La confrérie d'Archeronde de Cyril Pujos



L'auteur

Cyril Pujos est né en France en 1979.

Après des études d'ingénieur en Physique-chimie, il mène une carrière de scientifique... Mais, c'est sa passion pour les jeux de rôle est à l'origine de oeuvre qu'il nous a concocté, entre magie et épopée fantastique.



Résumé officiel

Théophile Wolf attend avec réticence son entrée au lycée d'Archeronde. Si ce lycée prestigieux donne à ses élèves une des meilleures formations à la magie de l'Intermonde, son frère s'y est également illustré, avant d'être connu comme un assassin psychopathe, à la solde du magesang. Son évasion de la Forteresse des Cauchemars quelques jours avant la rentrée des classes alimente la psychose à son sujet. Pris en grippe par le conseiller d'éducation, Théo découvre bientôt qu'une mystérieuse confrérie œuvre dans le lycée, s'opposant aux règles, et faisant montre d'une magie inédite. De ballades nocturnes en aventures oniriques, Théo et ses amis vont bientôt découvrir qu'Archeronde est le lieu d'une bataille féroce pour la préservation de sombres secrets…

Voici un extrait.

La série

C'est une trilogie... publié aux éditions Edilivre

* La Confrérie d'Archeronde
* Le Navigateur du Magespace
* Les Héritiers de la Chimère

L'histoire

En quête de nouvelles lectures, j’ai choisi de lire un bouquin d’un jeune auteur. Toujours en littérature fantastique, je voulais quelque chose de frais… de différent ! Bon, au départ, j’ai cru m’être trompée ! Mais j’avoue que mêler dans une même histoire des étudiants en magie avec des chevaliers… est finalement pas si mal.

La Confrérie d’Archeronde  nous entraîne dans un univers ressemblant au départ étrangement à celui de Rowling et des Harry Potter !

Les trois personnages principaux, deux garçons et une fille - qui s’avère être la plus douée – donne déjà l’illusion de se retrouver dans une pale copie des héros de Poudlard. De plus, le château, isolé et entouré d’une forêt dangereuse ainsi que d’un lac… confirme ce sentiment. Sans oublier le gardien qui donne une apparence de méchanceté, un sport de balle centre de toutes les attentions…

De plus, le héros n’a rien demandé et voudrait se faire oublier, mais la légende précède sa venue.

On pourrait donc penser avec tout cela que l’affaire est faite et qu’il serait donc inutile d’aller plus loin et ce serait une erreur !

En effet, cette histoire prend racine dans un univers éducatif très proche de notre système français et si de nombreux éléments sont proches, l’évolution de l’histoire elle, ne l’est pas.

On ne voit pas ici de camps pré-formatés dès l’entrée au château. Les élèves sont bien placés dans différentes maisons, mais leur devenir ne dépend pas de ce point. Il n’y a pas de guerre intestine entre les équipes, mais bien plus des conflits et rapprochements individuels.

L’auteur prend appui sur une adolescence réelle, avec des avancées et des sentiments développés. La peur, les envies… les changements du corps humain. Les relations avec le sexe opposé se révèlent à mon sens trop facile pour le jeune héros. Tous ces points sont abordés même si j’aurais aimé les voir approfondis. Ce n’est pas le but de ce livre qui se veut avant tout un roman d’action fantastique et pas une étude psychologique.

Le style

Le style de l’auteur et la trame narrative vont permettre à un public jeune de s’y retrouver.

Par contre, je dois bien reconnaître que quelques éléments m’ont gêné. Outres quelques fautes qui émaillent le texte (rare mais présentes), l’auteur use de phrases courtes. Trop ! Il joue sur ce principe pour donner de l’influx à son texte, mais parfois, une description bien enveloppée aurait permis aux lecteurs de souffler.

Ensuite, il n’est pas facile de mener plusieurs histoires simultanément et Cyril Pujos a voulu conter dans le même tome : la découverte d’Archeronde ; l’évasion du frère psychopathe et la découverte de la Confrérie. J’ai eu le sentiment d’avoir des successions d’évènements que je n’arrivais pas à inscrire dans une globalité. A moins que la volonté de l’auteur est été de nous mettre dans la peau du héros ?  Mais là, je n’ai pas du tout accroché…

Enfin, je ne suis pas très sportive… déjà les matchs de Quiddith me barbaient… alors, là, les grands développement des matchs de Mébaltrap m’ont un peu saoulé. De plus, ils ralentissent l’intrigue.

Au final

Je dirais que ce livre recèle de bonnes idées, mais avec encore quelques erreurs de « jeunesse ».

La suite est publiée... je la lirai peut-être un de ces jours, ne serait-ce que pour connaitre le devenir de ces personnages.

Article réalisé en 2009

3 commentaires :

  1. C'est sympa de nous faire découvrir de nouveaux auteurs... :)

    RépondreSupprimer
  2. Avec plaisir ^^ surtout que ce livre vaut le détour...

    Biz

    RépondreSupprimer
  3. ♠ Newsletter Histoires-de-romans ♠

    Bonsoir !
    Je viens t'informer que la chronique de "Celui qui hante ces murs" de Fréderic Czilinder est en ligne !


    Bisous

    Kitsune

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)