Le jeu de l'ange de Carlos Ruiz Zafon

« Chaque livre a une âme, l'âme de celui qui l'a écrit et l'âme des lecteurs qui l'a fait rêver »
Carlos Ruiz Zafon



L'auteur

Carlos Ruiz Zafon est né en 1964.

Il écrit son premier roman à 14 ans ! mais, à 19 ans, il choisit pourtant de faire carrière dans la publicité... Toutefois, un appel des mots lui fait publier son premier livre : 'El Principe de las Tinieblas'

Il obtiendra en 2004 le prix Planeta pour son roman 'L' Ombre du vent'.


Le résumé officiel

« Je t'emmènerai dans un endroit secret où les livres ne meurent jamais et où personne ne peut les détruire... »

Barcelone, années 1920. David Martin, dix-sept ans, travaille au journal La Voz de la Industria. Son existence bascule un soir de crise au journal : il faut trouver de toute urgence un remplaçant au feuilletoniste dominical. Sur les conseils de Pedro Vidal, chroniqueur à ses heures, David est choisi. Son feuilleton rencontre un immense succès et, pour la première fois, David est payé pour ce qu'il aime le plus au monde : écrire.

En plein succès, David accepte l offre de deux éditeurs peu scrupuleux : produire à un rythme effréné des feuilletons sous pseudonyme. Mais après quelques années, à bout de force, David va renoncer. Ses éditeurs lui accordent alors neuf mois pour écrire son propre roman. Celui-ci, boudé par la critique et sabordé par les éditeurs, est un échec. David est d'autant plus désespéré que la jeune fille dont il est amoureux depuis toujours - et à laquelle le livre est secrètement dédié - va épouser Pedro Vidal.

Son ami libraire, Sempere, choisit ce moment pour l emmener au Cimetière des livres oubliés, où David dépose le sien. Puis arrive une offre extraordinaire : un éditeur parisien, Corelli, lui propose, moyennant cent mille francs, une fortune, de créer une texte fondateur, sorte de nouvelle Bible, « une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d être tués, d offrir leur âme ».

Du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique du meurtre se met en place autour de David. En vendant sa liberté d écrivain, aurait-il vendu son âme au diable ? Épouvanté et fasciné, David se lance dans une enquête sur ce curieux éditeur, dont les pouvoirs semblent transcender le temps et l espace.


L'histoire

Le résumé racontant bien l'histoire, je vais juste la commenter... David est un peu naïf, par certains côté, et j'aime bien ce genre de personnages qui semblent flirter avec la réalité, sans la toucher vraiment...
Apparemment c'est un phénomène de mode en Espagne, puisque les auteurs semblent donner dans le thriller fantastique, mêlant des intrigues bien pensées à du fantastique, du religieux et un peu de science occulte. Mon dernier livre d'un auteur Espagnol (Le sommeil de la raison de Aguilera) reposait sur les mêmes thèmes !

Le début du roman m'a agréablement surprise : l'ascension du jeune écrivain dans un univers un peu glauque, particulier, que Zafon décrit avec passion. La ville, Barcelone, nous apparait mystérieuse, sombre, étonnamment fantastique... Elle devient un personnage à part entière, avec ses ruelles tortueuses et ses collines aux formes arrondies, que l'auteur caresse, tendrement.

L'autre personnage que je relève est l'adorable M. Sempere, le libraire. J'avoue que cet homme m'a plu. Incroyablement. J'aurais aimé rencontrer un libraire tel que lui, passionné et si généreux. Il offre à David une vraie famille, avec beaucoup d'amour en plus d'une croyance en ses talents.

Je dirais que c'est la partie la plus touchante du livre, car la suite m'a un peu laissé pantoise... je n'ai pas vraiment accroché au déballage fantasmagorique, et j'ai fini par trouver tout cela un peu lourd. Les morts qui se succèdent, l'amour pour Christina auquel je n'ai pas cru, ni a cet individu bizarre qui paye David pour écrire un livre religieux.

Certes, le suspens qui arrive vers la quatrième partie du livre se veut intriguant, palpitant. On veut savoir qui se cache, qui est qui... qui tient les rênes et mène David vers... chut ! Mais, voilà, c'est un infime morceau du bouquin et cela n'égale pas les derniers thrillers que je viens de lire.

Fort heureusement les dialogues croustillants avec Isabella m'ont permis de ne pas rester sur ma faim. Et la fin (^^) justement qui donne à ce livre un petit coup de pouce fort charmant. Une âme.

Le style

J'ai trouvé le style de ce livre majestueux. Les descriptions, tout d'abord, des lieux, des rues, des hommes. Un délice. Les mots coulent et vous emportent, l'auteur amenant des sujets divers et variés au détour d'une page, vous entrainant dans quelques divagations philosophiques ou historique pour revenir à l'histoire de façon simple et bouleversante.

Écrit à la première personne, ce livre présente donc David comme héros. Mais, je n'ai pas du tout pu m'identifier à lui : trop imbu, trop égoïste... 

Les personnages sont sympathique, surtout le libraire, comme je le disais, mais sans plus.

