La roue du Temps de Robert Jordan [série]

" Au loin dans la nuit, les loups accompagnèrent d'un hurlement le fin croissant de la nouvelle lune qui glissai vers l'horizon et il frissonna. 
Demain, il serait bien assez temps de recommencer à se soucier des loups. Il se trompait. Ils attendaient de l'accueillir dans ses rêves. "
(P449)




L'auteur

Robert Jordan (de son vrai nom James Oliver Rigney Junior) est né en 1948 en Caroline du Sud et décédé en 2007.

 Militaire de carrière, il à écrit ses premier romans en 1977 (roman historique, western et fantasy avec la série des Conan) et poursuivit son best-seller mondial, La Roue du Temps, gigantesque saga de fantasy devenue un classique.

Résumé officiel


Jadis, le Seigneur de l'Ombre a voulu conquérir la terre, mais les Aes Sedai, maîtresses du Pouvoir Unique, l'ont repoussé. Des millénaires se sont écoulés et le Seigneur va enfin sortir de sa geôle et, avec lui, le mal, la guerre, la désolation,... Seul le Dragon qui guidait les Aes Sedai peut l'anéantir. On dit, qu'un jour, il renaîtra pour délivrer l'univers. Mais quand ? Avant la grande catastrophe finale ?

La série

La série est composée de 22 tomes en français, mais Braguelone est en train de les re-publier dans le format original qui ramènera la série à 12 tomes (d'où la présentation en binôme) :

1 La Roue du temps, l'invasion des ténèbres - 2 L'Œil du monde
3 Le Cor de Valère - 4 La Bannière du dragon
5 Le Dragon réincarné -  6 Le Jeu des ténèbres
7 La Montée des orages -  8 Tourmentes
9 Étincelles -  10 Les Feux du ciel
11 Le Seigneur du chaos -  12 L'Illusion fatale
13 Une couronne d'épées -  14 Les Lances de feu
15 Le Sentier des dagues -  16 Alliances
17 Le Cœur de l'hiver  -  18 Perfidie
19 Le Carrefour des ombres -  20 Secrets
21 Le Poignard des rêves -  22 Le Prince des corbeaux

Et encore trois non traduits : The Gathering Storm ; Towers of Midnight et A Memory of Light


Avant sa mort Robert Jordan a rédigé une partie de la fin de la saga et laissé à sa femme des notes suffisamment complètes pour permettre son achèvement. Brandon Sanderson a repris le travail de Jordan. Deux autres livres sont prévus pour finir la série.

L'histoire

Trois jeunes villageois, Rand, Mat et Perrin et une jeune femme Egwene, se trouvent un jour arrachés à la vie paisible de leur village, dans la région reculée des Deux-Rivières.

Tout commence lorsque Moiraine, une Aes Sedai - sorte de magicienne ou sorcière-, arrive au village avec son lige, Lan. C'est un évènement extraordinaire pour la petite communauté. Malheureusement, la nuit suivante, le village se fait attaquer par une armée de Trollocs - sorte de croisement entre un homme et un sanglier - qui bizarrement n'attaquent que rois maisons : celles de Mat, Perrin et de Rand.

Guidés par Moiraine et son lige et accompagnés par Thom Merrilin, le ménestrel, les trois jeunes gens fuient les Deux Rivières, tentant d'échapper aux créatures du Ténébreux.

Moiraine a accepté Egwene car elle a pressentie chez elle des dons, et la pense capable de maitriser le Pouvoir Unique...

Mon avis

Depuis longtemps ce livre, ces livres font partie de ma liste à lire quasi obligatoire, étant considérés comme une référence en Fantasy. Robert Jordan est un maître du genre et son oeuvre réputée. Sauf que pour moi, ce premier livre a été d'un abord très difficile et je ne l'ai terminé qu'en espérant trouver dans les derniers passages un entrain, une envie, une petite lueur m’entraînant vers la suite. J'ai beau me dire que ce premier volume ne correspond qu'à la moitié de la première histoire, que les choses vont se décanter dans la deuxième, que je n'ai eu là que l'approche, que les prémices de l'histoire, j'avoue que je n'ai pas envie de poursuivre, en cet instant... Je sais que les fans me conseilleront de patienter, de continuer ne serait-ce que la fin de ce premier livre... sauf qu'il y a tant à lire ! qu'il y a tant d'auteurs que je voudrais aborder.

