Le château de Hurle de Dianna Wynnes Jones

" Sophie s'attarda un moment à contempler le paysage des collines qui défilait lentement, la bruyère qui glissait sous le seuil. Le vent soufflait dans ses fines mèches de cheveux blancs. Elle écouta grincer et gronder les énormes moellons noirs du château en mouvement. Puis, elle referma la porte et se posta à la fenêtre. Et elle revit l'image du port de mer. Ce n'était pas une image de papier. Juste en face, une femme avait ouvert sa porte et balayait la poussière dans la rue. "
(P62)


L'auteur

Diana Wynne Jones est née en 1934.

Elle a rencontré C.S Lewis et J.R.R Tolkien lors de ses études, à Oxford… ce qui lui ont donnés une part de son inspiration. Elle a tout d’abord écrit des livres pour adultes, avant de rencontrer le succès avec ceux pour les jeunes, tel que celui-ci : Ma sœur est une sorcière (1977).

Elle a reçue de nombreux prix littéraires notamment pour ses écrits dans le domaine de la fantasy, le dernier en 2007. Ses livres et ses mondes magiques sont souvent comparés à ceux de JK Rowling (Harry Potter) et de Neil Gaiman (Stardust). Elle est pourtant leur aînée…

Résumé officiel

Sophie est l'aînée des filles d'un chapelier fort réputé de la ville de Halle-Neuve, située dans le royaume d'Ingary. À la mort de leur père, les trois sœurs se voient obligées d'apprendre chacune un métier, et Sophie est tout naturellement désignée par sa belle-mère pour reprendre l'entreprise familiale. Dans le fond de l'atelier, le temps ne passe pas vite et on s'ennuie ferme à coudre des roses aux bonnets et des voilettes aux capotes de velours. Un jour pourtant, l'existence morne et solitaire de la jeune fille prend un tour inattendu lorsque la sorcière du désert lui rend visite et la transforme en vieille femme. Sophie se voit contrainte de quitter la ville et d'aller chercher fortune quand, sur sa route, un étrange château appartenant à un magicien nommé Hurle apparaît dans le paysage. L'homme a la terrible réputation de séduire les belles et de les croquer. Qu'à cela ne tienne, Sophie a bien l'intention de se faire adopter et de s'initier à la sorcellerie pour retrouver son apparence d'antan. Heureusement, dans ce pays enchanté, tout est possible si l'on sait être patient… Sortilèges, bottes de sept lieux, capes d'invisibilité, transformations en tout genre rythment ce roman fort bien écrit et d'une densité étonnante.

Le film

Le Château ambulant est un film d'animation japonais réalisé par Hayao Miyazaki en 2004 d'après le livre de Dianna Wynne Jones.



Ayant vu ce film, que j'ai trouvé très sympathique, je dois tout de même m'étonner de la grande liberté prise par rapport à l'intrigue du livre. C'est dommage... 

L'histoire

Une jeune femme, aînée d'une fratrie de trois filles, ayant une belle-mère douce et qui pour une fois ne cherche pas à malmener ses belles-filles, Sophie va devoir travailler dans le magasin de son père ! Son talent, son don, vont bientôt faire accourir des dames de toute la région ! Mais, lorsque l'une d'elle, grande, belle et terrifiante, lui lance un sort, sa vie bascule : elle devient une vieille femme et se voit contrainte de partir. Sur la route, elle croise, entre autre, le chemin du Château de Hurle, ce magicien que l'on dit si doué mais si cruel...

Mon avis

Si vous n'avez jamais lu de livres de Dianna Wynne Jones, je vous invite vivement à la découvrir avec la lecture de ce magnifique conte ! Son talent de conteuse que j'avais déjà soulevé dans le cycle de Chrestomanci est encore plus probant ici. Elle se joue de nos émotions, créant un livre où l'humour et l'aventure se côtoient sans oublier l'amour, la tendresse, et quelques belles réflexions sur la vie, la mort... la jeunesse et son pendant la vieillesse.

La magie, bien sûr, est encore et toujours là, mais chez Dianna Wynne Jones, c'est de la magie très visuelle que l'on peut apparenter aux vieilles magies des contes, avec des sorcières vraiment méchantes qui vous transforment en un coup de poignet.

Les mots coulent, nous emportent, que ce soit dans les descriptions, les actions, ou encore les dialogues. Tout est un peu loufoque, un peu "tiré par les cheveux" et si l'ensemble est très drôle, cela n’empêche pas les quelques réflexions sus-citées. Du comique de situation, aux descriptions grotesques, sans oublier ce second degré si apprécié des Anglais, l'auteure use sans abuser, de bons mots. C'est donc un livre rafraîchissant  gai et faisant un bien fou.

J'ai beaucoup aimé les références mise dans le livre notamment  l'épouvantail (magicien d'Oz), les bottes de sept lieux (du petit poucet par exemple) ou encore aux légendes Arthurienne avec l'utilisation du nom Pendragon... qui ancrent cette fiction dans la catégorie des contes de fées et autres légendes. L'auteure en utilisant ainsi des classiques n'a pas à les expliciter et peut laisser libre cours à son imagination, pour notre plaisir. Ces références n’alourdissent pas l'intrigue, et je suis persuadée qu'il y en a d'autres ! A chacun sa sensibilité.

La porte qui s'ouvre sur plusieurs mondes est un principe très intéressant. Chaque fois que l'on tourne une poignée sur une position précise, la porte d'entrée s'ouvre sur un des quatre mondes - comme les quatre côtés d'un carré, la forme générale d'une maison. Je ne vais pas, bien sûr, vous en dire plus sur ces mondes, mais c'est là une démonstration de la magie permanente et sous-jacent de l'histoire. D'autant qu'une grande partie de l'intrigue est liée, justement à cette porte...  

