Croisade, tome 1 : Simoun Dja de Jean Dufaux & Philippe Xavier


L'auteur

Jean Dufaux est né en 1949. 

Scénariste de nombreuses BD à succès,  les tendances "fantastique" de ses histoires sont abordées à chaque fois sous un angle différent.

Sa bibliographie

Le dessinateur

Philippe Xavier est né en 1969 en France (Bordeaux)

Après avoir vécu aux Etats-Unis, il a travaillé pour les éditions Soleil. En 2006 il change de maison (Lombard) et démarre Croisade. La trame historique mêlée de fantastique correspond parfaitement à son style de dessin illuminé par le travail du coloriste.

Travailleur acharné et passionné, Philippe Xavier n’en oublie pas pour autant le contact avec le public soit sur Internet, notamment son blog très graphique très souvent mis à jour, soit lors de participation à nombreux festivals ou séances de dédicace en librairie. Sa bibliographie complète.

Résumé officiel


La guerre menace à nouveau d’éclater en Terre-Sainte. Menés par Grégoire d’Arcos et par l’inquiétant Duc de Tarente, les Chrétiens s’apprêtent à reconquérir Jérusalem et à l’arracher aux mains du Sultan Ab’dul Razim. Le preux Gauthier de Flandres s’oppose à cette nouvelle campagne qu’il estime être une folie. Tous l’ignorent mais, dans l’ombre, agit le Qua’dj, un démon bien décidé à récolter sa moisson d’âmes guerrières. Face à ses sombres desseins se dresseront bientôt Gauthier et la ravissante, mais redoutable, Syria d’Arcos.

La série


La série comporte actuellement 6 tomes, et n'est pas terminée. 

L'histoire

La Bd démarre par un court rappel Historique des huit Croisades ayant emmené les Chrétiens aux portes de Jérusalem (avec plus ou moins de "succès") avant de laisser place à une histoire novatrice, mêlant magie occulte et croyances. Ce petit rappel permet de situer l'histoire dans le temps, en donnant des informations parfois oubliée, comme le fait que les Croisades ont souvent apportées de nombreuses mort et peu de réussite. Les chiffres des hommes sacrifiés pour une quête que je qualifierai d'inutile et sanglante sont affolant : 30000 hommes pour la première après les 12000 massacrés en Asie Mineure. La folie des croyants... qui se battaient pour un lieu saint, se déchirant pour en obtenir la garde. Il est effrayant de voir que les leçons du passé ont laissé derrières elles une étrange oublie et que les hommes reproduisent les même erreurs, les même combats. C'est un autre débat, certes.

Dès les premières pages, on sent qu'un mystère va entourer ce conte, que les éléments historiques ne sont que frôlés pour laisser place à la création. L'univers fantastique apparaît rapidement, avec une femme mystérieuse. Deux femmes, en fait, l'une réelle, l'autre irréelle... De leur rencontre naîtra une partie de l'intrigue, et une sensation de ne pas saisir tous les éléments constitutifs de cette histoire. L'auteur a chois de dévoiler ses pièces au fil des pages, il ne donne pas les clés de compréhension dès l'apparition des personnages, mais saupoudre son conte.

Le Simoun Dja, un vent mortel et destructeur prend peu à peu sa place dans la narration... Craint par les uns, souhaité par les autres, il devient un personnage à lui tout seul. J'ai beaucoup aimé l'introduction de cet élément naturel, bien qu'évoqué par magie, dans cette narration. Le pouvoir du désert...

L'intrigue se met en place doucement, et on sent les rouages prendre place, les enjeux politiques et religieux se dessiner (désolée, c'était facile). L'apport fantastique donne à l'intrigue une saveur prometteuse... Toutefois, je n'ai pas été conquise, je n'ai pas l'envie de poursuivre.

Le dessin

Les dessins de  Philippe Xavier sont emplis de détails. Même si je n'ai pas accroché aux visages qu'il trace, j'ai trouvé les décors somptueux. Sobre à souhait, avec un choix de couleur impressionnant et une recherche du détail, comme je le dis ci-dessus, notamment pour les enluminures arabes. 


Les dialogues sont introduits classiquement, sans onomatopées interpellant le lecteur. Les cases sont elles aussi assez classiques, bien que le dessinateur ait joué sur les tailles, les emplacement. J'ai beaucoup aimé les jeux de lumières, comme dans les planches 22 et 23, où tout le bas de page est en noir et blanc... 


La présence d'une double page centrale est un atout majeur. La scène qui y est racontée est l'une de plus importante du livre, et la place est laissé au dessin... 

Au final 




Bref, une BD intéressante, mais qui ne m'a pas entraîné vers la suite. 




Livre lu dans le cadre de L'abc Challenge 2012. 1° lecture. 

2 commentaires :

  1. Bien le bonjour nanou (j'allais dire gente dame mais bon... le style est assez pompeux pour moi)

    Oo pas bien cyril, ca fait longtemps que je suis pas venu trainer sur ce site prendre des bonnes idées lectures ><' -j'irai me flageller cette nuit tkt ;p)

    Tu fais des critiques sur les BDs now ! :)

    Je la lis direct puis vais rattraper mon retard et voir les diff articles.

    Bsxbsx
    Cyril

    RépondreSupprimer
  2. Coucou ti-chou...

    Les BD, cela reste très rare et ponctuel. J'aime bien pourtant, mais je ne trouve pas le temps de réaliser les chro sur celles que je lis... alors, un de temps en temps.

    Biz

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)