Le passé ressuscité de Franz Werfel

"Ensuite, venait une profonde et puérile lamentation sur le cannibalisme spirituel de l'humanité, les joies de la cruauté, le plaisir d'humilier et d'avilir les autres, la satisfaction que donne le malheur d'autrui."
(P136)

L'auteur

Franz Werfel est né en 1890 à Prague et est décédé en 1945 en Californie.

Poète, romancier et dramaturge autrichien, Franz Werfel est un des protagonistes du courant expressionniste de l'entre-guerre. Ses principaux thèmes sont la musique, l'histoire et la foi catholique bien qu'il ne se soit jamais converti.
Résumé officiel

Tous les bacheliers de l'année 1902, quinze anciens élèves du Lycée Siant-Nicols se sont réunis pour une soirée d'anniversaire. Dans leur petite ville de province autrichienne, ils sont médecins, professeurs, fonctionnaires..., installés dans une existence plutôt morne et sas surprise. Que sont-ils devenus, les adolescents de jadis qui écrivaient des vers, montaient des pièces de théâtre, découvraient l'amour? Le plus brillant d'entre eux était Franz Adler, sans conteste un des meilleurs élèves de la classe, original, étrange, celui qui dérangeait. Pourquoi ? Pourquoi devenait-il à tous propos le souffre_douleur de ses condisciples ? Et pourquoi tant d'années après, sont-ils unanimement prêts à le reconnaitre sous les traits d'un assassin présumé ?

L'histoire

Ernst Sébastian est juge, en Allemagne dans les années 20. Il reçoit un jour, un homme ont le nom lui évoque vaguement quelque chose. Le soir même, il doit participer à une diner d'anciens élèves... ces deux évènements cumulés vont faire ressurgir de son passé des souvenirs qu'il croyait enfouis à jamais.

L'homme qu'il doit juger se nomme Franz Adler. Il est accusé d'avoir assassiné une femme. Mais pour le juge, c'est avant tout un homme qui va devoir racnter sa propre version de l'histoire. Il veut le mettre en confiance. Au décours de leur première rencontrre, très informelle, il lui semble que des souvenirs, des pensées veulent à leur tour refaire surface et rendre à la vérité ses lettres de noblesse.

Dans la soirée, notre petit juge se rend comme convenu à un "jubilé" (je croyais que les jubilés c'était pour les 50 ans, là, c'est 25 ans ! une erreur de traduction ? ) et retrouve d'anciens collégiens. Il leur avoue alors avoir reçu dans son bureau Franz Adler ! Et bizarrement, pour tous, cet homme est coupable... n'a-t-il pas fui, il y a tant d'années ?

Mais qu'a-t-il fuit, alors ?

Commence pour l'auteur la retranscription de ce passé qu'il ressuscite pour nous. Des ces années oubliées. Des années de collège avec les jeux de jeunes adolescents parfois cruels, sauvages...

Dans le résumé, il est dit que Adler était juif. Cela ne ressort pas dans le livre et je trouve dommage de faire de la publicité sur ce point. Ce livre va au delà d'une religion et harcèlement que subit Franz est lié à son être, son physique, son intelligence et nullement au fiat qu'il est juif !

Car, ce jeune homme est en fait la victime. Ces "amis" vont se jouer de lui à plusieurs reprises... au point de commettre un acte qui l'obligera soit à mourir (quel romantisme) soit à fuir. Il se verra là aussi contraint de choisir cette solution, poussé par Ernst Sébastian !

J'ai beaucoup aimé cette histoire où l'on s’aperçoit que nos silence, nos pensées, et parfois nos petites réflexions peuvent conduire à beaucoup de mal, de violence.

Quant au meurtre évoqué au départ... c'est un prétexte, et je vous laisse découvrir cette petite histoire dans la grande. 


Le style

C'est une belle plume que nous offre cet auteur. Les mots coulent en douceur avec pourtant une suavité, une recherche incroyable. C'est beau, c'est doux, c'est brillant sans être pompeux. Les descriptions sont riches et claires, néanmoins elles n'envahissent pas de longs passages.

Les personnages sont riches, crédibles. On a la sensation de voir les professeurs, même si on peut reprocher des caricatures parfois grossières. L'auteur a volontairement gauchi les portraits afin de faire ressortir la substance même des caractères. Chaque personnages "principal" a son histoire, on apprend son passé et un peu de son devenir. J'ai eu beaucoup de mal a accepter le sort de Adler, j'avais envie de lui dire : "Mais bouge-toi, révolte-toi ! "

Le temps est un retour sur le passé, sur deux années environ, mais l'histoire du "présent" sure sur un week-end... C'est rapide, il y a peu d'action mais ce n'est pas le but de l'auteur. Il a surtout voulu nous montrer que parfois les pire criminels ne sont pas ceux que l'on croit !

Au final 


Un livre touchant, difficile par certains côté psychologique, très bien écrit et qui m'a amené à une réflexion sur nous même, sur nos actes. Magnifique mal gré quelques longueurs.


Lu dans le cadre du challenge 26 livres - 26 auteurs 2011

1 commentaires :

Jeneen a dit…

Je ne connais pas du tout. Ce que tu en dis est très tentant, je le note dans mes tablettes, j'aime ces histoires où le psychologie des personnages est importante et qui nousfont réfléchir.
Beau billet, comme toujours !

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)