Quelques petites incohérences sur la fin de l'intrigue m'ont fait revenir en arrière, en pensant avoir sauté une page. Rien de choquant, car, finalement, je me suis laissée emporter par les actions, faisant fi de ces détails. Après tout, qui peut expliquer la magie ? mais je tenais à souligner que le livre est sécable en trois grandes parties, et que j'ai décroché à un moment. Ceci explique que ce ne soit pas un coup de coeur.

Les personnages de Calcifer et Michael sont attachants mais Sophie reste ma préférée. Son caractère, sa conviction qu'elle ne peut rien réussir étant la première née, et ses bonnes manières seront un frein et parfois un déclencheur de mini catastrophes (une autre référence ?). Dianna Wynne Jones créé là un personnage féminin légèrement atypique, loin des belles princesses, et lui donne du fil à retordre. C'est très drôle ! D'autant que chaque fois qu'elle pense "bien faire", elle s'enfonce.

J'ai aussi beaucoup aimé le charisme de Hurle, et surtout les doubles facettes montrées par l'auteure. Entre dragueur invétéré et personnage cachant un lourd secret, nous le voyons s'enfoncer dans une sorte de torpeur, de noirceur (que Sophie interprète à tort) qui montre toute l'ambivalence de ce personnage.

Enfin, le temps est relativement peu traduit dans l'histoire. On ne sait trop combien de jours s'écoulent, sauf lorsque tout s’accélère, vers la fin. Certes, la fin est d'un manichéisme évident, mais c'est joliment amené, et puis, c'est un conte de fée..

Trois mots

Trois mots pour :  Humour, magie, style.

Aucun mot contre.

Au final 


Un très beau conte ! tout simplement. .

Dernier livre du  Baby-challenge fantasy de Livr@ddict... 

14 commentaires :

  1. Je vais le lire bientôt, je reviendrai alors te dire ce que j'en ai pensé. J'avais vu le film avec les enfants à sa sortie, j'avais beaucoup aimé (comme la plupart des films de Miyazaki).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un joli film, mais j'ai grandement préféré l'histoire du livre. Dans le film, la guerre m'a dérangée. Elle n'est aps présente, comme tu le liras, dans l'histoire de Dianna Wynne Jones.
      Biz

      Supprimer
  2. Bonjour,
    Je vous prie de m’excuser. Je n’ai malheureusement pas trouvé comment vous contacter autrement que par commentaire.
    Je souhaitais vous faire découvrir le service Paperblog, http://www.paperblog.fr dont la mission consiste à identifier et valoriser les meilleurs articles issus des blogs. Vos articles sembleraient pertinents pour certaines rubriques de Paperblog.
    En espérant que le concept de Paperblog vous titille, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou renseignements...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil ! je ne connais pas votre plateforme, mais je vais prendre le temps d'y jeter un coup d'oeil.

      Comment puis-je vous contacter ?

      (si vous laissez un message avec une adresse mail, il ne sera pas publié, puisque je modère les commentaires.)

      Supprimer
  3. Maintenant que je l'ai lu, je dois dire que je suis entièrement d'accord avec ton avis ! C'est une histoire charmante qui fleure bon les contes d'antan. Comme toi, j'ai peut-être trouvé que c'était un peu brouillon sur la fin mais, dans l'ensemble, c'est très bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ^^

      C'est une histoire charmante, que j'ai fait découvrir autour de moi, et qui remporte à chaque fois les même suffrage : "c'est super, mais pourquoi c'est pas connu". Mystère de la littérature...

      La fin est le seul bémol, comme si elle avait voulu zapper rapidement.

      Biz

      Supprimer
  4. S'il vous plait je cherche partout et impossible de trouver ou l'acheter pourrai pourriez-vous me dire ou l'acheter.
    merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En voilà une bonne question ! j'ai mis six mois avant de pouvoir l'acheter, j'avais mis des alertes sur plusieurs sites de vente (Amazon, Fnac, Priceminister... ).

      Il est plus facile de le trouver en Anglais, si vous lisez dans ce langage.

      J'espère que vous le trouverez rapidement !

      Biz, nanet

      Supprimer
    2. Ah ok j'ai aussi mis des alertes sur des sites et le problème je comprend très mal l'anglais mais merci quand même. bye

      Supprimer
    3. Quelques médiathèques l'ont ! Mais c'est un beau livre, qui n'a pas été réédité, d'où la difficulté pour le trouver. Le mien est déjà reparti...
      Bon courage. Biz.

      Supprimer
    4. Euh, à chaque fois que je le vois en vente il et entre 80 et 15 euro, c'est normal?

      Supprimer
    5. Oui, je l'ai vu aussi dans ces tarifs, et 15€ c'est pas cher ! Il faut sauter sur cette occasion ! Je crois que j'avais payé le mien 25€.

      Biz

      Supprimer
    6. Ah désolé c'est pas 15 mais 115 et je croie que je vais apprendre l'anglais haha merci pour tes réponse
      bye =)

      Supprimer
  5. Je n'ai pas du tout accroché et rien n'a trouvé grâce à mes yeux mis à part Calcifer. J'avais hâte de le finir mais plus parce qu'il m'ennuyait que le contraire. Malgré tous les évènements, j'ai eu l'impression que rien ne se passait...
    Bref je suis peut-être passée à côté !

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)