Les enchantements d'Ambremer de Pierre Pevel

" Un bruit, ou plutôt un sentiment confus d'une anomalie, d'un élément quelconque ne cadrant pas avec le décor, d'un phénomène étranger à ce que doit être une tranquille soirée d'été dans l'île Saint-Louis - même chez un mage."
(P199)





L'auteur


Pierre Pevel est né en 1968) à Nancy.


Écrivain Français, il est l’auteur de 7 romans fantasy. Il a aussi publié sous le pseudonyme de Pierre Jacq.

D'abord scénariste, journaliste et auteur pour les jeux de rôle, il se fait connaître par sa trilogie des Ombres de Wieldstadt, publiée en 2001, qui lui vaut en 2002 un Grand Prix de l'Imaginaire.





Résumé officiel

Paris, 1909. La tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes se baignent dans la Seine, des farfadets se promènent dans le bois de Vincennes... et une ligne de métro relie la ville à l'OutreMonde, le pays des fées, et à sa capitale Ambremer. Louis Denizart Hippolyte Griffont est mage du Cercle Cyan, un club de gentlemen-magiciens. Chargé d'enquêter sur un trafic d'objets enchantés, il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. L'affaire est épineuse et Griffont doit affronter bien des dangers: un puissant sorcier, d'immortelles gargouilles et, par-dessus tout, l'association forcée avec Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien...

La série

La série se compose de deux ouvrages :

- Les enchantements d'Ambremer
- L’élixir d'oubli

L'histoire

Dès les premiers mots, nous sommes plongés dans la magie ! Une femme majestueuse, à bord d'une locomotive lancée à pleine vitesse, boit un thé... avant d'user d'un sortilège et de prendre la poudre d'escampette. Elle n'est autre que la belle Isabel de Saint-Gil, magicienne, recherchée pour le vol d'un bijou... en Russie.

 Troublant ? oui, ce début est troublant et les apparences sont de nombreuses fois mises à l'épreuve au cours de ce livre. Les choses varient suivant l'angle avec lesquels on les regarde...  Ce bijou volé va être un  des points de départ d'une périlleuse histoire, mêlant des sorciers, des fées pas si sympathique que cela, un arbre qui parle, et... un inspecteur de police.

Mon avis

Je n'avais jamais entendu parler de ce livre et c'est franchement bien dommage ! L'histoire est entraînante, féerique avec une intrigue assez bien construite.

Les héros que nous présente Pierre Pevel sont savamment construits. Isabel est une femme complexe, à mi-chemin entre James Bond et Arsène Lupin, capable de se grimer en jeune paysanne aux charmes rebondis ou en comtesse sagement vêtue, apte à sauter d'un toit, fracturer une vitre, s’immiscer discrètement dans un appartement, et s'en sortir sans une égratignure... ou presque lorsqu'un sorcier noir l'attaque. Mais elle est aussi un fin stratège et une femme espiègle cachant un lourd secret. L'auteur a su créer un personnage divin, qui apparaît régulièrement dans son intrigue sans monopoliser l'espace. elle est un des points clés, un des ressorts de l’histoire, toutefois, elle reste mystérieuse. C'est brillant.

L'autre personnage phare, est Griffont. Magicien, plus que centenaire mais avec l'apparence d'un quadragénaire dandy, érudit mais avec un tel âge, c'est tout de même  plus facile, l'homme a tout pour plaire, en plus d'une petite fortune personnelle qui lui permet de vivre chichement en s'amusant d’expérience et autres créations. J'ai beaucoup aimé cet homme, que j'ai trouvé charmant. L'humour de l'auteur le rend agréable, un peu soupe au lait, ce qui n'est pas pour me déplaire. Je déplore juste la trop grande facilité avec laquelle il se sort de moments difficiles...

C'est un constat général pour tout le livre. Car la magie est ici une véritable aubaine. Ces personnages ont une fâcheuse tendance à oser tout ce qui leur est possible, et se replient un peu trop aisément sur la magie, petit coup de pouce génial. Alors certes cela doit pouvoir satisfaire les jeunes lecteurs en quête d'évènements sensationnels, mais cela m'a fait un peu sourire par l'évidente facilité, le manque de manichéisme et les ficelles un peu trop "cousue de fil blanc". Cela reste toutefois très bien construit, même si tout est un peu trop facile. La fin est même un peu décevante par son côté tout est bien qui finit bien... et les bons éléments qui arrivent au bon moment.

Ceci dit, l'ensemble se lit avec plaisir, on se laisse porter par l'écriture douce et efficace de l'auteur. Il utilise un langage simple sans tomber dans la banalité, et en puisant allégrement dans un dictionnaire magique. Il tente quelques mots savants, le personnage de Griffont étant un érudit, il lui donne de belles paroles... un savoir qu'il fait passer aux lecteurs de façon souple et convaincante.

Le temps est un des point majeur, l'auteur en joue. On avance dans l'histoire, l'intrigue, mais de touches du passé viennent agrémenter une narration progressive en donnant des points de repère essentiels à la compréhension globale. C'est bien fait, sans lourdeur.

Je terminerai par noter tout un passage du livre qui m'a moins plu : la partie dans le train des rêves ! Ceci dit je comprend son utilité. Pourtant c'est vraiment une partie du livre qui m'a laissée pantoise !

Trois mots

Deux mots pour : style, humour
Un mot contre : manichéen


Au final 


Une découverte charmante, grâce au baby challenge Fantasy !

Lu dans le cadre du baby-challenge Fantasy et de l'ABC de l'imaginaire

4 commentaires :

Sita a dit…

C'est drôle, j'en garde un bon souvenir, mais je suis incapable des fondements de l'histoire, même en relisant ta chronique. Je me souviens en revanche des personnages, et manichéen est le mot !
Comme tu dis, l'histoire est facile et cousue de fil blanc, mais j'ai beaucoup aimé l'univers, et j'en reprendrais bien un verre avec L'Elixir d'Oubli (si un jour je parviens à mettre la main dessus...) : j'aimerais bien avoir quelques clarifications sur l'histoire d'Isabel et de Griffont !

Flo-tousleslivres a dit…

Pour moi ce livre fut un véritable coup de cœur !!! j'ai adhéré dès les premières lignes et jusqu'à la fin et j'en veux de encore... il faut lire aussi le suite "L'Elixir d'Oubli"... mais il est difficile à trouver...

Frankie a dit…

J'aime beaucoup ton article ! C'est vrai que Griffont est charmant comme tout, l'histoire sympathique tout comme le monde proposé par l'auteur. J'ai bien aimé le mélange entre fantasy et Paris du début du XXe siècle.

nanet a dit…

Merci ^^

C'est vrai que ce livre est sympathique, comme je te disais sur ton blog, je me souviens vraiment bien de l'ambiance, de l'histoire, ce qui est un gage de qualité...

Biz

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)