Le chant d'Excallibur de Christophe Arleston & Eric Hubsch



Le scénariste

Christophe Arleston est né en 1963. 

Journaliste, rédacteur publicitaire puis auteur dramatique, il se tourne résolument vers le scénario de bandes dessinées en 1980. Il crée de nombreuses séries dans des styles très différents, et notamment  Lanfeust de Troy avec Didier Tarquin, série qui mêle aventure-fantasy et humour, et remporte un succès immédiat. 

À ce jour, Christophe Arleston est le scénariste de plusieurs séries de bandes dessinées dont la plupart sont de grands succès publics.

Sa bibliographie détaillée

L'illustrateur

 Eric Hübsch est né à Toulon en 1971.

Après les Beaux-Arts d'Angoulême (diplôme de la section Bandes Dessinées en 1992) il s'installe dans l'Hérault (^^)  Il dessine alors des logos, illustre des affiches, travaille pour des mairies, des associations, des commerçants (en particulier à Pézenas), activité qu'il poursuit toujours aujourd'hui. Il réalise en 1994 des murs peints pour la piscine de Pézenas et pour le mur d'escalade du gymnase. Éric Hübsch est aussi excellent nageur et il enseigne la natation aux enfants de Pézenas au sein du Cercle Aquatique Piscénois.
 
Le chant d'Excalibur est pour l'instant sa seule création mais il a participé à des ouvrages collectifs (La Bête du Gévaudan et Les Cahiers de l'Exotisme en 1991, Au fil du Nil en 1992 et les Filles du Soleil en 1998.).

Leur association

Cette Bande dessinée est leur seule association.

Résumé Officiel - Premier tome


On se souvient qu'au Ve siècle, le druide Merlin avait aidé le jeune Arthur à devenir roi d'Angleterre. Mais Merlin, victime de la fée Morgane, avait fini prisonnier au cœur d'un rocher...

Plusieurs siècles plus tard, en plein Moyen-Age, Merlin est libéré. Il découvre qu'autour de lui la situation a beaucoup changé. Les hommes de l'An Mil ne s'intéressent plus à la magie et partout les chapelles des chrétiens remplacent les antiques dolmens. Le petit peuple des fées se meurt, les dragons ont presque disparu, l'Irlande est envahie par les prêtres.


Avec l'aide de quelques pintes de bière et de la jeune Gwyned, descendante de Galahad, à qui il confie la fabuleuse épée Excalibur, Merlin va chercher à bouter la chrétienté hors d'Irlande et à sauver un monde de magie et d'enchantements peu à peu détruit par les nouvelles croyances.

La série

- Le Réveil de Merlin
- Le Sidhe aux Mille Charmes
- La Griffe de Rome
- La colère de Merlin
- Ys la magnifique
- Les Gardiennes de Brocéliande

L'histoire

Merlin, vous connaissez... mais nos deux amis nous ont concocté un Merlin un peu plus bravache, et un peu moins sage. Ici le vieux magicien préfère grandement les tonneaux de bière et autres boissons dorées que l'eau du lac de la Dame...

Mais reprenons l'histoire au début. Merlin est réveillé en plein moyen-âge et doit reprendre du service pour sauver le monde de la magie et le petit peuple, victime des nouvelles croyances. Il aimerait plutôt rattraper son retard question boissons et demoiselles... mais il devra trouver un nouveau porteur pour la grande Excalibur. En quête d'un chevalier digne de porter cette épée, il se verra affublé dans sa croisade de notre douce Gwynned : Une pucelle ressemblant beaucoup à Jeanne d'Arc... caractère compris.

Chaque livre narre une légende en la déformant (un peu) et en ajoutant une foule de gags (parfois assez gros). On peut reprocher un manque de subtilité, mais c'est drôle ! et bourré de situations rocambolesque et burlesques. J'avoue que j'aime beaucoup certains de ces gagas, et le fait de les retrouver d'un livre à l'autre donne un charme certains à cette série : Merlin en pilier de bar assoiffé de belles demoiselles, les scènes un peu machos sur la virginité de la belle héroïne

Les dialogues sont croustillants, sans être vulgaires, et bourrés de références. 

Le seul bémol est le manque de cohésion globale entre les différents tomes qui donnent plutôt la sensation d'un ensemble de livre avec les même personnages au lieu d'une quête.

Les dessins

Les dessins un peu simples du début de la série gagnent en maturité au fil des livres (dix ans pour 6 tomes). 

Les premiers me donnaient un peu la sensation d'être ébauchés et pas vraiment terminés, les derniers sont vraiment superbes, mais perdent un peu en spontanéité...

J'aime beaucoup cette façon de dessiner, à la limite de la caricature... Les décors sont sobres, les couleurs feutrées, mais certaines étiquettes sont très fouillées. Les mimiques de Gwinned sont adorables, et les grimaces de Merlin très amusantes.

Ce sont donc des dessins dynamiques avec une disposition des vignettes changeant à chaque page. Les planches sont asymétriques avec des phylactères pour les dialogues et quelques onomatopées parsemées de ci de là.




Au final

J'ai découvert cette Bande Dessinée dès la parution du premier livre, et depuis attendu que chaque tome paraisse. J'ai un peu de mal à être objective, ayant rencontré le dessinateur, et possédant trois tomes dédicacés... mais elle vaut vraiment le détour !



Question concours : La fée est ici un peu plus grande... mais pourquoi peut-on dire qu'elle est primordiale ? (merci de répondre ci-dessous en commentaire) concours terminé

4 commentaires :

  1. Je me disais bien que les anges et les fées, bien que ailés tout les deux, c'était pas la même chose ^^

    La fée Morgane est primordiale car essentielle au mythe d'Arthur, c'est un élément initial du mythe.

    re-bon dimanche ^^

    LefsÖ

    RépondreSupprimer
  2. Voilà une deuxième question plus compliquée...

    Je dirais que Morgane, plus grande que les minuscules fées dont il est question chez M. Gaborit, est primordiale pour la série d'Arleston, parce que c'est à cause d'elle que Merlin se retrouve au Moyen-Âge après avoir été enfermé dans un rocher. Donc sans cette péripétie de la légende d'Arthur, on ne pourrait pas imaginer toutes sortes d'histoires sur le réveil de Merlin ! :-)

    Tout ça 1) me donne envie de voir cette BD de plus près, parce que j'adore Lanfeust et surtout les Trolls et 2) me fait penser, dans un autre genre, au film Excalibur (LE Excalibur de John Boorman que j'adore) et me donne une furieuse envie de le revoir !

    RépondreSupprimer
  3. Je dois être trop fatiguée pour être bien attentive ^_-
    Je reviens demain (ou plutot tout à l'heure ) pour la réponse.

    Au passage, je ne connaissais pas cette BD et je la tenterai bien à l'occasion !

    RépondreSupprimer
  4. question 2:
    La fée Morgane est essentielle, fondamentale. Elle est la base de l'histoire puisque c'est elle qui a enfermé Merlin dans le rocher. Sans elle, le mythe modifié dans la BD n'aurait pas lui d'être. Elle est à la base de ce qui nous est raconté!

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)