Le pas de Merlin & Brocéliande de Jean Louis Fetjaine

*


L'auteur

Jean-Louis Fetjaine, de son vrai nom Festjens, est né en 1956, en France.

Diplômé de philosophie et d'histoire médiévale. Journaliste, puis éditeur depuis 1985, il est l'auteur de nombreux ouvrages d'humour ou destinés aux enfants (Au pays des fées ou L'elfe du Père Noël entre autres… )

Avec le succès de sa 'Trilogie des elfes', il s'est naturellement imposé comme l'un des principaux représentants de la fantasy en France et la remporté le Prix du meilleur roman de fantasy.

Ses écrits ont déviés par la suite vers des romans teintés d’histoire avec la Saga de Merlin, où se découvre toute une part de vérité… cachée sous un texte magnifiquement romancé, puis vers des romans sur fond historiques : Les reines Pourpres.

Le résumé officiel

 Le Pas de Merlin

Au VIe siècle, l'île de Bretagne est assaillie par les Saxons, les Gaëls et les Pictes. Après la mort du roi Guendoleu, tué lors d'une terrible bataille, son jeune barde Merlin se trouve plongé malgré lui dans un complot aux conséquences effroyables. Fuyant la barbarie, perdu dans les affres d'un amour impossible, il parcourt les royaumes celtes ravagés par la guerre, suscitant la méfiance de ceux qui voient en lui le "fils du diable". Au plus profond de la forêt, pourtant, l'enfant se découvrira de bien étranges alliés. Au cours de ce voyage initiatique, celui qui deviendra Myrddin le Nécromant réussira-t-il à percer le fascinant secret qui pèse sur ses origines ?


L'histoire

 Le Pas de Merlin

Il en dit lui-même : "Le Pas de Merlin est un roman historique aussi fiable que possible, consacré à une époque où le merveilleux appartient à la réalité quotidienne. Les gens de l’époque croient vraiment aux miracles ou à la magie des druides."


Et pourtant, Jean Louis Fetjaine nous amène au bord du mystique, et nous prouverait presque la réelle existence des Elfes ! Tout cela écrit avec une simplicité déroutante. La magie des mots…

Les liens entre l’homme et son univers, ici fantasmagorique sont si importants. Notre tradition, nos croyances sont liés à notre environnement, à notre passé, à notre histoire… ainsi, les mythes sont nés de contes narrés le soir, sur tel homme ayant effectué un miracle. Merlin, comme d’autres, n’était que le fruit des histoires de veillées… dans un monde où les romains n’avaient pas encore ruiné les rêves, par leur autoritarisme. Il restait des poches de population croyant aux druides et en leur pouvoir, croyant aux Elfes.

La qualité première de Fetjaine est justement de nous ramener à cette époque, de lier notre savoir à ces rêves d’antan et de rendre Merlin encore plus probant. Sa force réside justement en une grande approche historienne. Tout est véridique autour de la partie fantasy. Le monde décrit est celui du Moyen-Âge avec force d’exemple, de fondements… c’est un vrai roman historique, et pourtant c’est une œuvre où le merveilleux fait loi.

Parce que la réalité, en l’occurrence, est plus forte que n’importe quelle fiction, et parce que l’exercice consistant à recréer un monde a déjà été fait et refait.

Mais qui d’entre nous n’a jamais voulu que ce soit une réalité ? Qui en lisant les mots de Tolkien n’a pas eu envie d’être comme Légolas ? Ou Galadriel… Ce sont des Elfes. Les premiers… et Fetjaine avoue lui-même avoir été influencé par Tolkien (et là, je ne peux que sentir mon cœur vibrer…)

L’auteur nous fait entrer dans le monde médiéval, il nous prend par la main et nous guide pour découvrir cette petite histoire. Celle dont on fait les légendes… celle qui reste lorsque la mémoire nous fait oublier nos leçons…


Et si Merlin avait réellement existé ? et si…

L’intrigue est vraiment digne des romans d’aventure… on tourne chaque page en craignant pour ce héros si fluet, si particulier. Il est le fils du Diable et avec ce poids sur les épaules, il devra se bâtir. Il devra devenir Merlin. L’enjeu vaut un livre dont le seul bémol est la taille… un peu plus de mots aurait satisfait ma soif.

