La perte de Cathy Borie

" La vie des autres n'est jamais mieux que la nôtre, sauf dans les films où même les drames et les chagrins d'amour sont pleins de charme et de tendresse. Pour la vraie vie, chacun se débrouille avec ces petites misères, et moi je me trouve plutôt bien loti."
(P39)
Je remercie Cathy Borie qui m'a offert ce livre, lors d'un salon commun. 

L'auteur

Cathy Borie est née en 1955 en France.

Enseignante dans une première vie, elle n'a cependant jamais cessé d'écrire, et s'adonne depuis une dizaine d'années exclusivement à cette passion. Écrivaine publique et auteure, elle a publié deux recueils de nouvelles puis deux romans. Ciel rouge le soir est sa première pièce de théâtre. Auteure de contes pour enfants pour le site pataglou.com, elle anime également des ateliers d'écriture.

Résumé officiel

La perte ou l'histoire d'une femme rattrapée par son passé. Elle quitte, sans prévenir, quelques jours les siens, afin de retrouver son premier enfant abandonné dans sa jeunesse, alors qu'elle se sentait incapable de l'élever seule. Lorsque l'héroïne revient vers son foyer, c'est son mari qui la quitte, alors même que son absence lui avait fait prendre conscience de la place qu'occupait son compagnon dans sa vie… S'ensuit l'autopsie des blessures et des affres de l'abandon à travers les lettres d'une femme à celui qu'elle aime, lettres écrites mais jamais adressées.

Le style est limpide et puissant, détaillant avec justesse la douleur éprouvée lors d'une rupture après un long temps de vie commune, ainsi que le travail de deuil qui s'en suit. Bien que le sujet puisse faire écho à des souvenirs douloureux chez le lecteur, la performance de Cathy Borie n'en est pas moins impressionnante : toucher l'universel à travers le parcours d'une vie a priori banale. Et si ce n'est pas là le propre du talent littéraire…

L'histoire

Emma quitte un jour sa maison, sa famille pour une destination inconnue de tous, les laissant dans une situation complexe, où chacun se pose mille questions : où est-elle ? pourquoi est-elle partie ?

Emma va juste retrouver son passé.

Pourtant à son retour, sa vie va être chamboulée. Car ce départ impromptu a ouvert les yeux à son mari, lui a fait réaliser que son amour pour elle s'était tari.

S'en suit une tout autre histoire, celle d'une femme en perdition, pleine de doutes et d'incompréhension.

Mon avis

Entre style épistolaire et narration, ce livre est un petit bijou ! Un bouquin qui se lit en quelques heures, et qui nous entraîne dans les réflexions d'une femme, face aux bouleversements de sa vie.

Dans la première partie, l'alternance de narrateur, puisque Cathy Borrie a choisi de donner la « parole » à chacun des protagonistes de son histoire, nous donne un aperçu global de la situation, avec les sentiments de chacun, et on entrevoit la suite, surtout lors des passages consacrés au mari.

C'est amené avec douceur, et l'on suit son évolution, l'avancée de ses doutes, et sa décision finale paraît évidente. Cet homme ne part pas sur un coup de tête, pour un jupon affriolant. Il part pour se retrouver, pour vivre sa vie et ne plus être dans un carcan, dans une histoire certes banale, mais qui lui pèse.

Les enfants, eux, s’accommoderont de cette nouvelle situation. L'auteure leur accorde le droit de parole et leurs âges respectifs donnent une vision de la séparation intéressante pleine de bon sens, et très respectueuse de leur souffrance, de leurs questionnements. Après la colère, après les pleurs, ils continueront à grandir, à vivre...

Celle qui aura le plus de mal, c'est bien sûr Emma, la femme, la mère délaissée.

Cathy Borrie a découpé son texte en quatre parties, de taille et de forme distinctes. La première est découpée en petits chapitres dénommés du nom de la personne qui y est suivie. La narration y est toujours extérieure, qui que soit le personnage phare.

Dans la seconde, la narration devient intérieure, et Emma nous raconte une de ses journées. Entre pleurs, questions, doutes, et espoirs. Chaque geste lui rappelle sa vie avec son mari. Chaque geste lui montre ce qu'elle a perdu. Et l'espoir, l'envie de le revoir, de le rattraper la laisse debout, combative. Chaque heure amène des souvenirs, chaque instant est porteur d'une image. Cette partie est très belle, et le côté psychologique de cette femme est vraiment agréable à lire, tout en apportant une connaissance, une sorte d'étude moderne.

La troisième partie, très courte et intitulée hiver, montre la descente aux enfers de cette femme qui comprend peu à peu que tout espoir est vain, que son mari est définitivement parti il a pris une maîtresse traîtresse connue, de surcroît... C'est sûrement la partie que j'ai le moins aimée, car, je trouve que Emma aurait dû, pu rebondir, affronter au lieu de s’écrouler. Mais c'est réellement bien écrit et l'on sent son désespoir, ses forces qui la quittent, et l'hiver des sentiments, avec son froid, sa dureté.

Enfin, la dernière partie est un réellement épistolaire, et Emma écrit à son ex. Elle écrit surtout pour elle-même, mettant un terme à sa souffrance, et narrant ces jours sans lui, maintenant qu'elle a enfin accepté son départ. Ô la souffrance n'est pas tarie, le deuil n'est pas terminé, mais elle renaît Elle réapprend. Elle va vivre, sans lui, gardant dans son âme les bons moments, les joies, les rires.

Je n'ai pas parlé de ce qui avait éloigné Emma de son foyer dans un premier temps, mais cela vous donnera quelque chose à découvrir... d'autan que l'auteure a traité ce sujet difficile avec douceur et délicatesse.

Trois mots

Deux mots pour :  Styles utilisés, étude psychologique.

Un mot contre : troisième partie.

Au final 


Je me suis reconnue dans certains passages, ... certains mots ont trouvé une connaissance infime. Merci pour ce joli moment de lecture.

2 commentaires :

  1. Effectivement le sujet n'est pas facile. Je comprends que l'on puisse se projeter dans un tel roman , surtout si les mots sont bien amenés. Généralement je redoute de tomber dans le pathos d'un récit qui cherche juste à tirer les larmes aux yeux. Je regarderai alors si je peux trouver ce livre. Merci pour cet avis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, Cathy ne fait pas dans le Pathos ^^ elle n'a pas besoin de cela pour arriver à nous toucher. Son livre était édité chez Edilivre, je pense qu'il doit encore être accessible ?

      Supprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)