Planète à louer de Yoss


" Au début, j'ai fait semblant d'être habituée à ce luxe. Mais je ne parvenais pas à garder la bouche fermée plus de trois secondes. Je bavais presque d'étonnement, et je trébuchais à chaque pas, trop occupée à regarder partout.  "
(P233)

Très belle illustration d'Alain Brion


L'auteur

Yoss, de son vrai nom José Miguel Sánchez, est né en 1969 à La Havane.

Licencié en biologie, il sait lire depuis l’âge de 4 ans et est un boulimique de livres, surtout de Fantasy et de Science-Fiction qu'il découvre par le biais des grands écrivains russes (Abramov, Effremov, Lem) tout en se nourrissant des auteurs de l’âge d’Or de la science-fiction anglo-saxonne (Asimov, Bradbury, Clarke). Après avoir épuisé toutes les publications disponibles à Cuba sur ces thèmes, il décide d’écrire pour se créer de nouvelles histoires.

Depuis quelques années, l'auteur n'obtient plus de visa pour sortir du pays et si Se Alquila una planeta (le titre original de Planète à louer) est paru en Espagne, il n'en est rien à Cuba où l’ouvrage se diffuse de manière confidentielle.

Résumé officiel

« Toute ressemblance entre la Cuba des années 1990 et cette terre du XXIe siècle est purement intentionnelle » Dans un futur indéterminé, une guerre nucléaire totale est sur le point d'éclater. Afin de sauver la Terre, des espèces extraterrestres en prennent possession, après avoir fait montre de leur force en annihilant l'Afrique. Ils y imposent des règles draconiennes visant à rétablir l'équilibre écologique. Un siècle plus tard, notre planète est redevenue un paradis, un « monde souvenir », où les riches xénoïdes viennent faire du tourisme. Mais derrière l'image d'Épinal, les conditions de vie des Terriens sont loin d'être idylliques. Buca, la prostituée, Moy, l'artiste métis ou Alex, le scientifique de génie, tous n'aspirent qu'à une seule chose : fuir... partir... s'exiler... quitter la Terre... par tous les moyens !

L'histoire

La Terre est devenue un parc grandeur nature, pour touristes extraterrestres ! Au travers des vies de sept êtres, l'auteur nous découvrons l'envers du décor...

Mon avis

Comme chaque année, les lettres particulières (X, Y, Q…) m’entraînent vers des découvertes, parfois décevantes, parfois assez décourageantes, mais parfois, comme pour ce livre, fort intéressantes.

En cherchant un auteur en Y, — en Fantasy ou SF —, j’ai lu le synopsis de ce bouquin, et décidé de tenter l’expérience… le plus difficile, dans ce cas, a été de me procurer le livre, car les éditions Mnemos réalisent de petits tirages, presque confidentiels, comme mon propre éditeur, ce qui rend rare les ouvrages rares et donc, un peu chers.

Je vais aborder en premier le principal reproche de ce livre qui vous le verrez n’en est pas vraiment un, une fois le concept compris et accepté. Ce livre est un recueil de sept nouvelles, liées entre elles ! Chaque texte peut se lire séparément… mais le lien se créé par certains personnages que l’on retrouve au fil des textes, et cadre général de l'histoire. J’ai dit reproche, car je ne m’attendais pas à cette réelle séparation, j’aurais lu lire quelques avis, cela m’aurait évité cette déconvenue. Surtout qu’une fois passée la surprise de ce format, et aimant les nouvelles, j’ai rapidement fait abstraction de ce détail pour plonger dans l’écriture riche et vraiment agréable de l’auteur.

Le thème global, l’idée générale, qui lie les fameuses nouvelles, est volontairement futuriste : la Terre, notre belle planète, est devenue le paradis touristique des aliens ! Et les habitants, des pauvres subissant les affres du tourisme : commerces divers et variés avec, bien sûr, sexe et drogue… avec plus ou moins de succès et de respect de la part des touristes.

Mais Yoss va bien plus loin qu’une simple fable. Vivant dans une région hautement touristique (Cuba), et politiquement dure, il trace ici une étude sarcastique de son propre pays, de son propre vécu, et les situations présentées sous forme romancée ont un arrière-goût de vérité qui fait froid dans le dos. Les sujets abordés prennent alors une tournure flippante et tentent de montrer au monde la réalité économique de ce pays, dans les années 90 (mais cela a-t-il réellement évolué ?) Je vous fais grâce des sujets, je pense qu’il faut lire ce genre de livre plutôt que les articles en parlant ! et donc, vous dévoiler les thèmes serait contre-productif. Je pointerai juste la deuxième du doigt, très gore, elle est celle qui m'a le plus dérangé, et j'ai failli arrêter ma lecture, craignant que la suite soit tout aussi macabre. Il n'en est rien.

Quelques mots sur les personnages qui sont captivants et touchants. L’émotion passe au fil des pages et les personnages vus dans les premières nouvelles reviennent hanter les suivantes, nous donnant une autre vision, d’autres informations sur leur futur, leur devenir. On finit par s’attacher à eux, même à certains aliens… pourtant montrés comme les envahisseurs.

Je terminerai cette présentation par l’écriture extraordinaire de l’auteur qui joue des mots, des styles, et des types de narration. Certaines nouvelles sont interne (première personne) d’autre externe (auteur omniscient), une d’entre elles est montée comme une interview, une autre comme un long monologue… cette diversité rend le livre vivant. Et c’est là que je reviens sur mes premiers mots : au final la forme de nouvelles est porteuse et donne un souffle génial à ce livre. Sans oublier les pointes d'humour et quelques citations d'auteurs célèbres en SF.

Je soulignerais, une fois n'est pas coutume, la traduction de Sylvie Miller qui a su donner une incroyable richesse aux mots de l'auteur. Je sais que les traducteurs font souvent un travail précis et difficile, je sais aussi que je ne les cites que rarement... je tenterai de le faire plus souvent.

Bilan en quelques mots

Les mots pour : Style, idée, politique
Les mots contre : deuxième nouvelle

Au final 

Déçue par la forme un peu décousue au début, j'ai trouvé que ce livre devenait de plus en plus bon au fil des pages ! Une écriture plus que convaincante, des idées fortes, quelques scènes un peu gore (trop ?)... un brin d'humour noir, un brin d'amitié que l'on voudrait renaissante, mais qui est au final déchirante. Bizarre, mais, incontestablement, à lire !

Lu dans le cadre du challenge ABC Imaginaire 2013. 

2 commentaires :

Zina a dit…

Un livre étonnant que j'ai également beaucoup aimé. J'ai trouvé la 2e histoire également, mais elle illustre bien le désespoir et la force des protagonistes je trouve.

Solessor a dit…

Je ne connaissais pas du tout ce livre, mais ta chronique me donne très envie de le découvrir ! Je pense que l'approche cubaine du sujet du tourisme peut donner un résultat assez probant... Je me le note !

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)