Que la Meilleure gagne de Elisabeth Young

" C'est bien ça les hommes ! Mon estomac était en pleine danse latino-américaine, et le sien ne pensait u'à manger ! Il y avait probablement un chapitre entier sur le sujet dans les femmes viennent de Vénus, les hommes ne pensent qu'à se goinfrer."
(P322)




L'auteur
Elisabeth Young est née n ? en Angleterre.

Après avoir exercé toutes sortes de métiers, d’hôtesse de l’air à mannequin pour des publicités, Elizabeth (Liz) Young s’est lancé dans l’écriture de son premier roman, Petites embrouilles et pieux mensonges (Plon, 2002) puis de Que la meilleure gagne (Plon, 2004).

Résumé officiel

Existe-t-il pire situation que de tomber amoureuse du petit copain de votre meilleure amie ? Oui, flasher sur celui de votre ennemie attitrée ! Un scénario catastrophe auquel Harriet, garçon manqué à l’humour ravageur, va malheureusement devoir se frotter, la miss n’ayant rien trouvé de mieux que de fondre littéralement pour le beau et séduisant John. Un authentique idéal masculin aperçu, peu de temps auparavant, main dans la main avec cette sacrée Nina, ex-camarade de classe arrogante, auto-satisfaite et bien trop sexy pour inspirer confiance.  Tiraillée entre désir et culpabilité, victime d’un sérieux complexe d’infériorité, Harriet parviendra-t-elle enfin à se venger de ses années de vexation ?  Dans cette course au petit ami, tous les coups sont permis…

L'histoire

Harriet rencontre John, et ils vécurent heureux... pourrait être un résumé de cette petite histoire. Réducteur ? oui, surtout que ce livre est emplie de beaucoup d'autres choses, parfois très drôles.

Harriet, donc, rencontre John qu'elle trouve fort à son gout. Le seul détail qui la gêne, c'est la personne qui accompagne John ! Nina. La Nina qui lui donnait déjà des sueurs froides lors des années de lycée.

Comment imaginer construire une relation avec un homme, si l'on sait qu'il fréquent ailleurs ? Comment s'imaginer passer de douces soirées en sa compagnie ?

Et si l'une de vos amies vous susurre à l'oreille que finalement le couple John-Nina bat vraiment de l'aile...

Fort heureusement ce livre c'est aussi des histoires dans l'histoire. L'amitié, les responsabilités et une crise d'adolescence.

Mon avis

On entre dans l'histoire rapidement, on en ressort allégé, souriant. Mais entre ces deux moments, il n'y a pas vraiment d'extase. Juste des moments agréables, juste une vie de jeune femme qui se prend la tête (a juste titre ?) parce que l'home sur lequel elle a craqué sort avec sa meilleure ennemie.

Je suis un peu dure ? non, j'ai bien aimé mais le souci avec ce genre de lecture, c'est que trois jours après, je suis déjà incapable de réaliser la chroniques. J'ai du rouvrir le livre pour me souvenir de la forme. L'auteur à choisi de nous immerger, en racontant l'histoire à la première personne. Nous sommes donc dans la peau d'Harriet.

Cette demoiselle de 29 ans, vit en collocation dans une grande maison un peu défraîchie qu'elle a hérité d'une tante. Elle doit la revendre... c'est un des sujets récurent du livre. Tout au long de l'histoire, cette maison sera le centre des évènements, du moins un grande partie, comme dans les swaps où l'on assiste à la plus part des scènes au même endroit ! C'est un choix intéressant, qui ramène la majorité de l'intrigue à des dialogues croustillants entre les protagonistes, des coups de téléphones...

De temps en temps, pourtant, nous sortons du cadre et nous découvrons que sous une fausse écriture facile, l'auteur sait composer, décrire des lieux, des personnages. Elle dose et propose des visions classiques, matinée des sentiments d'Harriet. Du coup, c'est souvent drôle, en tout cas toujours empreint de petites annotations, de remarques. C'est frais.

Pour évoquer un peu le fond, comme je le dis un peu plus haut, heureusement que l'auteur ne ns'est pas contenté des seules scènes entre John et Harriet ! Cela aurait donné une petite nouvelle. Elisabeth Young a concocté autour de Harriet tout un petit monde qui gravite, doute, s'aime. Depuis son père qui renoue avec l'amour, sa mère qui s'inquiète pour cet homme bien qu'elle ait refait sa vie, sa meilleure amie qui saute de rumeur en rumeur, et sa colocataire, mère sans père d'un charmant bambin, nous surfons d'une histoire à l'autre et finissons par connaitre les petits bouts de vie de chaque. Je regrette juste que tout soit si prévisible.

L'auteur ne donne pas de leçon, mais respecte une "certaine moralité", ce qui sont franchement agréable. Ainsi Harriet attendra d'être sûre que John soit libre avant de succomber... et d'autres exemples que je ne dévoilerai pas, car ils reviendraient à vous donner trop d'informations.

L'histoire générale se passe sur quelques mois, en Hiver. J'ai beaucoup aimé les scènes dans la neige, qui donnent du pep's. Certes c'est du déjà vu, mais on ne peut pas tout inventer tout le temps, et cela a le mérite d'être bien écrit, charmant, amusant.

Bref, un livre qui se lit rapidement, qui n'apporte pas grand chose si ce n'est de détendre. C'est bien aussi.

Trois mots

Trois mots pour : simplicité, sourire.

Un mot contre : prévisible.

Au final 


Je ne suis pas vraiment fan de chick-lit, mais je reconnais que c'est frais, vif et reposant.

Lu dans le cadre du challenge ABC, lettre Y

5 commentaires :

Laura (Lau1307) a dit…

Bonjour Nanet !

Je prends quelques minutes pour venir participer à ton concours. Voici ma première réponse :

1)Il y a trois romans de chick-lit sur ton blog.

pomm a dit…

TCHOUK!

Réponse à la question 1 : trois livres de chick lit sur ton blog!

Froggy a dit…

Salut Nanet !!! Il y a 3 chroniques du genre Chick-Lit !!! en tout cas, si je me trompe pas lllolloll BOn je poursuis ton concours ...

reveline a dit…

Bonjour Nanet,

Première réponse du concours :

Je dirais que tu as lu 3 romans chick-lit ;-)

Frankie a dit…

J'aime bien la chick-lit et je suis généralement assez bon public mais j'ai trouvé ce livre-là assez moyen. Il y a de bons passages mais je l'ai trouvé un peu long à lire et pas assez pétillant.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)