Des fleurs pour Algernon Daniel Keyes

" Les mêmes mots, presque le même ton de voix qu'il a employés il y a quelques minutes dans le labo. Et puis, j'ai entendu mes réponses - enfantines, incroyables. Et je me suis effondré dans le fauteuil près du bureau du Pr Nemur : 
- Est-ce que c'était bien moi ? "
(P64)


L'auteur
Daniel Keyes est né en 1927 à Brooklyn (New York).

Chercheur universitaire en psychologie il est aussi écrivain. Il a écrit plusieurs scénarios pour des comics (Marvel et EC Comics) et a été professeur d’anglais, de littérature américaine et d’écriture à l’Université de l’Ohio.

Résumé officiel

Algernon est une souris de laboratoire dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l'intelligence. Enhardis par cette réussite, les deux savants tentent alors, avec l'assistance de la psychologue Alice Kinnian, d'appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d'esprit employé dans une boulangerie. C'est bientôt l'extraordinaire éveil de l'intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l'amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jours les facultés supérieures d'Algernon déclinent. Commence alors pour Charlie le drame atroce d'un homme qui, en pleine conscience, se sent retourner à l'état de bête...

Le film

Charly est un film américain réalisé par Ralph Nelson, sorti en 1968 avec Cliff Robertson (Charly Gordon)  Claire Bloom, Lilia Skala, Leon Janney, Dick Van Patten...


L'histoire

Des fleurs pour Algernon décrit l'histoire de Charlie, un jeune homme retardé mental léger qui va voir son QI  doublé par une intervention chirurgicale. Le livre est son journal intime, démarré avant l'intervention et se terminant, lors de son départ pour l'asile, après un retour dramatique à son QI originel...

Mon avis

Ce livre stagnait dans ma Pal depuis quelque temps. J'hésitais. Je n'ai lu que de bonnes critiques, dans l'ensemble, mais je le savais un peu triste, et je n'avais pas forcément envie de cette sensation, de cette émotion.

Lorsque je l'ai entamé, j'ai été surprise par le style : "des fotes d'ortografe a tou les mo" puisque l'histoire est narrée par un jeune homme au QI de 68, soit, à peu près l'âge mental d'un enfant de 6 ans... C'est un peu complexe, je ne m’entendrais pas sur le sujet, mais en gros, un QI normal pour un adulte est de 100.

Charlie vit une petite vie, assez tranquille. Il travaille dans une boulangerie, où il effectue des tâches simples, il va à l'école du soir, car il est volontaire et à un fort désir d'apprendre. On peut dire, en quelque sorte qu'il est heureux. Il a des amis, mange à sa faim, lit des BD et quelques livres avec sa gentille professeure de lecture. Pas de soucis majeurs.

Cette vie va être chamboulée. Et nous suivons des changements en même temps que l'écriture de Charlie, qui de ces premiers mots naïfs, jetés sans complexes sur ses "contes rendus" va avancer vers la connaissance, vers de véritables doutes, et rendre compte sans erreurs, sans fautes de ses troubles, de ses doutes, des affres du savoir ! Vers le milieu du livre, les Comptes rendus ne sont plus aussi complets, Charlie commence à garder pour lui ses sentiments sachant que chaque mot inscrit sur ces carnets sera lu et analysé. Il lui devient difficile de se dévoiler, de donner ainsi son âme.

Vous l'aurez compris, la narration est intérieure, puisque Charlie lui-même nous raconte son histoire, au travers ses fameux textes que lui imposent les docteurs et autres professeurs. J'ai beaucoup aimé toute la première partie, avec les questionnements de ce jeune homme, les tests qu'il nous présente à sa façon, avec ces mots à lui. C'était drôle, parfois, et toujours plein de charme.

La partie centrale du livre est bien amenée, avec un Charlie qui devient imbu, fort de son intelligence supérieure, incapable de voir le mal qu'il fait aux autres, mais surtout touché dans son âme par tout le mal qui lui a été fait avant : les moqueries des autres, les jeux qui le tournaient en ridicule sans qu'il ne le comprenne. J'ai lu tout cela avec la gorge serrée, preuve que ce mode d'écriture fonctionne, puisque je me suis sentie blessée, dérangée...

Toutefois, c'est aussi cette partie qui m'a le plus gênée par quelques longueurs. L'auteur a voulu montrer les perturbations psychologiques de son personnage et revient sur des détails, des points, focalise et j'avoue que ces passages m'ont lassé. Par la suite, la descente, la chute ont regagné mon intérêt.

