La fontaine intarissable de Claude Suissa


« Devant deux petits cafés encore fumants, elle le pria de l'écouter, car elle lui avoua être dans une panade abyssale. Elle lui demanda aussi s'il pourrait, en tant qu'homme, la conseiller. Elle avait bien les conseils d'une femme, son amie, mais c'était, selon elle, insuffisant. »
(P197)

Ce livre m'a été offert par les éditions Persée et le site Livr@ddict dans le cadre d'un partenariat. 
Je les remercie pour cette belle découverte. 

L'auteur

Claude Suissa est en 1950 à Alger (Française à cette époque...)

Chef d’entreprise à Paris, il s’est senti investi d’un rêve et à 36 ans, il s’exile aux USA pour étendre son activité. Revenu dans l’hexagone, il se laisse aller à son plaisir depuis toujours : les mots… Poèmes, nouvelles, et enfin ce roman.

Résumé officiel

Christine a toujours eu la passion des chiffres et du raisonnement. Quand elle a découvert la littérature au lycée grâce à un brillant et charismatique prof de lettres, elle a décidé de faire mentir l’adage : pas de choix entre lettres et maths, elle fera cohabiter les deux. Devenue prof de maths, épouse et mère, tout va bien pour Christine… jusqu’au jour où un brutal événement va bouleverser son existence. Elle a trente ans et surviennent les questionnements. À quarante, c’est avéré, sa jeunesse a foutu le camp, et c’est sur sa féminité qu’elle s’interroge : une lutte sans merci s’engage entre son corps et son esprit, un tiraillement entre les désirs de la chair et les engagements moraux et spirituels décidés ou imposés. Quelle réponse Christine donnera-t-elle à ce choix cornélien ? Plus que la réponse, c’est le cheminement qui intrigue…

L'histoire

Une femme de quarante ans confrontée à un choix cornélien : tromper son mari, au risque de tomber amoureuse, ou vivre encore et encore seule, sans amour physique, puisque celui-ci est tétraplégique depuis plus de dix ans ?

Mon avis

J’attendais autre chose de ce roman, et je suis un peu déçue par la quatrième de couverture qui n'offre pas vraiment l'image correcte de ce que contient le livre.

Surtout que le livre est agréable, aisé à lire, et aborde des sujets difficiles de façon douce, sans langue de bois, sans masquer la vérité, parfois cru de la vie d'un tétraplégique. Certes, on pourrait reprocher à ce roman de surfer sur la vague du film à succès Intouchable*. On retrouve quelques scènes qui y font penser, mais c'est à peu près tout. Ici, c'est la vie d'une femme supportant son mari de ces deux bras et de tout son amour.

Celui-ci a tenté de se suicider, quelques années auparavant, et est resté cloué, depuis, dans un fauteuil. Les raisons de cet acte sont une des intrigues du livre. Mais, en fait, c'est bien secondaire. Et, j'avoue que, même sans les connaître, le livre resterait sympathique. J'oserai même aller plus loin, c'est un peu inutile de les dévoiler.

Ce livre, écrit et conté par un être extérieur, omniscient, donc, nous raconte la vie de Christine. Femme active, mère parfois dépassée, il ne lui manque qu'un seul détail pour que sa vie soit parfaite : un amant. Je vais peut-être sembler un peu cru, mais c'est vrai qu'un mari est aussi un amant. Sur ce point, je rejoins complètement l'auteur, et aborder ce sujet un peu tabou est vraiment une idée d'intrigue forte et probante. Cette femme sacrifie sa vie, son temps pour nurser l'homme qu'elle aime. À son propre détriment. Elle n'a plus aucun plaisir. Si vous êtes prudes et ne pouvais comprendre les besoins charnels d'une femme, fuyez... ce livre n'est pas pour vous.

Un autre sujet est abordé dans ce roman, la jalousie. Cette chose qui bouffe les cœurs, les âmes, rend amer et détruit peu à peu la confiance... L'auteur la traite avec sagesse, montrant toute la douleur que s'octroie le personnage, en tombant dans ce sentiment violent.

L'auteur nous accroche avec une plume efficace, simple, usant pourtant d'un langage soutenu, sans ambages. Des phrases assez courtes, des réflexions, quelques dialogues vifs. Il n'essaie pas de changer son discours suivant les passages, préférant une structure simple et concrète. Peu d'effets stylistiques, ce qui rend l'écriture classique et qui lui ôte donc un petit brin de fantaisie qui m'aurait fait basculer d'une lecture agréable à un éloge « intarissable ». Sans oublier les virgules, ces petits trucs qui pondèrent la lecture et qui ici la rendent parfois laborieuse...

Enfin, je terminerai cette présentation par les personnages. Bien présentés, de façon, là aussi, classique, ils ne sont pas caricaturaux, mais vivants, avec une petite part d'âme. On ressent de l'amour pour eux, de la part de l'auteur. Il les aime, il les fait vibrer, et nous ne pouvons qu’apprécier l'effort. Je n'ai pas eu de préférence pour l'un d'eux, je dirai qu'ils sont tous si différents et si réels que l'on ne put que les regarder évoluer en souriant.

Bilan en quelques mots

Les mots pour : étude de meurs, romance, respect
Les mots contre : manque de style personnel

Au final 

Une belle histoire, pleine de sentiments et de bon sens. La force destructrice de la jalousie... et l'abnégation sont bien senties. Un bon roman d'été.

Le petit plus

Suite à cet article, j'ai été contactée par l'auteur qui m'a remercié pour cette chronique. Je suis enchantée de l'avoir rencontré par échange de messages.

Il tenait à préciser ce point : « Mon histoire n'a pas du tout été inspirée par ce long métrage (Intouchable), car il est sorti en novembre 2011 et mon roman a été donné au premier éditeur dans les mêmes dates. Il était donc ficelé. On peut bien sûr penser au film quand on lit le livre. Si certaines analogies entre les deux histoires peuvent être envisagées, ce n'est que pure coïncidence. »

Merci à Claude Suissa pour cette précision. 

2 commentaires :

  1. Merci pour ton avis qui m'a un peu éclairé sur ce roman...Je pense que je me laisserai tenter : je suis curieuse!! Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un charmant bouquin, je te le conseille. Biz

      Supprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)