"Libé-bleue" ne mourra pas de Murielle Garrigue


« Les humains ne sont pas tous cruels et désinvoltes, il y en a qui respectent la vie et qui comprennent que la cruauté est un vilain défaut. »
(P51)



L'auteur

Murielle Garrigue est née en 1945 dans le sud-ouest de la France.

Rêvant de devenir journaliste, Murielle a passé sa vie à écrire. De nouvelles et poèmes, elle a décidé de nous livrer enfin ces histoires, tout d'abord une saga : les secrets de Prunelli, puis ce texte plus concis. 

Résumé officiel

Valentine a réussi l'exploit de rendre le sourire aux jeunes malades de l'hôpital Saint Jones, implanté sur le Bassin d'Arcachon, en leur proposant de faire travailler leur imaginaire et d'écrire une nouvelle dont ils seraient les auteurs. Cette Unité de Soins Spécialisés est dirigée par le docteur Marvic qui a dans son bureau un tableau où figure la recette d'une bien étrange « potion magique à prendre en cas de crise ». Sa vocation est de sauver des gens... c'est la fée de l'étang qui lui a dit. Mais ne devra -t-il pas, un jour, s'affranchir de son passé, au risque de perdre le véritable amour qui s'offre à lui ?

L'histoire

Et si le rêve devenait une thérapie ? Au-delà des soins prodigués aux enfants, les faire rire, les faire rêver peut-il les aider à guérir ? Et si ces mêmes rêves aidaient les adultes, aussi ?

Mon avis

J'ai rencontré la plume de Murielle Garrigue, lors de la lecture du premier tome de sa saga les secrets de Prunelli (redécoupé en deux tomes, depuis mon article) et j'avais trouvé son style intéressant. Ainsi, lorsqu'elle m'a proposé cette nouvelle, je n'ai pas résisté, sachant que ces mots seraient doux et charmants.

L'histoire peut sembler fort simple, si on décortique le tout : une rencontre, un coup de foudre, un amour naissant, que les souvenirs, le passé viennent troubler. Mais, c'est très réducteur, comme vision. Ce ne sont là que les rapports de deux des protagonistes ! Et cette nouvelle, ce court roman en compte beaucoup plus.

Les enfants, que je ne nommerais pas pour vous laisser le plaisir de la découverte, les adultes qui gravitent autour de ce couple, amis, famille... et tout ce petit monde réuni en quelques pages, par le pouvoir de la magie, des mots.

Murielle ne se contente pas de nous narrer une situation. Elle donne à chaque personnage un passé, un présent et une ébauche d'avenir. Du coup, malgré peu de pages, le livre est riche. Plusieurs anecdotes se croisent, et cela sera là l'unique reproche que j'aurais à faire, parfois, les liens manquent. On passe un peu d'un sujet à l'autre, et cela m'a surtout marqué dans les premières pages.

Toutefois, c'est un bémol bien tatillon, tant l'ensemble m'a emporté, mêlant astucieusement un conte merveilleux (d'où le titre) et une histoire particulièrement ancrée dans la réalité, avec ces enfants malades ! Et tous les personnages créés, avec leur aura, apportent ce petit supplément d'âme qui rend une histoire touchante.

Je ne parle pas des enfants que soigne le docteur Marvic, de la dure réalité de leurs combats. C'est la partie que je voudrais laisser dans l'ombre. Je l'ai trouvé juste, sans atermoiements, sans larmes inutiles. Juste ce qu'il faut de compassion. Juste ce qu'il faut de réalité, crue et parfois violente.

Je reteindrai le personnage d'Emma, infirmière de son état, qui dévoile un passé lourd, troublant. Sa vie et les rencontres qu'elle fait grâce à son métier sont évoquées avec sagesse. On sent beaucoup de chaleur envers cette femme et j'aurais aimé en apprendre plus sur elle. Bizarrement, elle est celle à qui je repense en premier, en regardant la couverture de ce joli livre.

Pour revenir sur le couple phare, j'ajouterai que leur aventure est très crédible, que cette liaison qui s'estompe après un démarrage en feu d'artifice est un reflet de nos vies, de nos propres rencontres. Savoir, justement, faire que l'étincelle continue de briller, que la magie dépasse les premiers émois et que l'amour pur, vrai, dépasse l'attirance. Murielle Garrigue nous donne une jolie leçon d'amour, avec cette histoire, même si j'ai trouvé parfois l'héroïne un peu trop bornée. Pourtant, c'est justement ce qui donne à Valentine tant de charisme.

Trois mots

Deux mots pour : Style, pudeur
Un mot contre : Liaisons

Au final 


Une très jolie nouvelle que je suis ravie d'avoir lue, toute en douceur et délicatesse alors que des sujets difficiles sont abordés. 

4 commentaires :

  1. Un sujet sensible et visiblement bien traité : cela me donnerait envie si ce n'est que la forme de la nouvelle ne me plaît que très rarement....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirai court roman... pour le format (99pages) mais très riche. Avec des sujets forts. Mais, perso, les nouvelles ne me gênent pas.

      Biz

      Supprimer
  2. oui, c'est plutôt un court roman (que j'ai beaucoup aimé)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un très bon court roman... bien construit, avec une jolie plume !

      Supprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)