Belgarath le Sorcier de David Eddings & Leigh Eddings [série]




Éditeur : Pocket Fantasy — Nb de pages : 443
Série : Belgarath le sorcier 
Catégorie : Fantasy



Je ne présente plus ces deux auteurs, je vous laisse découvrir les bio sur les articles précédents : La Belgariade ou la Mallorée





L'aventure est finie, mais tous, Garion, Durnik et surtout les femmes de la tribu, veulent en savoir davantage. Belgarath, le vieux conteur, ne peut plus se dérober, il doit écrire l'histoire du monde qu'il est le seul à connaître. Nul n'est mieux placé que lui, en effet, pour lever un coin du voile sur les débuts dans la vie du principal personnage de la Belgariade : le Vieux Loup. Le Vénérable Ancien — Belgarath le Sorcier lui-même. C'est son récit qui nous est ici offert : un récit émaillé de notations personnelles, comiques, qui nous fait remonter sept mille ans en arrière, jusqu'au matin du monde. Et nous découvrons la jeunesse des Dieux, l'enfance du petit Garath, sa rencontre avec Aldur dont il devient l'élève et l'arrivée des autres disciples. Cette immense cosmogonie, où les hommes sont des pions déplacés sur un échiquier par deux Nécessités adverses, emportés dans le tourbillon de la magie et des Événements, culmine avec le vol de l'Orbe d'Aldur par Torak, le Dieu pervers, assoiffé de pouvoir. Son geste désespéré provoquera la Guerre des lieux, qui s'achèvera par la Blessure du Monde...

La série comporte deux titres, à lire après les séries La Belgariade et la Mallorée :



Belgarath le Sorcier, tome 1 : Les années noires
Belgarath le Sorcier, tome 2 : Les années d'espoir




J'ai adoré la Belgariade, fantasy épique bourrée d'humour. J'ai aimé la suite, la Mallorée, même si je l'ai trouvé par moment redondante. Aussi n'ai-je pas hésité à me procurer ce livre, sorte de préquelle et de suite... puisqu'il doit se lire après les deux séries, mais raconte le passé.

Ce livre entre dans trois challenges : ABC, ABC imaginaire pour la lettre E et Challenge un mois, une consigne : Janvier = premier livre d'une série. 


L'histoire de Belgarath le sorcier de sa naissance à la disparition de la lignée des Gardiens de l'orbe.


Toujours autant d'humour à travers ces écrits ! C'est, je crois un des points particuliers qui me fait aimer ces livres, ces pages. Cet humour fin, ou parfois assez potache qui transpire de l'histoire. Des dialogues menés avec brio, force d'une écriture à quatre mains, des descriptions magnifiques de simplicité, une logique infaillible et une ligne d'histoire suivie pas à pas.

Ici, toutefois, les deux auteurs ont changé le mode de narration : tout est raconté par Belgarath ! et cette première personne permet de voir l'histoire, déjà connue puisque déjà racontée en partie dans les autres livres, différemment. Un nouvel éclairage, un nouveau point de vue, et des bribes, des petites choses ajoutées qui comblent les trous des fans. Car, oui, il faut être fan de l'ensemble pour lire ce livre... Il n'a, sinon, aucun intérêt réel et doit même être assez difficile à saisir. Les deux auteurs ont pourtant tenté de donner suffisamment d'informations pour qu'un néophyte pût s'y retrouver. Mais les annotations au fil des pages, par Belgarath, les petits clins d’œil aux personnages de la suite, non présentés dans ce livre, doivent être déroutants, si on n'a pas lu, justement ces fameuses séries. Par contre, elles sont divines pour ceux qui l'ont fait !

Les auteurs ont aussi procédé à de nombreux éclaircissements sur les pouvoirs de Belgarath et de ses frères, de leur magie particulière, de celles de Grolim, aussi. Fort instructif.

De nombreux sujets sont abordés, trop pour en faire une liste exhaustive, mais en vrac : la vie, la mort, l'amour, la trahison... la magie... les métamorphoses. Bref un panel de sujet varié comme dans les deux séries précédant ce texte.
« Mon mépris pour la magie par opposition à ce que nous faisons remonte à cette période de ma vie. La magie implique un cérémonial insensé, des trucs de foire sans intérêt et tout un tas de symboles tracés sur le sol. Rien de tout ça n'est vraiment nécessaire, évidemment, mais les Morindiens y croient, et leur foi fait le reste. » (149)
Carte Belgarath le sorcier — Shelly Shapiro et Larry Schwinger
Comme dans les deux séries, il y a de nombreux déplacements. Ici Belgarath parcourt l'ensemble de la Terre, avant et après la rupture. Les auteurs nous abreuvent de moult détails sur la culture des différents peuples rencontrés, et à travers ces peuples, forment l'esprit de leur héros. La géographie est présentée simplement, et il devient assez aisé de se repérer.

Des cartes ornent le début de chaque partie, ce qui aide à la compréhension, même si les données fournies sont largement suffisantes.





Ce livre est donc centré sur Belgarath. Il deviendra le sage un peu fou que nous connaissons déjà. Mais, il est né simple mortel, dans un petit village. Et, c'est son histoire, son vécu qui marque le début de ce roman. Puis, la rencontre avec Aldur (l'un des Dieux) et le devenir très atypique de Garath jusqu'à son ascension au rôle/poste de disciple : Belgarath.
 »N'oubliez jamais, si vous vous changez en une créature à fourrure, de vous secouer avant de reprendre forme humaine. Sans ça, vos vêtements seront trempés. » (285)
Les autres personnages sont essentiellement les « frères » de Belgarath, les autres disciples d'Aldur, ainsi que les ennemis, les disciples de Torak. D'autres personnages apparaissent, mais leur durée de vie explique leur importance dans ce roman... Après tout Belgarth vit plus de 5000 ans.


Le temps file sur 5000 ans ! donc, certains épisodes sont détaillés et les autres années coulent en quelques lignes. Mais on sait toujours à quel moment de l'histoire on se situe.

Les lieux de la première partie sont nouveaux, et décrits sommairement, pour ne pas dire rapidement. Ils sont la base des lieux d'après la séparation par Torak de la Terre. Ces descriptions succinctes s'expliquent aisément, le tout est détaillé dans les deux sagas. Pourtant les auteurs s'arrêtent sur des points non évoqués comme les différentes tours du Val...


Les mots pour : style, histoire, personnage, humour.

Les mots contre : rares longueurs

Notation : 17/20



Retrouver la plume des Eddings a été un grand plaisir. Quelques petits bémol sur ce livre, mais j'aime ce personnage et les éclaircissements de certains points de la saga sont les bienvenues..

2 commentaires :

  1. J'ai dévoré la Belgariade, et me suis arrêtée en cours de Mallorée, faute de temps... mais je la reprends cette année ! Avec cet article, je suis déjà impatiente d'en découvrir davantage sur Belgarath...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un bon livre mais tu ne pourras le lire qu'après la Mallorée ! il apporte quelques infos sympa sur Belgarath, Pol, Beldin... Aldur, aussi. Mais il doit être incompréhensible sans avoir lu les autres ! A mon avis.

      Supprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)