Deux milles Kilomètres avec une balle dans le coeur de David Agrech

"La fille était contre l'Abribus. Elle était en sous-vêtements. Elle me regardait."
Premières phrases...



Ce livre m'a été offert par les éditions Le masque en partenariat avec Livr@ddict
Je les remercie pour cette découverte.


L'auteur

David Agrech est né en 1978 à Villefranche-de-Rouergue.

Après des études de philosophie et de littérature, il enseigne aujourd'hui les lettres modernes dans la région parisienne. Deux mille kilomètres avec une balle dans le coeur est son premier roman.


Le résumé officiel

Daniel Ferrey n’est rien. Même pas une petite frappe. De quoi étonner la police quand elle découvre qu’il a été la cible de tireurs bien organisés. Il faut dire qu’il passe ses journées à jouer aux courses et s’invite le soir chez sa sœur, mariée à un investisseur immobilier… un vrai parasite ! Alors cette histoire de tueur le surprend lui aussi, d’autant qu’il apprend que le tireur a été retrouvé abattu. Comme si quelqu’un cherchait à le protéger… Car Daniel en mettrait sa main à couper : le soir où on a voulu le tuer, tandis qu’il gisait sur le sol, quelqu’un - un ange gardien ? - est venu lui parler, et lui a ainsi permis de tenir jusqu’à l’arrivée des secours. Daniel ne veut pas être le dernier à comprendre et décide de mener l’enquête de son côté, une enquête à l’envers où celui qui est recherché n’est plus l’assassin mais un mystérieux « sauveur »… 

Editeur : Le Masque (13 octobre 2010) - Le Masque jaune - 360 pages - ISBN-13: 978-2702435120

L'histoire

Deux mille kilomètres et une vie en suspend. Un regard plonge notre héros dans une quête de vie, dans une recherche de cette femme qui le soir où il a failli mourir, a su lui donner un peu d'espoir. 

L'histoire commence par un meurtre, mais nous ne suivons pas les policiers dans leur enquête, nous marchons dans les pas de Daniel, celui qui à été abattu sans vraiment savoir pourquoi. Il se doute bien sûr de la cause, ou plutôt du lien entre cet assassinat commandité et lui-même ! Pourtant, il n'a pas grand chose à se reprocher...

Daniel mène une vie assez simple, un peu en marge de la société. Il gagne sa vie en effectuant des pari et l'auteur nous entraine dans un milieu fort sympathique : celui de turfistes. il nous montre ce monde un peu particulier ou gagner n'a pas grand chose à voir avec le pur hasard mais découle bien d'une recherche, d'une connaissance. Daniel a trouvé ses parques et gagne ! Oh, pas des sommes mirobolantes qui expliqueraient son meurtre... non, il gagne petit mais régulièrement. J'ai trouvé toute cette première partie du livre intéressante.

Mais le livre en conte pas uniquement cela. Il nous montre une "résurrection"... puisque Daniel va réapprendre à vivre et surtout à aimer. Le soir de sa presque mort, il a vu cette jeune femme, qui lui a permis de rester et d'attendre les secours. Il lui a parlé et décide, sur son lit d'hopital de la retrouver. 
J'ai beaucoup aimé cette petite quête, et la façon dont Daniel aborde les autres dans le livre. C'est un mélange de timidité et culot qui m'a fait sourire. Pourtant je ne me suis pas sentie proche de cet homme, ni d'aucun des personnages.

L'ensemble est assez lent,ce que j'ai trouvé étonnant pour un livre dit d'aventure. La fin s'emballe un peu après un très très long chapitre sur la vie d'une des protagonistes, que j'ai survolé par manque d'intérêt. D'ailleurs, c'est un peu comme si le livre et toute l'histoire tenait dans les trente dernières pages. C'est dommage. 

Le style

C'est le point fort de ce livre. L'auteur nous donne là une belle oeuvre écrite simplement mais de façon prenante. Les mots coulent et j'avoue que sans cette plume agréable, j'aurais posé ce livre avant de le terminer.

Les personnages sont bien dépeint, on peut aisément les imaginer même si je ne me suis pas vraiment sentie proche d'eux. Le seul qui m'a amusé c'est Manuel... le turfiste avec sa naïveté.

Le temps est assez restreint, toutefois, les longueurs du livre, avec des détails un peu inutiles, rendent certains passages assez longuets. L'histoire de Clara, par exemple, est racontée d'un seul tenant, ce qui est trop long, alors que le reste du roman alterne des chapitres relativement courts (parfois une seule page).

Au final

Une belle plume pour une histoire que je n'ai pas trouvé passionnante au fil des pages. Un très bon départ, pourtant avec une idée intéressante, mais le milieu du livre est moins envoutant. Une fin digne des livres d'aventure.

C'est typiquement le genre de livre que je n'aurais pas lu sans un partenariat, ce qui aurait été dommage Ce mode de découverte est vraiment génial et je remercie encore les édition du masque et le site Livr@ddict.




&

4 commentaires :

  1. Il ne me tente pas trop en dépit des billets plutôt positifs que je lis ...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai été attirée par le résumé, mais le livre n'est pas le meilleur lu cette année...

    Biz

    RépondreSupprimer
  3. ah, c'est rigolo, parce que j'ai beaucoup aimé le passage de Clara... mais je pense avoir plus apprécié que toi le livre, j'ai été plus "prise" au jeu que toi !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai trouvé ce personnage de femme-enfant un peu barbant. Et le délire du V.... ^^ franchement... ça m'a gonflé plus que dérouté. Je me doutais qu'elle ferait un plan bizarre, dès qu'il a dit qu'il ne se méfiait plus de ses alertes. Ché pas, je n'y ai pas cru.

    Biz

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)