Le Livre perdu des sortilèges de Deborah Harkness [série]

"Nous nous frayâmes un chemin entre les tables bondées. Clairmont, qui avait l'air normal dans le brouillard, paraissait particulièrement ^pâle dans les vives lumières du café. Deux humains lui jetèrent un regard appuyé. Il se raidit. "
(P69)

L'auteur

Deborah Elizabeth Harkness est née en 1965 aux États-Unis

Professeur d'histoire à l'université de Californie du Sud, Le Livre perdu des sortilèges est son premier roman.

Résumé officiel

Diana Bishop est la dernière d'une longue lignée de sorcières, mais elle a renoncé depuis longtemps à son héritage familial pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu'au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : L'Ashmole 782. Elle ignore alors qu'elle vient de réveiller un ancien et terrible secret, et que tous - démons, sorcières et vampires - le convoitent ardemment. Parmi eux, Matthew Clairmont, un vampire aussi redoutable qu'énigmatique. Un tueur, lui a-t-on dit. Diana se retrouve très vite au coeur de la tourmente, entre un manuscrit maudit et un amour impossible.

La série

La série se compose de deux titre à ce jour (novembre 2012)

  • Le Livre perdu des sortilèges, tome 1
  • Le Livre perdu des sortilèges, tome 2 : L'école de la nuit
Le petit plus 

Les droits ont été vendus et nous pourrons bientôt voir cette histoire au cinéma !

L'histoire

Diana, sorcière de naissance, refuse d'utiliser ses pouvoirs. Elle s'accorde quelques rares exceptions, mais a constaté que c'était toujours source de problèmes en tout genre. Ce qui se confirme, lorsqu'elle décide d'enfreindre sa propre loi, et d'appeler un livre, placé trop haut : quelqu'un s'en aperçoit... fort heureusement, il ne s'agit que d'un vampire.

Car dans ce monde, le plus grand tabou serait de faire découvrir aux hommes la réalité : les sorcières, les vampires et les démons existent.

Ils ne coexistent pas. Ils ont même des rapports un tantinet tendus... Et lorsque Diana retrouve un vieux bouquin que chaque clan désire ardemment, elle devient la cible de tous leurs égards.

Mon avis

J'ai lu pas mal d'avis sur ce livre, donnant à peu près les mêmes sentiments : le début et la fin sont bien, mais le milieu est long. Je vais abonder dans ce sens...

Le début du livre est agréable, puisque l'on découvre le monde de Diana, les codes qui le régissent, les préceptes que cette sorcière-historienne s'est fixés et un peu de son histoire personnelle. C'est frais, c'est bien pensé et j'aurais aimé que cela reste dans cette tendance.

On apprend les coutumes de ce monde uchronique (similaire au nôtre) puisque l'Histoire générale est la même, mais que des Sorciers, des Démons et des Vampires y vivent. Ce n'est certes pas le premier livre à utiliser ce concept, toutefois, il faut reconnaître que l'auteure a su marier les univers et donner une justification à la présence de chaque créature/espèce, ajoutant la part du secret : les hommes ne doivent en aucun cas découvrir la vérité et garder l'illusion que les sorcières n'existent que dans les contes de fées.

Sauf que Deborah Harkness se noie par la suite dans un mélo amoureux pompeux et franchement saupoudré de violons. J'attendais de l'aventure, de l'histoire, une épopée, de la sorcellerie. Pas cet amour mièvre. Cela m'a laissé un peu sur la touche, et sans les avis éclairés d'autres lecteurs, j'aurais sûrement mis un terme à ma lecture. L'amour entre les deux héros, Diana et Matthew Clairmont — Vampire immortel, vieux de déjà plus de mille ans, légèrement misogyne sur les bords, complètement vieux jeu, amis avec les grands auteurs, chercheurs, et autres grands des siècles —, m'a franchement saturé. Quelques pages auraient suffi. On a bien compris qu'il refusait cet amour, obéissant à une règle bizarre et dénuée de sens en ces temps modernes... il n'était peut-être pas la peine de nous en faire 200 pages ?

J'avoue que, sans cette longue partie, le livre gagnerait en intérêt ! L'autre point de bémol est la faible utilisation du fameux livre perdu. On l'entrevoit au départ, toute l'histoire — sauf la partie romance — tourne autour de lui, mais il est assez inexistant. Je sais que c'est lié à l'intrigue, que ce livre apparaîtra sûrement dans la suite, que la page donnée à Diana en fait partie... mais je suis restée sur ma faim. J'aurais aimé que le livre soit plus présent et qu'une des questions soit résolue. Or, dans ce livre, il n'y a que des questions, une fuite en avant et peu de réponses. L’intrigue globale n'a pourtant pas été scindée en deux, comme dans certaines traductions. J'en déduis que l'auteure a volontairement choisi ce mode de narration, et de ne dévoiler que peu de choses.

Car des questions, des éléments restés sans réponse, il y en a ! Beaucoup, même. Deborah Harkness a su titiller notre curiosité en créant une confrérie régissant les droits des créatures, en imaginant ce livre que chacun recherche, en imaginant cette relation amoureuse entre deux êtres que tout devrait séparer et les retentissements sur leur monde, enfin en amenant, même si c'était facilement envisageable, d'autres créatures à se réunir pour contrer la confrérie.