L'ensemble de l'histoire est assez crédible, on sent derrière cette écriture, toute la science, toutes les connaissances de l'auteur sans que cela devienne pompeux ou sectaire. J'ai beaucoup apprécié les explications, simplifiées. L'aventure que vivent Algernon et Charlie est certes triste, mais reste dans l'ordre du probable, et il effarant de constater à quelle époque le livre a été écrit, tant il m'a paru moderne !

Les personnages sont touchants. Charlie, bien sûr, mais tous les autres, avec les rapports qu'il crée, les liens. Je n'ai pas cru en la romance présente dans ce livre, peut-être parce qu'elle donnait à Charlie encore plus de douloureux sentiments, mais je conçois qu'elle soit là, que l'auteur ait voulu montrer que cet homme était accompli aussi sur le plan sexuel. Mature. Complet, avant de régresser...

Je terminerai par un petit mot sur le temps. l'histoire se déroule en quelques mois avec de nombreuses notifications sur ce temps qui passe, qui court. Les flash-back, éléments de mémoire de Charlie, sont amenés avec justesse. Au départ, il ne se souvient pas, puis, peu à peu, sa mémoire se met à fonctionner et des souvenirs resurgissent par bribes créant des troubles, des affres. Encore une fois, savoir n'est pas forcément une bonne chose, ici c'est une source de souffrance...

Trois mots

Deux mots pour :  étude psychologique, style
Un mot contre : quelques longueurs

Au final 


Un peu déçue par quelques longueurs dans le milieu du livre, j'ai pourtant beaucoup aimé l'ensemble.

12 commentaires :

Walpurgis a dit…

Ce livre m'a beaucoup bouleversé. Et le début truffé de fautes est assez déstabilisant à lire.
Lire les confidences de Charlie m'ont serré le coeur surtout quand il ouvre les yeux sur les méchancetés subies.
Et comme tu le soulignes, le fait que ça reste probable et crédible est assez dérangeant.

BlackWolf a dit…

C'est un livre qui m'avait vraiment touché et marqué à l'époque ou je l'ai lu. Il faudrait vraiment que je le relise. Content qu'il t'ait plu.

nanet a dit…

Une jolie histoire, touchante, que celle de Charlie, où l'on s’aperçoit qu'être intelligent ne rend pas forcément heureux...

nanet a dit…

Je suis contente de l'avoir enfin lu. Ce genre -SF- me plait de plus en plus... ce qui va te faire plaisir ^^

Biz

Frankie a dit…

Je l'ai lu il y a longtemps (c'est mon mari qui me l'avait fait découvrir quand on étaient encore étudiants) et j'avais vraiment beaucoup aimé. Je ne me rappelle pas les longueurs dont tu parles mais juste les sensations que j'avais éprouvées à lire l'histoire de cet homme, très émouvante...

Solessor a dit…

Contente que ce livre t'ait plu ! Comme toi, la partie centrale du livre m'a quelque peu lassée, d'autant plus que le personnage de Charly 'intelligent' est insupportable. Mais c'est un livre très touchant, intéressant, qui a le mérite de faire réfléchir ;)

Stellade à la page a dit…

Un avis que j'ai lu avec attention...Il est dans ma PAL pour mon baby challenge SF.
Je vais bientôt l'en sortir.
Merci Nanet.

petitepom a dit…

c'est un des meilleur SF que j'ai lu

nanet a dit…

C'est un livre touchant, qui joue sur les émotions. Ma critique tient aussi du fait que j'en attendais bcp, puisque ce livre a été encensé.

Cela restera un bon souvenir de lecture.

nanet a dit…

Ah, je suis contente de voir que cette partie est dérangeante pour d'autres lecteurs. Finalement, le Charlie du début, même s'il est niais, et surtout de la fin, sont plus touchants. Mais c'st un sacré travail de l'auteur d'avoir su montrer tt cela.

nanet a dit…

Je te souhaite une agréable découverte de Charlie et Algernon. C'est un livre qui ne peut laisser indifférent, tant il touche aux sentiments, à l'image de soi.

Bonne lecture.

nanet a dit…

Vrai ? j'ai préféré Une porte sur l'été de Heinlein... et dernièrement la horde de Contrevent de Damasio, bien que ces trois livres soient très différents.

En tout cas, c'st un livre qui mérite son rang de classique de la SF, et il devrait être lu par plus de monde, ne serait-ce que pour les notions de respect !

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)