Carte venant du site Utopie
Fantasy épique, qui se déroule dans un monde imaginaire riche qui, s'il fait parfois penser à celui du SDA s'en éloigne rapidement, ajoutant quelques touches de mythe Arthurien pour notre plus grand plaisir - Bel tine pour les feux de la Beltane pour ne citer qu'un seul exemple. On est dans de la High fantasy la plus classique qui soit, avec un groupe de valeureux héros issu de la campagne et confronté à un vrai méchant. Tout cela est amené savamment mais noyé sous des légendes, des contes, des récits du passé qui m'ont saturés, et qui ralentissent le rythme jusqu'à le rendre vraiment trop lent.  

Au départ, nous ne suivons que le point de vue de Rand, tout en ayant une narration indirecte, puis peu a peu, avec un véritable changement à partir des trois-quarts du livre, mais j'y reviendrai, l'auteur bascule vers d'autres personnages.

Rand est un jeune homme sans histoire. Fils de fermier, fermier lui-même, il vit à l'orée de la forêt et s'occupe de ses bêtes, avec son père, Tam. Ce dernier fait partie du conseil, sorte de groupe gérant les affaires du village. Mais Rand ne tire pas vraiment de profit personnel de ce poste, il vit sa vie de jeune homme, avec un début d'attirance, une évocation de romance pour une jeune fille... Son coeur s'emballe, ses sens se troublent à son approche. Loin d'un héros ? C'est le but voulu par l'auteur, embrigader dans une grande épopée des êtres simples, dénués de tous pouvoirs surnaturels au départ et les confronter de façon brutale à la noirceur, aux idéaux macabres et violents du Ténébreux. Il passera la majeure partie de ce premier tome à espérer un retour à son village, ce qui m'a un peu énervé, j'avoue.

Les autres personnages sont tous superbement dépeints, complexes avec plusieurs niveaux d'approche ce qui les rend drôlement intéressants. L'auteur les présente d'abord simplement, une petite ébauche physique avant de leur consacrer à tous, du moins aux principaux, des paragraphes plus long, avec une foule de détails et aborde même leurs sentiments. C'est très riche. C'est même à la limite du trop riche, tant l'auteur s'attarde sur les descriptions. J'avoue que j'ai un peu craqué lorsque Robert Jordan donne moult détails de la tenue vestimentaire d'une femme de salle, dans l'auberge. Femme qui n'apporte guère à l'intrigue ! si ce n'est pour réconforter un tantinet notre héros, Rand, en lui offrant un souper chaud.

Les femmes ont le beau rôle, ce qui est suffisamment rare en High fantasy pour être relevé. Elles sont placées à égale valeur et l'équipe, puis les équipées sont assez équilibrées. La seule autre Saga de ce type (que j'ai lu) où ce phénomène est probant est la Belgariade, que j'ai préférée, peut-être parce qu'il y a plus d'humour ? ici les touches d'humour sont liées aux pitreries de Mat. Un seul personnage ! c'est un peu léger.

Je ne vais pas citer tous les personnages présents, cela ferait un peu catalogue, car ils sont nombreux. J'ai ma préférence pour Perrin dont le calme placide m'a plu, et surtout Dame Moraine. Si un jour, je tente la lecture de la suite, ce sera uniquement pour comprendre un peu plus ses pouvoirs... l'auteur a su doser les apports de la magie et semble avoir créé des rites, des rouages complexes. D'autant qu'a la fin de ce tome, il est difficile de savoir si Dame Moraine est blanche ou noire, bonne ou mauvaise.

Trois mots

Un mots pour : richesse

Deux mots contre : longueurs, lenteur

Au final 

Un livre dont j'attendais beaucoup, peut-être trop ! je ne pense pas lire la suite dans l'immédiat.

