Artemis Fowl de Eoin Colfer


Artemis sentit l’excitation du succès accélérer son rythme cardiaque. Presque chaque pictogramme ou caractère avait un équivalant égyptien.  La plupart possédait un sens universel, tels que le soleil ou les oiseaux. Mais d’autres semblaient appartenir exclusivement au monde surnaturel et devraient être adaptés pour leur correspondance.


Avant tout, je voudrais remercier Platinegirl et CC qui m'ont offert chacune ce livre... la même semaine ^^ 

L’auteur

Eoin Colfer es né en1965 en Irlande.

Tout jeune, il écrit une pièce de théâtre pour sa classe. Après ses études il devient enseignant. Grand voyageur, il a travaillé en Arabie Saoudite, en Tunisie et en Italie, avant de revenir en Irlande. Il se consacre maintenant à l'écriture. Il est reconnu comme un auteur pour la jeunesse dans son pays.




Le résumé officiel 

Nom : Fowl - Prénom : Artemis - Age : 12 ans - Signes particuliers : Une intelligence hors du commun
Profession : Voleur - Recherché pour : enlèvement d’une fée et demande de rançon

Appel à tous les FARfadets, membres des Forces Armés de Régulation du Peuple des Fées : cet humain est dangereux et doit être neutralisé par tous les moyens possibles.

Un antihéros pétillant de malice, une galerie de personnages décapants, des dialogues vifs et intelligents, une histoire au rythme débridé… Laissez-vous entrainer dans l’univers sophistiqué d’Eoin Colfer, unique et enchanteur.

Le texte en sigle est le suivant : « Artemis Fowl, un génie, un bandit d'exception, un millionnaire et il n'a que douze ans »

La série

 Actuellement cette série compte 6 livres en français et un septième vient de paraitre outre-manche.
  • Artemis Fowl
  • Artemis Fowl 2 : Mission polaire
  • Artemis Fowl 3 : Code éternité
  • Artemis Fowl 4 : Opération Opale
  • Artemis Fowl 5 : Colonie perdue
  • Artemis Fowl 6 : Le Paradoxe du temps
  • Artemis Fowl 7 : Le Complexe Atlantis (sorti en juillet 2010 en Angleterre)

L’histoire

L’histoire commence par un petit prologue, où le narrateur tente de nous présenter Artemis, sujet insaisissable et d’une intelligence folle, mais mettant celle-ci au profit de sa fortune, et ceux au détriment de bien des êtres…

L’auteur nous dévoile peu à peu son univers particulier. Dans les premieres pages, on se croirait dans un roman d’espionnage pré pubère ! J’ai eu un gros doute, et j’avoue que sans le résumé, je pense que je n’aurais pas poursuivi ma lecture… Le début n’est juste qu’une petite présentation de la relation entre Artemis et le monde, et plus précisément Butler, son majordome-garde du corps-confident - et ami, si tant est que ce jeune malfrat puisse en avoir. 

Les premières pages avalées, le livre entier ayant été lu en une poignée d’heures, je suis enfin arrivée au petit truc en plus qui fait basculer dans la fantasy : une fée. Bon, celle que nous rencontrons en premier à un tantinet mal tourné, et préfère l’eau de vie à toutes autres boissons. Artemis, fidèle a sa réputation, du moins a celle que lui dépeint notre auteur, soustrait à cette demoiselle en détresse, un objet d’une valeur inestimable, contre un petit coup de pouce. La suite s’écoule prestement, Artemis, découvrant les secrets normalement bien cachés du monde des fées avec une facilité déconcertante… et va user de tout cela pour s’enrichir !

Et oui, ce héros ne va pas sauver le monde… C’est surement le point fort de ce livre, la trame est innovante. Pour une fois, le jeune héros surpuissant bien qu’ignorant ses talents ne doit pas sauver un monde en perdition à cause d’un méchant pas beau qui a tué de surcroit ses adorables parents eux-mêmes surpuissant… N’y voyez qu’humour de ma part, j’aime beaucoup la fantasy, mais c’est une trame assez répandue et le livre d’Eoin Colfer apporte sur ce coup une grande fraicheur. Artemis est certes doué, mais ne sauvera pas les humains face aux elfes et autres lutins, ni le contraire. A vrai dire il s’en fout comme de sa dernière sucette (j’ai bien aimé ce petit passage) , lui, ce qu’il vaut c’est les lingots d’or des lutins. Leur trésor ! Celui que la tradition dit se trouver aux pieds des arcs-en-ciel… 

Novateur, donc, et distrayant. Mais c’est tout. Car, malgré des pointes d’humour, des personnages caractériels (à défaut d’avoir du caractère) le livre ne m’a pas accroché. Je l’ai lu rapidement, mais sans réel plaisir, sans vrai intérêt. 

