Gabriel Beauregard de Myriam Salomon Ponzo [série]

" Une fine couche de glace conférait au lac un aspect désertique. Pas un souffle ne perturbait l'inertie hivernale. Les bêtes grattaient la neige du museau, des pattes et des sabots pour dénicher quelques lichens."
(P34)



L'auteur

Myriam Salomon Ponzo est née en France en 1968

Auteure de plusieurs livres, dont une autobiographie, elle s'essaye ici au roman d'aventures sur fond policier.


Résumé officiel

Gabriel Beauregard, un mètre quatre-vingt, la quarantaine, yeux noisettes, barbe naissante, le cou fort et les épaules larges, évoquait force et détermination. Un drame le conduit à Townlake, petite contrée du Montana de trois mille âmes, où il pense couler une vie tranquille en exerçant son métier d'agent de la Société Ecologie des Animaux. Mais lors d'une balade en montagne, il est témoin d'un meurtre et se retrouve précipité au coeur d'une affaire dangereuse. Mais Gabriel Beauregard est tenace et veut découvrir la vérité. La belle Sofia l'épaulera dans cette entreprise où les tueurs à gages vont bon train et où les morts ressurgissent quand on ne s'y attend pas. En débarquant à Townlake, Gabriel Beauregard a replongé, à son insu, dans son enfance.


La série

 La série Gabriel Beauregard comporte deux livres, et le troisième est en cours d'écriture 
  • La rencontre
  • Visions
L'histoire

Gabriel Beauregard est un homme majestueux, bien que sombre et solitaire. Son amour pour la nature et une triste histoire personnelle l'ont conduit dans une petite bourgade, où il devient agent de la Société Écologique des Animaux, sorte de garde-chasse des temps modernes. Ce métier, combiné à sa passion pour la haute montagne (son ancien job), va le conduire à être témoin d'un meurtre...  

 Mon avis
La rencontre - septembre 2012

L’entrée en matière est directe, on assiste à une scène de chasse ! Une arbalète, un chasseur, une proie. Pourtant, derrière cette partie de chasse d'apparence anodine se cache déjà un mystère : pourquoi le chasseur approche-t-il quelques minutes après un hydravion ?

Il faudra attendre la fin du livre pour le comprendre. Car Myriam Salomon Ponzo distille les informations, parsème son écrit de petits indices, sans vraiment dévoiler son intrigue. Une phrase, un mot, un clin d'oeil... et l'on découvre au fil des pages les tenants et les aboutissants de cette troublante histoire. Toutefois, cette narration, basée sur ce que voit le personnage principal, Gabriel, trouve ici sa limite, puisque nous sommes un peu perdus et, par moment, les éléments nous arrivent brutalement. C'est déroutant, d'autan que l'auteure est sortie par deux ou trois fois de ce type de narration pour nous offrir des visions parallèles. C'est là le principal défaut que je retiendrais de cette lecture : soit rester ancré scrupuleusement sur le personnage de Gabriel et tout découvrir avec lui les faits, soit jongler entre les personnages tout au long du livre. Comme je dois lire la suite, je verrais si ce point a été corrigé. 

Le petit détail que je viens de soulever n'est pas vraiment dérangeant. Il crée une sensation d'être bousculé au fil de la lecture, par des informations, ce qui en soi peut être une bonne accroche.  Le style de Myriam va aussi dans ce sens avec des phrases relativement courtes, un vocabulaire simple, mais alliant des mots techniques pour la partie scientifique de l'enquête, des descriptions claires, joliment tournées pour la nature... bref une lecture agréable, qui se fait rapidement, surtout que les scènes d'action, assez présentes, sont crédibles et vives. 

Les personnages ne sont, à mon goût, pas assez développés, mais, le livre comportant uniquement 119 pages, et l'essentiel étant tourné vers l'intrigue, il aurait été difficile de faire une réelle étude de comportement pour chacun. De plus, comme signalé plus haut, ce livre est le premier d'une série, et nul doute que les personnages s'étofferont avec les autres ouvrages. 

Je n'ai pas de préférence pour l'un ou l'autre, mais j'avoue que j'ai vraiment considéré l'un d'eux comme le méchant de l'histoire pendant plusieurs pages. C'est bien fait ! 

Enfin je terminerai cette courte présentation par un mot sur le temps, qui est ici maîtrisé. L'auteure donne au fil du livre des informations sur le temps qui file, et précise, en en-tête de chapitres, la date des évènements.

Visions - Novembre 2012
Dans ce deuxième opus, Gabirel Beauregard devient un personnage secondaire. Il est le lien, au même titre que le village, le point d’accroche justifiant le titre global de la série, mais tient un rôle moindre. Certes, ses apparitions sont probantes, et sa connaissance de la nature nous offre, sous les mots de l'auteure une belle excursion. 

Mais dans ce roman, Myriam nous narre l'histoire de Simon. Simon Kane, auteur. Il va s’installer quelques jours dans une grande bâtisse, près de chez Gabriel, pour terminer son bouquin. Repos, nature, écriture. Voilà ce qu'il imaginait. Sauf que Myriam a décidé de le faire doucement basculer dans l'horreur. Confronté aux événements mystérieux qui se déroulent dans la maison, Simon va commencer à douter, enquêter et faire appel à Gabriel... 

La plume de Myriam s'est affirmée, dans ce tome, que j'ai trouvé plus accompli, plus mature. Il reste des manques, notamment dans les descriptions, et toujours sur les personnages qui mériteraient d'être étoffés. L'autre point qui me chagrine, ce sont les apports de connaissances scientifiques, qui semblent simplement copiés et apposés dans le texte. Ils apportent à l'histoire mais il manque la réécriture, l'appropriation, l'intégration à l'histoire. C'est dommage. 

Surtout que l'intrigue est bien pensée, amenée par petites touches, et reste cohérente. Le seul bémol est le lien avec les protagonistes précédents, qui se posent un peu comme « un cheveu sur la soupe ». J'avoue que si le rôle de Gabriel est évident, celui de son frère m'a gêné. 

Globalement, ce tome m'a plus convaincu que le premier, je pense que le troisième sera encore meilleur.

Trois mots

Un mot pour : intrigue sympathique
Un mot ni pour ni contre : développer un peu plus les personnages
Un mot contre : type de narration à conserver tout le long du livre

Au final 


Un premier livre intriguant qui m'a donné envie de retrouver sous peu Gabriel et son entourage.

Un deuxième sympathique par son intrigue, un style simple. Un bon petit bouquin qui se lit en une journée.

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)