
Quand on était venu lui demander la tête de Roberto Mendía, Varcel avait pensé à Mendez et s'était empressé d'accepter : Alberto Mendez était un proche de son adjoint détesté. Une trop belle occasion.
Forcément, il avait dû être surpris, Roberto."


Editeur : Maxima (27 février 2003) - 192 pages - ISBN-13: 978-2840013358

L'histoire

Il n'y a pas une mais plusieurs histoires dans ce tout petit livre. Plusieurs histoires de meurtres, assez sordides d'ailleurs, et racontés par un homme un peu particulier, UMPJ - surnom de Gabriel Chavez - speakrin à la radio, connu pour ces chroniques matinales. Cet homme, dont nous apprenons au fil des pages quelques bribes d'existence, prend un plaisir malsain à détourner des affaires réelles pour faire saliver de peur (ou d'envie) la population de la capitale Guatémaltèque (oui, l'histoire se passe au Guatemala, mais c'est un détail, elle pourrait se dérouler a peu près partout).

Mais, comme je le disais, il y a plusieurs histoires dans ce roman. Celles d'hommes et de femmes gravitant autour de la FNT et étant susceptible de tuer Gerardo Varcel. Oui, ceci n'est pas un scoop, puisque le titre l'annonce, Gerardo va mourir. Le seul point à determiner c'est qui sera l'auteur de ce meurtre ! Du coup, nous voyons défiler, pendant la dernière semaine, les suspect potentiels. Nous découvrons les mobiles possibles.

Entre temps, UMPJ continue son travail et nous narre les morts d'autres pauvres bougres.

Et l'histoire avance.

Et, moi, je l'ai lu avec délectation. Non pas que ces petits meurtres dévoilés soient grandioses. Non pas que la vie de Gerardo soit passionnante. Non, c'est autre chose, une ambiance, un timbre. Un amalgame de bonnes petites histoires que le narrateur à su nous concocter et lier de façon amusante.

Alors, bien sûr, le meurtrier de Gerardo est évident. Ce n'est pas le propos de ce petit policier. C'est tout le reste...

Le style

C'est surement un des points fort de ce livre. Les chapitres sont assez courts et surtout présentés de façon un peu déroutante au premier regard. Ici, chaque paragraphe est différencié des autres, ils sont donc très sommaire, parfois réduit à une unique phrase, une ligne. Chacun révélant soit un trait de caractère, un souvenir... un détail. puis, le suivant continu l'histoire. Très peu de description, de lieu donc, mais cela ne dérange pas, car le but de ce bouquin est ailleurs.

Mais au milieu de tout cela, les contes radiologiques de UMPJ sont au contraire des pavés plus longs, plus construits..

La narration est faite par l'auteur, extérieure donc, sauf pour quelques rares chapitres... où il bascule à la première personne (par exemple pour les histoires racontés par UMPJ). C'est une construction intéressante, qui permet de s'approprier les personnages.

Le style est posé. Simple. Harmonieux. Sans grande recherche artistique, mais avec un langage tout de même soutenu. Abordable donc et un brin d'humour, finement amené, jamais lourd. Parfait.

Je ne vais pas vraiment parler de tous ce petit monde, tout d'abord parce qu'il y a une grande quantité d'acteurs dans ce bouquin. Ils sont bien décrit en quelques mots, avec les points importants à connaitre pour la compréhension de leurs gestes.

Le temps est limité à une semaine. Sept jours... sept meurtres. Quelques rares rappels du passé, plus pour situer les personages.

Au final

J'avais trouvé le résumé intéressant, lors de la proposition de partenariat par Livr@ddict et Maxima.

Ce livre est l'un de mes coups de cœur de l'année. J'ai été bluffé par sa simplicité, son humour tendre, alors que le sujet est pourtant assez particulier. Et je ne dirai qu'une dernière petite chose : foncez !

4 commentaires :

  1. Je viens de terminer ce livre dans le cadre du même partenariat que toi et j'ai pas aimé du tout ^^

    Jvais d'ailleurs aller faire ma chronique !

    A bientôt ;)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour petite grenouille

    Comment vas-tu ?
    Que racontes-tu depuis tout ce temps ?
    Suite à ton commentaire, j'ai lu tu n'iras plus sur l'autre blog, aussi je viendrais te prévenir ici si tu es d'accord.

    Alors tu as un peu entendu parler de Matthew Pearl et ses livres ? c'est un jeune auteur, et je n'ai lu de lui que l'ombre d'Edgar Poe mais je compte bien acheter "le cercle de Dante" surtout qu'il parait qui est meilleur donc ça me fera une sorte de progression par rapport au style de l'auteur.

    Je t'embrasse petite grenouille.

    A bientôt j'espère

    RépondreSupprimer
  3. @ liloochat : Cela en m'étonne pas, ce livre est déroutant, je pense que l'on doit pouvoir aimer ou détester...

    Biz

    RépondreSupprimer
  4. Kitsune, je rzgarderai plus précisément pour Mathieu Pearl.

    Pour l'autre blog, il va finir sa petite vie tranquille...

    biz

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)