L’intrigue est bonne, mais d’une facilité déconcertante. Les artifices déployés par l’auteur tombent à plat, et l’humour du centaure devient même pesant. 

Enfin, la petite note de fin, m’a semblée assez inutile. Elle donne la sensation que l’auteur s’excuse pour cette histoire. Cela plombe le tout, alors que terminer sur le dernier chapitre aurait laissé une part de mystère. 

 Le style

Le narrateur est extérieur et nous montre les scènes vues par chaque protagoniste ce qui rend le rythme moins soutenu. Dommage. C’est le concept choisi dès le départ, puisque nous sommes censés lire des rapports écrits collectés par le narrateur, afin de constituer un dossier sur Artemis. Sauf que cela dérape et que nous suivons l’histoire vue par les personnages en même temps, basculant de l’un à l’autre. Ce fait n’est pas nouveau et peut amener une plus grande compréhension de l’histoire… mais si on est réellement dans un recueil de données, relaté par un ou l’autre des personnages, cela ne devrait pas être ! Reste la possibilité que le narrateur soit un peu pommé lui-même ? Ce qui est probable lorsque l’on sait qui il est… 

Bref, cette structure ne m’a pas convaincue et pèche par un manque de rythme et des fractionnements trop fréquents.

Les personnages sont atypiques et c’est là un bon point. L’auteur a su donner à chacun un rôle bien précis et a tenté de leur créer un caractère. Toutefois je les ai trouvés un peu caricaturaux : le chef est l’archétype du râleur, le savant ironique finit par souler… avec ces blagues, l’arriviste n’arrive pas. 

J’ai pourtant apprécié Butler, armure à glace maître d’arts martiaux et pourtant ayant encore un cœur… et j’ai sourit face aux réactions de Juliet, la sœur un peu délurée. 

Le temps passe rapidement, après le premier chapitre, il s’écoule quelques mois dont l’auteur nous fait grâce,  puis tout se déroule en huit petites heures. Joli trouvaille, d’ailleurs que ce laps de temps, même si je n’ai pas trop bien compris comment le nain pouvait arriver quelques minutes après qu’il est été demandé, alors que dans son coin six heurs s’écoulent ? artifice de l’auteur qui reste inexpliqué (j’ai relu le passage trois fois… ) 

Au final

J’entends parler de cette histoire depuis quelques années, comme une révolution dans la fantasy ! Je ne suis pas du tout convaincue. C’est novateur, frais mais pas de coup de cœur pour ma part. Finalement, je préfère encore les histoires où le héros surpuissant…

6 commentaires :

  1. Je crois qu'à trop vouloir créer un anti héros, l'auteur a négligé quelques fondamentaux. Pour une fois, je ne sais même pas si je lirai la suite.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai beaucoup hésité à me lancer dans cette série, le résumé, le titre, la couverture n'étaient pas pour me plaire. Je ne l'ai au final pas touchée, mais cela peut toujours changer...

    (Ça y est, j'ai enfin réussi à m'installer sur Overblog !)

    Alix (fantastics-books/ irrésistiblement-lecture)

    RépondreSupprimer
  3. @ Lexou : Tu as peut-être raison, la théorie de l'anti-héros se tient. Et Holly, l'elfe serait la principale héroïne... mas l'ensemble ne m'a pas convaincu. Je ne lirai pas non plus la suite.

    @ Alix : j'ai vu cette série à de nombreuses reprises. Elle manquait à ma "culture" fantasy et l'occasion du baby-challenge m'a permis de combler cette "lacune". Mais je ne lirai que le premier tome...

    J'avais noté ton adresse de blog, c'est toujours la même ?

    Biz

    RépondreSupprimer
  4. J'ai lu ce premier tome parce que j'avais entendu beaucoup de bien à son sujet, mais comme toi et Lexounet, je n'ai pas été convaincue. Les autres tomes n'ont même pas réussi à se faire une place dans ma LAL..!

    RépondreSupprimer
  5. @ Merkillia : j'en avais tellement entendu parlé... et l'occasion du baby-challenge-fantasy m'a fait le lire. je suis déçue, mais bon, tous les livres ne peuvent pas nous plaire.

    RépondreSupprimer
  6. Oui c'est vrai que les deux premiers tomes sont un peu lourds, mais le troisième est bien mieux, puis le quatrième est un peu moins bien, tandis le cinquième et le sixième sont excellents !

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)