La joueuse de Go de Shan Sa

" Les femmes de joie ont la fraîcheur furtive, semblable à la rosée du matin. Désabusées, elles sont les âmes soeurs des militaires. La fadeur de leur sentiment rassure nos coeurs fragiles. issues de la misère, elles ont l'angoisse du bonheur. Damnées, elles n'osent songer à l'éternité. Elles s'attachent à nous comme des naufragés aux bois flottants. Il y a dans nos étreintes une pureté religieuse. Texte"
(P86)





L'auteur

Shan Sa est née en chine en 1972.

Elle décide de se consacrer à l'écriture à l'âge de 7 ans et remporte cinq ans plus tard le premier prix du concours national de poésie des enfants en Chine. Elle quittera son pays en 1989, suite aux évènements de Pékin, et trouvera refuge en France.

Sa première publication en français, 'Porte de la paix céleste', reçoit le prix Goncourt du Premier roman en 1997.

Résumé officiel

La Joueuse de go est une fable à double partition. Les courts chapitres tressent puis mêlent les destins croisés du jeune soldat et de la petite joueuse de go. Phrases courtes, verbes tendus vers l'essentiel, les mots aiguisent, tels des traits de calligraphie, leur portrait. Leur culture, l'histoire de leur pays, leur enfance, leurs amours, tout les sépare, à l'exception de leur détermination face au damier carré et aux pions de bois. Le go révèle leurs âmes au-delà de la ferveur impérialiste du jeune Japonais et de l'enthousiasme résistant de la joueuse mandchoue. Mais l'amour sait-il se contenter de la tranquille plaine de l'âme ? Peut-on laisser de côté sa nationalité alors qu'autour des joueurs la torture et la haine font rage dans la Mandchourie occupée ?


Le petit plus


La Mandchourie, dont est originaire le personnage principal du livre est une province Chinoise. 

Entre 1931 et 1945 (période de notre livre), la Mandchourie a constitué l'avant-poste d'occupation de la Chine par le Japon, qui y installa un gouvernement en accord avec la famille impériale de la dynastie Qing, d'origine mandchoue.

Voici une carte et un lien  qui pourront vous en dire un peu plus...


L'histoire

Deux êtres que tout oppose et qui vont, par le biais d'une rencontre autour d'une table de jeu, finir par s'aimer...

Ce résumé est un peu court, j'avoue mais comment "raconter" ce livre sans dévoiler toute la trame, toute l'histoire ? je préfère évoquer juste ce point, cette rencontre autour d'une table de Go, de deux êtres venant de deux mondes différents. Car pour ce qui en est de l'amour entre eux, j'ai du sauter une page, un passage... ou j'ai une autre vision de ce qu'est l'amour.

La jeune joueuse, notre Héroïne, a à peine seize ans, et une vie déjà marquée par la douleur. Elle a accepté de donner son âme à un jeune homme qui lui a finalement tournée le dos... dans une période de l'histoire forte, avec conflits, invasion, rébellion et mort.

L'autre héros est Japonnais. Il fait parti de ceux qui ont justement envahis le pays. De ceux qui ont maîtrisé la rébellion. Qui ont entraîné la mort...

Alors comment imaginer que ces deux êtres puissent s'apprécier ? comment imaginer leur rencontre ? L'auteur nous a tout doucement mené vers cette évidence, vers eux. Deux êtres pommé dans une histoire qui les a dépassé, poussé vers une relation difficile loin de la table de jeu qu'ils n'auraient pas du quitter.

Mon avis

J'ai eu du mal au début de ce livre, à entrer dans l'histoire. La forme, succession de chapitres à la première personne mais en alternance donnant une fois la parole à la fille une fois au garçon, m'a un peu chamboulée. Mais passé la découverte, ce choix s’avère très intéressant et porteur. On a envie de finir un chapitre pour retrouver soit la demoiselle, soit l'homme... on avance peu à peu dans l'histoire, on découvre chacun des protagonistes par petite touche et on languit le moment où ces deux êtres vont se rencontrer, car d'évidence, ils vont le faire...

La joueuse de Go est une demoiselle passionnante (son nom reste ignoré jusque dans les dernière pages... il restera donc ignoré ici aussi). Sa vie de jeune femme Mandchoue ma émue par sa modernité. L'histoire se déroule en 1937, mais elle vit comme une jeune femme moderne. Elle fréquente un garçon, a des relations avec lui. Elle sort seule pour aller jouer sur une grande place. Je crois que j’imaginais la Chine de cette époque pus prude, plus renfermée. En tout cas, je ne pensais pas qu'une jeune fille puisse ainsi se donner à son amant.

