De la neige sur Arcachon de Alain Poirrier

" Le temps s'écoule comme le sang qui s'échappe de ce corps. Ingrid reste éveillée, elle ne veut pas tomber dans l'inconscience, résistant au désir de son corps d'éteindre la flamme de vie qui reste en elle. "
(P102)

Ce livre a été lu dans le cadre du partenariat avec l'association Des Crayons et Des Plumes. 
Je remercie Alain Poirrier pour la confiance qu'il m'a accordé en me confiant son livre.

L'auteur

Alain POIRRIER est né en 1949 à Le Mans.

Enquêteur de police durant 20 ans, ancien du 36 Quai des Orfèvres, Alain Poirrier livre son expérience du terrain à travers un polar vitaminé, dans lequel les mots résonnent comme un shoot d'adrénaline.

Résumé officiel

L’assassinat de l’épouse d’un ostréiculteur met en émoi le Bassin d’Arcachon. Ville où a été affectée, Ingrid, Capitaine de Police, après la mort en service, de son mari. L’enquête est confiée à la Brigade Criminelle de Bordeaux. 
Lorsque l’on découvre quelques jours plus tard le mari de cette femme, sur une plage océane un « détroqueur » planté dans l’abdomen, la colère gronde. 
Ingrid, ancienne membre de la Brigade Criminelle Parisienne est déçue de ne pas être saisie de cette affaire. Mais lorsque le frère de cette femme est lui aussi assassiné d’une balle dans la tête après avoir été torturé par son ou ses assassins, elle s’interroge. 
Cette enquête lui fera découvrir que l’assassin de l’ostréiculteur pourrait-être le tueur de son mari. En dépit des conseils de son co-équipier cette affaire deviendra sa vengeance personnelle... mais à quel prix.

L'histoire

Une "fliquette" bien décidée à trouver qui a tué son mari, flic aussi. Entre enquêtes musclées, flics véreux, suspensions et blessures, l'auteur nous entraîne dans un univers sombre et parfois violent, d'un cruel réalisme qui fait un peu froid dans le dos.

Mon avis

Les premiers mots nous exposent la situation : Ingrid enterre son mari ! L'histoire démarre là, et l'auteur nous montre la douleur, la violence des sentiments, sans cacher les larmes. La mort a frappé. Cruelle et insoutenable, comme les mots d'Alain, chez qui on sent là un vécu véritable. On sait, alors que le livre va nous bouleverser, car en quelques lignes sobres, il nous montre la vérité.

Mais ce livre en narre pas uniquement la douleur et le deuil d'Ingrid. Il s'agit d'un roman policier, sans tabous, sans scènes descriptives des meurtres avec effusion d'hémoglobine, sans les longues dérives psychologiques et enquêtes scientifiques pour déterminer si les empreintes trouvées sont bel et bien celles du suspect. Non, c'est du vécu. De l'action. Des doutes.

L'auteur a choisi pour insuffler du rythme à son texte de tout écrire au présent. C'est surprenant au premier regard, mais finalement, cela fonctionne. L'histoire avance. Ingrid vit les évènements au fur et à mesure, souffre, pleure, se bat, et nous suivons les mots avec la sensation bizarre d'être pris dans le flot. De suivre ses pas. Certes, quelques petites coquilles se glissent çà et là, dans les pages du livre mais elles n'entravent pas la lecture et rendent finalement le livre tangible, réel, presque comme carnet intime que nous aurions ouvert par mégarde.

Car, dans cette histoire, je vous mets au défi de rester insensible aux personnages ! Ingrid est touchante. Je n'ai pas vraiment fait attention a son physique, car j'ai rapidement imaginé ce petit bout de femme. Elle a en quelque sorte pris vie, incarnant un être dynamique mais acculé par la souffrance, la douleur morale, et sombrant dans le désespoir. Son dynamisme, son caractère vont lui permettre de rebondir, de mener à bien la mission qu'elle s'est fixée.

Les autres personnages sont moins détaillés par l'auteur et sont un tantinet caricaturaux sans tomber dans les facilités du genre (le méchant pas beau...), ce qui donne plus de poids au personnage principal. Alain a su, de surcroît créer une intrigue prenante et ses personnages sont maniés avec sagesse. On découvre leurs facettes au fil des pages et parfois, on se surprend à douter de chacun... ce qui est volontaire, car personne n'est parfait et notre auteur a su le montrer.

Mon seul véritable regret face à cette lecture est la violence qui émaille le texte. C'est largement dû à la façon de narrer l'histoire. Comme je l'ai évoqué un peu plus haut, l'ensemble ressemble à une histoire véridique et il m'a été difficile de me détacher de ce fait. Du coup, les morts, les coups m'ont paru vrais ! Ce n'est donc pas un défaut, mais juste un sentiment personnel, qui j'en suis sure saura satisfaire d'autres lecteurs.

Je terminerai cette présentation par un mot sur le temps qui s'écoule. J'ai perdu le compte au fil des pages, tant j'étais immergée dans la vie d'Ingrid, mais le décompte reste lui aussi crédible. Le temps court, les semaines passent, les évènements s’enchaînent sans précipitation. Les différentes enquêtes sont montrées aussi sous ce jour, elles avancent peu à peu, sans coup d'éclat. Pas de miraculeuse découverte qui va permettre aux flics de trouver l'indice majeur. Juste une succession de faits, d'évidences qui vues sous un autre éclairage vont mener à la compréhension.

Trois mots

Deux mots pour :  Style écriture, crédibilité

Un mot contre : Violence ressentie

Au final 


Une histoire dynamique, écrite au présent, qui a su m’entraîner dans un univers un peu méconnu, loin des paillettes des flics scientifiques et autres profileurs...


0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)