J'ai bien aimé les spécifications données à chaque créature. Si les vampires restent assez proches de la vision générale, même si ceux de Déborah Harkness peuvent sortir le jour et ne craignent pas l'ail ou les reliques, les démons sont vraiment la trouvaille du livre ! Amusants, débonnaires, intelligents, ils sont accrocheurs et j'ai regretté la trop faible utilisation de leurs capacités.

La narration est en grande partie axée sur Diana, qui nous raconte son aventure. Toutefois, l'auteure a ressenti le besoin d'isoler par moment son héroïne et nous fait donc vivre des évènements en narrant à la troisième personne et en suivant Matthew Clairmont, ou d'autres personnages secondaires. C'est frais, agréablement bien écrit, et l'on suit les pages, les lignes, sans difficulté, emportés par cette belle plume. C'est là un des points forts du livre, l'auteure (et le traducteur) a su donner à cet ouvrage une jolie couleur, avec un apport historique sympathique. Elle use et abuse un peu de références historiques, mais cela se mêle bien à la trame. D'ailleurs, l'auteure nous abreuve de descriptions en tout genre : sentiments, maison, habits, livres... tout y passe et ce livre est très riche. Si cela m'a comblé au début et à la fin, c'est malheureusement une des raisons qui m'ont tenue éloignée de la partie centrale. Il y a peu d'action, et ces aplats narratifs encombrent une histoire manquant cruellement de sang, oups, d'intérêt.

Deux petits points encore, les personnages sont superbement mis en scène. De nombreux détails viennent nous les présenter, et l'auteure s'attarde sur chacun, donnant une vie, une âme et un devenir. C'est vrai pour les principaux comme pour les secondaires et finalement, le seul que je n'ai que modérément apprécié est Matthew ! J'ai trouvé que l'auteure ne lui accordait pas la prestance qu'elle voudrait lui donner. Elle le rend imbu, lointain, presque immature par moment. Il est le pilier de l'histoire, mais j'avoue que je n'ai pas accroché. Deborah Harkness n'a pas su me faire toucher ce personnage, me le faire apprécier. J'ajouterai qu'il est agréable d'avoir des personnages matures, adultes, sans les affres adolescents.

Enfin, dernier point, le temps est assez flou. À plusieurs reprises je me suis demandé combien de jours, d'heures s'étaient écoulés... ce qui est dommageable dans la recherche de crédibilité. En fantasy, comment en fantastique, pour que la magie fonctionne, il faut que la base soit crédible, que tout soit « parfait », calculé... J'ai senti quelques faiblesses sur la gestion du temps, encore une fois dans la partie centrale, ce qui m'a déstabilisé.

Trois mots

Deux mots pour : idée globale, style.
Un mot contre : mièvrerie de la partie centrale.

Au final 

Dommage que la partie centrale soit si longue, car l'ensemble est bien sympathique, avec une histoire mature, reprenant des standards du genre et réutilisant en les magnifiant pas mal de références : alchimie, théories vampiriques, rapport au temps, et sorcellerie... sans oublier l'amour. Un bon roman mais qui manque un peu de rythme, et parfois trop mièvre.

9 commentaires :

Bykiss de Charabistouilles a dit…

C'est vrai que si tout le roman avait été dans la même veine que le début, ça m'aurait encore plus plu ! Car même si l'histoire est mature, c'est vrai que Diana tombe un peu dans la mièvrerie mais ce n'est pas aussi marquant que dans certains romans jeunesse, donc ça ne m'a pas trop dérangé moi. Mais je préférais les piques de la Diana du début...
Et comme toi j'espère que nos questions trouveront réponse dans les deux tomes suivants ! J'aurais préféré une histoire plus concise en un ou deux tomes...

Frankie a dit…

Je suis en grande partie d'accord avec toi, sauf que l'histoire d'amour ne m'a pas dérangée. Ce sont plutôt les longueurs et les détails sans fin qui m'ont agacée. Mais dans l'ensemble, l'histoire est agréable, ainsi que les personnages (surtout les secondaires) et finalement, si j'y réfléchis, c'est vrai que c'est peut-être Matthew le moins attachant.

belledenuit a dit…

Bon je crois que je suis parée pour le lire. Depuis le temps que je lis des avis qui affirment un milieu de bouquin un peu long, je vais prendre sur moi pour ne pas le laisser tomber. Je dois être une des rares à ne pas l'avoir encore lu :P

Froggy a dit…

Il est dans ma PAL depuis cet été... et j'avoue que la plupart des avis vont dans le même sens que le tiens... Mais tout de même, j'ai bien hâte de découvrir cet univers ! Bonne semaine xox

nanet a dit…

L'écriture est joli, l'histoire bien pensée, mais j'avoue que la mièvrerie de cette relation m'a un tantinet saturée. Heureusement que je savais la fin meilleure...

Biz

nanet a dit…

Lol, c'est utile, de lire les articles des autres, on sait que le milieu est le point faible ^^

Bonne découverte, il vaut tout de même le détour.

nanet a dit…

Je dirais que c'est surtout le manque d'action dans cette histoire d'amour qui m'a ennuyé ! ils se tournent autour, et franchement, à leur âge..... un peu moins de tergiversations m'aurait plu.

Biz

isallysun a dit…

Je me laisserai peut-être tenter du coup.

Mypianocanta a dit…

D'accord avec toi sur les bémols et sur les plus amenés par les références.
Par contre, je n'ai pas vraiment trouvé cela "frais", mais plutôt travaillé par rapport à d'autres livres du genre, avec un style intéressant.
Quand aux questions, il faut lire le 2 pour en connaître les réponses (du moins en partie) ;)

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)