Le vieil homme et la lune de Marie-France Arnold


" Aurore se fascine pour la route bayadère tandis qu'à notes feutrées  une complainte rauque s'élève d'un pré fleuri. Saisissante mélopée d'un pâle éphèbe aux cheveux de lin liés d'une liane emperlée de rubis. »
(P17)

Ce livre m'a été offert par les éditions Publibook que je remercie vivement. 

L'auteur

Marie-France Arnold a fait carrière dans la recherche médicale et réalisé de nombreux séjours à l'étranger. Elle se vit comme une « citoyenne du monde ». Conférencière vacataire aux Catacombes de Paris pendant plusieurs années, elle s'est retirée en Languedoc-Roussillon où elle fait de nombreuses conférences sur la vie quotidienne au Moyen-âge. Passionnée d'écriture, elle s'intéresse à des sujets très éclectiques.

Résumé officiel

À un visiteur anonyme qui se croit maître et possesseur du Temps, un pauvre ermite venu d'ailleurs et de nulle part, un vieux sage sans visage et sans âge, né du fantastique ignoré de l'homme sans imaginaire, raconte. Soir après soir, tandis que de gibbeuse la lune se fait pleine, il dit au visiteur dont il ignore tout des histoires d'humains devenant surhumains, des histoires où la sagesse se marie au surréalisme débridé, des histoires où la pure fantaisie franchit allègrement les frontières du réel sans quitter pour autant les repères de la vie. Assis en majesté sous l'ombre d'un pommier, le vieux sage sans âge et sans visage demande au visiteur la plus grande attention. « Ne m'interromps pas, dit-il. Tu sauras tout en son temps car tu dois laisser le temps au Temps. » Six contes fantastiques, autant de lieux et d'époques, réunis sous la plume singulière de Marie-France Arnold. Mythologie, anticipation et références littéraires s'entrecroisent ici dans une même poésie noire et fascinante. Tour à tour envoûtant et inquiétant, à la fois intime et lyrique, voici un voyage dont l'on ne revient pas indemne.

L'histoire

Ce livre se compose de six textes, liés entre eux par une petite trame, dévoilée dans le résumé.

Mon avis

Il y a des livres que je trouve parfois d'une écriture trop peu travaillé, mais dont l'intrigue est sympathique. Il y a des livres que j'aime, mariant intrigue et style. Ils sont rares, ce sont les quelques coups de cœur littéraires ornant mon parcours de lectrice. Et puis, il y a les livres comme celui-ci, où l'écriture est fine, mais qui ne parviennent pas à me convaincre. Car, une plume, aussi belle soit-elle, doit accompagner un texte, lui donner une aura, une âme.

Ici, la plume est seule.

Comme si l'auteur s'était contenté de poser des mots pour leur simple beauté. Pour quelques rimes, pour quelques jeux de mots, quelques trouvailles lyriques. Et si l'ensemble est très poétique, si ces mots m'ont amusé, surtout dans le premier et troisième texte, je suis restée perplexe.

Ô, oui, ce sont des écrits à classer en Fantastiques ! Pas de souci sur ce point, les histoires sont fantasques. Peut-être un peu trop, justement, à la limite de l'incompréhensible, avec des envolées lyriques qui emportent l’auteur vers ses doux délires et laissent le lecteur sur la touche. Dans le deuxième texte, le début est crédible, porté par un sens écologique, frappant nos consciences des risques de nos comportements, puis, la bascule, le point de non-retour. Pas dans le devenir, non, dans l'écriture. L'auteur se met à jouer des mots et perd son lectorat. Moi, en tout cas, je me suis perdue entre les tartines de topaze et autres délices du même acabit.

Et pourtant, l'intrigue était sympa. C'est la seule, d'ailleurs, que je relèverais.

Car, à trop vouloir travailler les mots, à trop jouer, jongler, l'auteur a perdu une partie d'un savoir important : Écrit fantastique ne rime pas avec grand n'importe quoi !

Je suis un peu dure, j'en conviens. Mais je suis restée scotchée par le troisième texte, qui ne mène à rien, qui se veut nous guider vers une unique phrase, vers une conclusion matinée de savoir, pompeuse à souhait.

Le quatrième m'a un peu plus plu. Pas au point de m'emporter, de corriger les sentiments des premiers, le cinquième est une succession de riens, et le dernier, posé là comme pour augmenter un nombre de pages, est si différent, si distant, que l'on pourrait le croire écrit par un autre auteur.

Donc, si vous aimez les textes travaillés, avec une écriture maîtrisée, et n'accordez que peu d'importance au fond, ces nouvelles sont faites pour vous !

Quant à moi, j'ai bien peur d'être passée à côté. Les fans et autres détracteurs diront que je n'ai pas su saisir, comprendre ces textes. C'est vrai. Je n'ai pris aucun plaisir à me torturer les méninges pour comprendre où l'auteure voulait me guider. Je suis restée très « premier degré », comme elle le dit elle-même !


Bilan en quelques mots

Les mots pour : très belle plume
Les mots contre : manque de cohérence, manque d'intrigues.

Au final 

Si vous aimez les mots inutiles... mais joliment posés. Ou l'art de marier les mots pour ne rien dire.

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)