Le livre est assez lent sur une bonne partie, avec des souvenirs, peu d'action. Quand à la partie speed du livre, je n'ai pas du tout accroché, au point de lire un peu en diagonale. Désolée !

Au final

Un très bon début... et une jolie fin. Au milieu, j'ai eu un peu plus de mal.

Si vous voulez découvrir cet auteur, il vous faudra donc, apparemment, préférer L'ombre du vent. Je ne sais même pas si je le lirai.

25 commentaires :

  1. les auteurs espagnol ont une approche différente du fantastique aui me plait beaucoup, cela change des histoires anglo/americain, qui propose souvent la même chose

    RépondreSupprimer
  2. As-tu lu Aguilera ? C'est aussi un auteur espagnol qui a écrit un superbe bouquin mêlant histoire et fantastique...

    Biz

    RépondreSupprimer
  3. Beaucoup ont été déçu par celui-ci en comparaison avec l'Ombre du Vent. Je n'en ai lu aucun mais je commencerai sans doute par le second.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne peux pas te le conseiller, ne l'ayant pas lu, mais l'écriture est fine et belle... Ses descriptions riches sont vraiment son point fort. On a la sensation de se balader dans la vile.

    Bonne lecture.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai lu L'Ombre du vent et j'ai adoré et celui-ci a l'air de se rapprocher beaucoup puisqu'on y retrouve le Cimetière des Livres, je le lirai peut être !

    RépondreSupprimer
  6. On retrouve aussi (bien que je ne l'ai pas lu, l'amie qui m'a prêté ce livre, si) le libraire : Sempere

    Bonne lecture.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai lu l'Ombre du vent l'an dernier et j'attends que celui-ci sorte en poche pour l'acheter.

    RépondreSupprimer
  8. Comme l'a précisé Lexounet puisque j'ai lu L'ombre du vent, je l'ai largement préféré au Jeu de l'ange même si le livre est quand même très bien à découvrir.

    RépondreSupprimer
  9. @ Frankie : j'ai une amie qui est fan depuis qu'elle a lu L'ombre du vent (Il me suffirait de le lui demander... ) et qui m'a prêté ce livre à sa sortie. Un échange régulier, d'ailleurs... mais impossible pour toi, tu es trop loin ^^
    Biz

    RépondreSupprimer
  10. @ Belledenuit : C'est ce que beaucoup disent, mais j'avoue que je n'ai pas encore eu envie de tenter l'expérience (sachant que j'ai accès au livre)

    merci d'être passé, Biz

    RépondreSupprimer
  11. J'ai adoré l'ombre du vent et celui-ci est dans ma LAL... C'est vrai que le fantastique est abordé différemment, j'aime bien personnellement ;)

    RépondreSupprimer
  12. Le fantastique mêlé à une histoire est fascinant. On flirte avec l'un comme avec l'autre... mais ici, il n'a pas su totalement me convaincre.

    Biz

    RépondreSupprimer
  13. Ah oui, c'est gentil, ça, merci, mais de toute façon, je compte me l'acheter !

    RépondreSupprimer
  14. J'ai adoré L'ombre du vent, un énorme coup de cœur pour moi. Et Le Jeu de l'ange est dans ma PAL ! Pour Frankie : il vient de sortir en poche.

    RépondreSupprimer
  15. Il ne me tente pas ... pourtant des bons billets j'en ai lu mais je ne sais pas pourquoi, pas envie !

    RépondreSupprimer
  16. @ Eli : Bonne lecture, tu me diras si tu as préféré !

    RépondreSupprimer
  17. @ Frankie : j'adore servir de relais ^^

    Biz

    RépondreSupprimer
  18. @ Véro : je ne l'ai lu que parce qu'une amie me l'a prêté... je ne regrette pas, il est bon tout de même. Et puis cela m'a permis de découvrir cet auteur. Peut-être que tu devrais tenter l'Ombre du vent ?

    RépondreSupprimer
  19. Très bon souvenir que les deux romans de Zafon!
    Deux fins très différentes un peu déstabilisantes mais sinon : tip top !

    RépondreSupprimer
  20. Ah, enfin quelqu'un qui a lu les deux et qui semble satisfaite ^^

    Biz

    RépondreSupprimer
  21. Je l'ai enfin lu et j'ai nettement préféré l'Ombre du Vent. Le trop plein de théologie m'a un peu ennuyé mais par contre je ne me lasse pas de cette magnifique Barcelone que nous décrit Zafon, c'est si beau !

    RépondreSupprimer
  22. @ Wal : C'est sympa d'être repasé donner ton avis. J'avoue que ej ne sais toujoru spas si je lirai l'ombre du vent, mais com tt le monde semble s'accorder à dire qu'il est meilleur... je me laisserais peut-être faire pour le Challenge ABC 2012 ^^

    RépondreSupprimer
  23. Et bien, j'ai envie de te dire :"Fonce !"
    A programmer pour l'année prochaine ! Hihi !

    RépondreSupprimer
  24. Merci. Je vais préparer le challenge d'ici qq jours... (octobre) avec un blog spécial, d'ailleurs, et commencer à voir les lettres que j'ai déjà. Donc, cet auteur pourra entrer éventuellement en lice.
    Biz

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)