Kushiel de Jacqueline Carey (série)





L'auteur

Jacqueline Carey est née en 1964 dans l'Illinois (Etats-Unis).

Romancière américaine, spécialisée en fantasy, elle a étudié la psychologie et la littérature.

Son site

Résumé officiel

Phèdre nô Delaunay a été vendue par sa mère alors qu'elle n'était qu'une enfant. Habitant désormais la demeure d'un haut personnage de la noblesse, pour le moins énigmatique, elle y apprend l'histoire, la théologie, la politique et les langues étrangères, mais surtout... les arts du plaisir. Car elle possède un don unique, cruel et magnifique, faisant d'elle une espionne précieuse et la plus convoitée des courtisanes. Rien ne paraît pourtant lui promettre un destin héroïque. Or, lorsqu'elle découvre par hasard le complot qui pèse sur sa patrie, Terre d'Ange, elle n'a d'autre choix que de passer à l'action. Commence alors pour elle une aventure épique et déchirante, semée d'embûches, qu'il lui faudra mener jusqu'au bout pour sauver son peuple.

La série

La "série" se compose actuellement de 9 titres, dont 6 ont été traduits en français :

Kushiel, tome 1 : La Marque [lu]
Kushiel, tome 2 : L'élue
Kushiel, tome 3 : L'Avatar
Imriel, tome 1 : L'Héritier de Kushiel
Imriel, tome 2 : La Justice de Kushiel
Imriel, tome 3 : La Grâce de Kushiel

Non traduits

Kushiel's Legacy, book 7: Naamah's Kiss
Kushiel's Legacy, book 8: Naamah's Curse
Kushiel's Legacy, book 9: Naamah's Blessing

L'histoire

Phèdre, jeune femme au nom historiquement célèbre, va devenir une courtisane et se servir de ses dons particulier pour espionner les grands de son monde...

Mon avis

Alors, il est des livres qu’on lit pour le plaisir, d’autres parce qu’ils font partie d’une liste, préétablie… Celui-ci, je l’ai lu pour la seconde raison, mais je lirai la suite pour la première. Bien qu’au départ, ce n’était pas gagné ! Faisant partie du Baby-challenge fantasy 2013, j’ai cherché ce bouquin, avant de me décider de le prendre en anglais, au vu des prix faramineux de l’ouvrage en français et de sa rareté sur le marché de l’occasion.

Ce choix m’a valu quelques sueurs froides, car le style est soutenu. Très soutenu, même, avec un début très lourd, complexe, tant il est chargé en noms divers, en commentaires sur de nombreux personnages et leurs liens. Jacqueline Carey a concocté un univers riche avec de multiples interactions entre les familles de son monde et lors des premiers passages, outre la présentation de ce monde, de l’héroïne, de son apprentissage, l’auteure nous dévoile l’histoire des divinités, des membres principaux et tout un tas d’éléments qui, s’ils rendent le livre riche, le complexifient à souhait. Pauvre de moi ! J’ai dû poser le bouquin à maintes reprises, saturée par la quantité, et ne voyant pas l’intrigue démarrer.

Ce que j’en ai retenu ? Phèdre a été vendue lors de son enfance à la court de la nuit, avant d’être recueillie par Anafiel Delaunay, qui l’éduque aux côtés d’Alcuin, un autre de ses élèves/enfant adopté. Ils apprennent les langues, l’histoire, les arts… et deviennent des érudits avec pour principale notion : l’aptitude à observer, afin de devenir des espions pour le compte de leur mentor.

Cette partie a été très lourde, je dois l’avouer, car au-delà des informations sur Phèdre, Alcuin et Delanay, l’auteur a ajouté une multitude de petits riens en apparence, mais constituant la richesse du texte. On apprend ainsi que les deux enfants seront libres le jour où ils auront suffisamment d’argent pour racheter leur « marque », sorte de tatouage les liant à Namaah, la déesse des plaisirs.

L’intrigue démarre réellement avec la mort de Delanay ! Phèdre prend alors conscience du danger qui menace les treize royaumes et va devoir trouver une parade, accompagnée de son ami de toujours, Hyacinthe, le prince des voyageurs et du guerrier Joscelin.

L’ensemble de l’histoire est narré à la première personne, ce qui m’a dérouté, au départ, mais charmé par la suite ! Déroutée, car les descriptions de l’auteure sont vraiment détaillées et que quelques scènes, très osées, m’ont parue vraiment coquines, pour ne pas dire salaces. Peut-être qu’elles sont plus fades, en français ? C’est peut-être aussi dû au fait que Phèdre soit dédiée à Kushiel avec pour litanie : le plaisir dans la souffrance ! Je vous passe les détails sur les coups de fouet et autres sauvageries, après tout, vous lirez. Et puis, ces scènes se trouvent essentiellement dans la première partie du livre, celle qui présente Phèdre et son monde.