Pour mémoire, la gre-gre bien équivaut à des notations de 5 à 6/10

Lu dans le cadre des challenges Abc 2012 et ABC de l'imaginaire 2012

12 commentaires :

  1. Je ne comprends pas que sur un livre de 500 pages on puisse faire 300 pages de descriptions de blablas, enfin beaucoup de chose qui n'améne pas grand chose à l'histoire. Déja que j'ai du mal à lire la fantasy celui ci ne m'a pas encouragé à continuer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un style très courant chez les auteurs Fantasy des années 90 de faire de lonnnnnnnnngues descriptions à la Tolkien, sans pourtant égaler le maître. C'est moins fréquent ! et tant mieux.

      Si tu veux découvrir la High fantasy, il y a des livres bien plus abordable, avec plus d'action et d'humour. Ne serait-ce que la Belgariade citée dans cet article.

      Biz

      Supprimer
  2. Bon, si toi, tu n'as pas été emballée par ce livre, je pense que je m'abstiendrai. :) J'ai déjà fort à faire avec les livres fantasy que j'ai déjà à lire comme Game of Thrones ou Le seigneur des anneaux que j'ai envie de lire cette année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien à voir avec le trône de fer (faut que je lise la suite) ou le SDA !

      Par contre, attention le SDA est assez difficile dans ces premiers passages, il faut arriver à premier tiers du livre pour entamer réellement l'épopée. Avant, ce sont des passages un peu longuets sur l'univers, le monde des hobbits...

      Mais tu verras, le style est unique, et le deuxième livre (moitié du premier tome) est succulent. Mes préférés sont les livres 3 et 5...

      Biz

      Supprimer
  3. Humpf, pas très encourageant... J'en attends également beaucoup, j'espère ne pas être déçue comme tu l'as été !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est souvent le cas avec les livres dont on attend beaucoup. C'est une histoire qui n'a pas su m'emporter... Mais cela reste bien construit. Bonne lecture...

      Supprimer
  4. C'est vrai que La Roue de Temps est un roman au rythme assez lent et aux descriptions plus que travaillé et pourtant j'ai réussi à me laisser emporter. J'ai d'ailleurs le Tome 2 version Bragelonne qui m'attends dans ma PAL ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je n'ai pas eu le petit déclic qui fait basculer. Je ne pense pas lire la suite (1/2 tome 1 par rapport à Braguelonne) du moins dans l'immédiat !

      Supprimer
  5. C'est vrai que la roue du temps est long à démarrer, mais perso j'ai adoré ! Il y a des choses dingues, une imagination folle dans cette épopée ! Pour des fans de fantasy, je pense que c'est vraiment abordable, en dépit des longues descriptions. Quand j'ai vraiment été dedans, je n'ai plus pu m'arrêter (même si je n'ai pas fini la saga, elle m'était prêtée par quelqu'un, et j'en étais à environ 10 (double roman), mais je vais la reprendre en entier...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les séries longues ne sont pas vraiment un frein ! J'ai lu pas mal de longues aventures, et j'en ai quelques unes ne cours... mais là, il m'a manqué un petit rien. Peut-être que la fin du tome 1 Anglais (2 en poche) m'aurait envoûté ? mais comme j'ai déjà eu du mal a finir ce premier livre....

      Biz et merci pour ce passage sur mon blog !

      Supprimer
  6. Perso moi les descriptions j'adore, ça me permet de me plonger, voire de me noyer dans l'histoire. Je viens de finir le dernier tome de la série, et je suis triste... Ce que j'ai le plus adoré c'est le nombre de personnages et le fait que l'auteur switche souvent entre les personnages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout d'abord, merci d'être passé ^^

      J'ai été désagréablement surprises, si i'ose dire, à la lecture de ce premier tome, je pensais sincèrement adorer et ajouter cette série dans mes préférées. Mais, plus les pages se tournaient, plus je ramais...

      Je n’abandonne pas complètement l'idée, pourtant, et je tenterai le second tome. Un jour.

      Bonne journée, biz, nanet.

      Supprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)