C'est d’ailleurs un des points fort de ce livre. Il est une mine d’informations sur la Chine de cette époque. Un petit bijou d'Histoire qu'il narre au travers des passages sur les deux héros. On les voit se dépêtrer des évènements parfois très forts : combats pour le Japonnais alors que le héros tente de conserver une part d"humanité, scènes dures de la rébellion alors que la jeune femme pousse sa meilleure amie a se révolter contre la rude vie qui lui propose son père, qu'elle prend peu à peu conscience du sort des femmes dans son pays, de leur soumission à ces maris volages. On apprend aussi beaucoup de la vie courante, au travers des lettres du garçon pour la Japon, au travers des regards froid que pose l'héroïne sur son entourage...

Ce livre m'a été proposé dans le cadre du club de lire @ Montpellier, pour le mois de Février, placé sous l'égide de l'amour. S'il y a de l'amour dans ses pages (filial, amitié, amour naissant) je m'attendais à une passion entre les deux héros ! La fin est certes très émouvante, mais il m'a manqué au minimum une scène entre les deux protagonistes. On les voit autour de la table, on comprend leur émoi, leurs sentiments en "repensant" à l'autre...  mais de leur amour, rien. J'irai même jusqu’à dire que leur amour est surtout un amour pour ce jeu, pour ces parties qu'ils ont faites ensemble. Car leur relation se limite à cela. Ils ne parlent pas. Ils ne font que partager ce jeu.

Et ce n'est que le hasard de la guerre qui va les rapprocher, finalement, ailleurs que devant cette table de Go.

Du coup, je suis restée sur ma faim d'une belle histoire d'amour. Mais ce livre ne m'a pas déçu pour autant. J'ai aimé la plume simple et efficace de Shan Sa. Ces mots vous entraînent vous pousse vers la découverte, vers la page suivante. Le livre se lit rapidement, et les descriptions de la Chine sont d'une sagesse, d'une finesse troublante. Pas de fioritures, pas de grands placards, juste quelques mots pesés qui donnent la sensation de voir, de sentir, de mesurer ce que l'auteure a voulu dépeindre.  C'est d'autant plus criant lors des dures scènes de tortures ! j'ai eu froid dans le dos en imaginant ces êtres battus à mort. J'ai eu un goût amer dans la bouche lors des exécutions...

Le livre se déroule sur plusieurs mois, et l'auteur avance sans réellement donner de valeur au temps. On sait que les évènements s’enchaînent, on a régulièrement une indication sur le temps écoulé, mais pas de véritable évocation du temps. L'auteur utilise les souvenirs du Héros pour évoquer son pays, les us et coutumes... mais pas de véritable flash-back.

Quant à la fin, digne des romans dramatiques Shakespeariens, elle m'a fait sourire. Sourire oui, car elle est la seule touche prouvant leur "amour" et c'est un peu dommage. Sourire aussi car elle est trop évidente. Sourire enfin car elle ne m'a pas du tout émue. 

Trois mots

Deux mots pour : Style, Histoire

Un mot contre : pas de véritable histoire d'amour.

Au final 


Un livre qui a su me plaire au fil des pages, même si j'attendais autre chose...

7 commentaires :

Mypianocanta a dit…

Je ne m'attendais à rien quand j'ai lu ce livre pour la première fois donc je n'ai pas eu ta "déception" que je comprends pourtant.
Je suis d'accord avec toi sur le style et j'ai moi aussi beaucoup aimé ce roman.

Frankie a dit…

J'avais été assez déçue par ce livre. Il y a certes de beaux moments et j'ai bien aimé la jeune fille mais j'ai trouvé parfois la narration plate et sans émotion. Quant à la supposée histoire d'amour, comme toi, je ne l'ai pas perçue comme telle.

nanet a dit…

C'est un roman lu par "hasard" mais dans une thématique amour... d'où ma "frustration". Si la thématique avait été l'histoire, je pense que cela ne m'aurait pas marqué.

Biz

nanet a dit…

Je en dirais pas que j'ai été déçue. J'ai bien aimé tout l'apport historique et la découverte du pays Madchoue. Mais il reste en milieu de tableau...

Walpurgis a dit…

Je vois que tu as apprécié malgré quelques défauts, chose que je n'ai pas aperçu tellement j'ai été transporté. Cela m'a donné envie de découvrir un peu plus la Chine...
Puis j'ai vraiment adoré cette écriture empreinte de poésie.

Le Chat du Cheshire a dit…

Pour ma part, je trouve que ce livre est une grande réussite ! Personnages captivants, une histoire qui transporte, un style très poétique. Mais qui se lit trop vite ;) !

nanet a dit…

Être obligée de relire sa propre chronique pour se souvenir d'un livre... n'est jamais très bon, pour le ivre en question ^^ Je ne me souvenais plus de celui-ci ! et le confondait avec un autre.

Du coup, je suis un peu embêtée pour répondre. Je ne sais plus si je l'ai lu rapidement, si...

Bref, ravie qu'il ait trouvé un public, un lectorat.
Biz, nanet

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)