Charmée, car l’action, même racontée a posteriori, est vécue avec intérêt, la narratrice pointant les faits, donnant un avis — très subjectif — sur son vécu, et ce mode de narration m’a permis de bien pénétrer (j’ose) dans l’intrigue. Certes, on perd de nombreuses informations, comme le point de vue des autres personnages… j’avoue que j’aurais bien aimé savoir ce que pensent Alcuin ou Hyacinthe, par moment.
Je regrette aussi un grand nombre de répétitions de certains mots, termes qui m’ont un peu lassée, et ont encore alourdi la sensation pensant du début, sans compter que je n’ai toujours pas réussi à traduire d’Angelin ? Des anges ? Des êtres mirifiques ? Ou, tout simplement, les habitants de Terre d’Ange ? Et Anguissette ! là, je n’ai pas trouvé de traduction (mais je n'ai pas vraiment cherché…)

Pour revenir sur les descriptions, les décors sont détaillés, les vêtements, mais aussi l’histoire, les royaumes et leurs us particuliers, la religion. Bref, une vraie mine d’information, pourtant le tout est un peu fouillis, amalgamé, comme les souvenirs d’un passé lointain. Bien que chronologique, l’histoire s’emmêle parfois, et l’auteure revient sur certains éléments. Dommage.

Phèdre est un personnage charmant. Un tantinet frondeuse, elle est pourtant hyper sentimentale. Intelligente, cultivée, belle, mais rebelle sans, pourtant, être agressive, elle a tout pour plaire. Personnage très charismatique, elle pourrait vous apparaître imbue d’elle-même, ce qui ne ressort pas du texte, Phèdre ayant une piètre image d’elle-même : courtisane peu désirée, elle se compare aux autres femmes adulées. Ce défaut la rend plus humaine, plus troublante et surtout appréciable, alors qu’un être parfait m’aurait déplu.
Les autres personnages sont campés avec plus ou moins d’attention, suivant leur importance. Alcuin, magnifique, adulé, au destin tragique. Delanay, le maître, poète-espion au passé sombre. Hyacinthe, l’ami d’enfance. Joscelin que j’ai eu plus de mal à apprécier, étant porteur d’un caractère un peu difficile, mais qui prend de l’importance au fil des pages et devient vraiment intéressant. Et tant d’autres…

Ce livre se veut classé en fantasy (très loin de ma conception de la fantasy !), et, si vous avez bien suivi, rien dans ce que je viens de vous raconter ne le justifie ! En fait, ce sont des petites touches, des petits points amenés çà et là qui donnent au texte un côté fantaisie comme la capacité de Phèdre à guérir rapidement. Mais je ne vais pas vous les dévoiler, d’abord parce que j’ai déjà évoqué beaucoup de choses, puis surtout parce que c’est lié à l’ensemble du texte, à son ambiance, à son aura.

Je terminerai cette présentation par un mot sur l’univers détaillé par Jacqueline Carey. C’est, en quelque sorte, une réécriture de notre passé. Il suffit, pour s’en convaincre de regarder la carte du monde raconté : similaire à notre vieille Europe et chaque peuple évoqué correspond à un de notre passé, le plus probant étant Terre d’Ange qui représente la France. L’auteure a donc joué sur les conflits entre les peuples, et les noms très français de certains personnages complètent cet argument. Même la mythologie est une réécriture, avec un fils de dieu sacrifié. Mais, ne vous y trompez pas, c’est brillant, c’est fait avec beaucoup de talent, et cela donne une force au texte.

Au final, une histoire riche, qui a su me plaire après un début difficile. Je lirai la suite, amis en français ^^

Bilan en quelques mots

Les mots pour : Style, descriptions, intrigue, réécriture de la mythologie
Les mots contre : certaines scènes osées, lourdeur du début.

Au final 

Une histoire riche, un peu trop au début du livre qui est très lourd. Une intrigue, ou devrais-je dire, de nombreuses intrigues bien menées, avec des personnages charismatiques. Quelques répétitions qui m'ont gênées mais un style assez convaincant. Un pavé, oui, mais une fois passé le premier quart, la lecture devient aisée. 

6 commentaires :

  1. Une saga que j'ai adoré ! Pour répondre à ta question, les Angelins sont bien les habitants de Terre d'Ange (comme nous, on est des français) et il ne doit pas y avoir de trad' pour anguisette car c'est également le terme qui est employé dans la version française :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! je me doutais de la traduction de d'Angelin... et Anguissette est donc un néologisme.

      Je lirai la suite, mais pas en anglais, j'ai vraiment peiné au départ, même si du coup, je pense avoir "progressé" dans ce langage.

      Merci pour ton passage, Biz

      Supprimer
  2. Je retrouve complètement les impressions de ma lecture à travers ta chronique, nos avis ont beaucoup de point commun ! La première partie est parfois un peu indigeste... Mais ça vaut le coup d'avancer. L'auteur a une écriture fine et savante...J'attendrai aussi une sortie poche ! mais le tome 2 n' est pas pour tout de suite ! Bisous Nanet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que nous soyons d'un avis similaire, c'est assez rare, au final.

      Le tome 1 sort en 2014 (janvier) en poche, donc pour le 2, il va falloir attendre un peu...

      Biz

      Supprimer
  3. Ouf ! voilà qui me donne nettement plus envie de m'y plonger (livre prévu en décembre).
    Et je repasserai par là à ce moment-là ;)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai la trilogie dans ma PAL. J'ai bien envie de le tenter à mon tour :)

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)