Brocéliande 

Au nord de la Cornouailles, les royaumes du Dyfed et de Gwynedd sont ravagés par les invasions. Les armées bretonnes prennent le sentier de la guerre pour combattre Saxons, Pictes et Gaëls. Au même moment, au large des côtes, à bord d'un coracle, voyage un étrange enfant aux longs cheveux blancs et au visage aussi pâle que la lune... Il s'agit d'Emrys Myrddin, fils d'Aldan de Dyfed et de Morvyn, seigneur du peuple de Brocéliande, prince d'un royaume perdu et barde d'un roi défunt... Merlin, que tous croyaient mort, est de retour.

On est à la limite du vrai et du mystique. A chaque pas de Merlin, on sent toute la tradition orale qui fuit devant l’imposante réalité des écrits. On touche à ce peuple Elfique si pur, si délicat, si doucereux. Mais on ne s’attarde pas. Les hommes vont gouverner le monde. On découvre des secrets gardés si longtemps, tel des confidents, on entre dans la ronde… on devient le témoin de la l’apprentissage ‘druidesque’ de Merlin.

 Le style

D’un style plus fluide et tellement doux, le dernier opus de la série nous mène vers une découverte follement magique du monde de Merlin.

Beaucoup plus ancré dans le réel que la Trilogie des Elfes, ces livres pourtant très romancé nous donnent quantité d’informations historiques, sur les modes de vie, sur les mœurs. Et qu’il est amusant d’apprendre en se récréant. D’ailleurs le prologue est déroutant. On se croirait dans un livre d’histoire, où l’on découvre les personnages réels qui ont créé la légende. C’est instructif en restant ludique.

Le narrateur est extérieur, et il nous montre les scènes avec un regard presque neutre... presque parce que ce Merlin qu'il nous narre est vraiment passionnant.

Les personnages ici aussi sont superbes. Merlin, bien sûr, mais aussi les hommes, les elfes qui l'entourent. J'ai une adoration pour les Elfes de Fetjiane, qui sont pour moi encore plus touchants que ceux de Tolkien. Peut-être parce que ce livre se veut Uchronique.  

Le temps est bien clarifié, ponctué de petites touches qui place l'histoire dans le fil des évènements, replace le contexte global. Belle opposition aussi entre les temps relatifs, et leurs vécus : les Elfes immortels et les hommes pressés par les années qui s'écoulent !

Au final

Si vous ne devez en lire qu’un, je pense que c’est ce dernier livre : Brocéliande, car il est tellement beau. Tellement fragile, comme un poème touchant directement l’âme. Je ne regrette qu’une seule chose… j’aurais aimé me perdre plus longtemps dans ses mots…

9 commentaires :

  1. J'ai Le pas de Merlin, dans ma PAL, je n'ai pas encore osé l'ouvrir ^^' Mais ton avis le remonte tout doucement dans ma pile ^^ Tu donnes vraiment envie de le découvrir. Ce sera mon premier de l'auteur !

    RépondreSupprimer
  2. Et bien, j'en suis ravie. Je suis fan de cet auteur... et je vais lire les Reines Pourpres cette année...

    Biz

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connais cet auteur que de nom; je n'ai jamais rien lu de lui. Un jour peut-être quand ma PAL aura baissé un peu!

    RépondreSupprimer
  4. C'est une auteur dont je suis assez "fan" si on peut dire. J'aime la façon dont il mêle histoire et fantasy. Et son style est divin, simple pourtant, mais jamais vulgaire, toujours posé avec sagesse.

    A découvrir, d'autant que ces livres sont assez légers en volume (ils ont édité les intégrales)

    Biz, merci, nanet

    RépondreSupprimer
  5. Belles critiques qui me confortent dans l'envie de m'acheter ces deux ouvrages. Fetjaine est un merveilleux auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Merci. Je crois que tu as lu la trilogie des Efes ? Ces livres-ci sont un peu plus "proches" de la réalité, plus ancré dans l'histoire et pour moi, Brocéliande est le meilleur.

    Biz, nanet

    RépondreSupprimer
  7. Je ne connais ni l'un ni l'autre mais tu en parles très bien !

    RépondreSupprimer
  8. je viens de finir le premier tome et ai été emballée. Je n'ai pas trouvé Brocéliande à la médiathèque mais je ne désespère pas de poursuivre ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu ne le trouves pas, je te prêterai le mien... Maintenant que tu vas être plus facile à joindre par petites lettres :-) c'est vraiment celui que je préfère des deux romans.bises

      Supprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)