Le mystère Napoléon de Steve Berry



Éditeur : Pocket - Nb de pages : 608
Série : Cotton Malone
Catégorie : Polar / Historique



Steve Berry est avocat.

Traduits dans plus de quarante langues, ces thrillers ont figuré sur la liste des best-sellers dès leur parution aux États-Unis.

Son site



Lors de sa mort, en 1821, à Sainte-Hélène, Napoléon emporta bien des secrets dans sa tombe. Durant ses années de conquête, il avait en effet eu accès à de nombreuses richesses mais aussi à des archives occultes, en particulier celles du Vatican et des Chevaliers de Malte. C'est à la quête d'un des secrets de l'Empereur, peut-être le mieux gardé, que se lance cette fois Cotton Malone. Pour quelles raisons Napoléon a-t-il, peu de temps avant sa mort, demandé à son fidèle serviteur Saint-Denis de remettre à son fils un ouvrage consacré aux royaumes mérovingiens ? Quels sont les secrets que renferme ce livre ? Et qu'en est-il de ces mystérieux documents que se sont disputés dans l'ombre l'Empereur et son ancien complice, devenu son ennemi juré, le comte Pozzo di Borgo ? Du Paris historique à la tour Santa Maria au Cap Corse en passant par un mystérieux château de la Loire, Steve Berry nous propose encore un fabuleux voyage en compagnie de Cotton Malone, plein de mystères, d'énigmes et de retournements.


Ce roman fait partie de la Saga Cotton Malone. Chaque livre peut se lire seul, le lien se fait par le personnage principal.

1 L'Héritage des Templiers
2 L'Énigme Alexandrie
3 La Conspiration du temple
4 La Prophétie Charlemagne
5 Le mystère Napoléon [lu]
6 Le monastère oublié





On m'a dit, tu aimes Brown et les polars Historiques : lis Berry ! Donc, j'ai acheté ce roman.

Il entre en lettre B dans l'ABC 2014.


Napoléon a laissé pour son fils, un immense trésor et des indices. Un groupuscule de "méchants riches" a décidé de le retrouver et de s'enrichir encore plus. Ajoutez un peu de vengeance, des services secrets, secouez et servez chaud...



Que les choses soient claires, ce roman a bien failli ne jamais être terminé ! Je m’attendais à une intrigue savoureuse sur Napoléon, surtout que les premiers mots sont alléchants avec un général en vadrouille dans une pyramide. Sauf que j’ai vite déchanté. Napoléon pas vraiment utilisé, c’est surtout son aura, son nom et le fait qu’il a été vilainement battu par le grand-oncle d’une des protagonistes qui est mis en exergue. Certes, on est dans un roman écrit par un Américain, et il fallait bien que l’on montre notre Empereur sous un mauvais jour…
"Cette affaire devient vraiment extraordinaire. Napoléon voulait absolument que son fils puisse profiter de son trésor caché. Mais, à l différence d'un Mérovingien et plutôt comme nos despotes actuels, il l'avait caché dans un endroit connu de lui seul." (251)
Les premiers chapitres laissent croire à une aventure dynamique, avec moult coups de pétard, un peu d’hémoglobine, et quelques cadavres semés au gré des déplacements. Sauf que, rapidement, l’intrigue se complexifie, et les scènes amenant des cadavres deviennent aussi rares que précieuses !

Berry nous la joue : je vous embrouille, je vous donne quelques infos historiques, je créé des liens que moi seul suis apte à comprendre puisés de-ci de-là dans l’Histoire française post révolutionnaire, et j’ajoute deux trois scènes policières manière de satisfaire, aussi, les fans du genre et une sombre affaire de complot financier. Bof. C’est vraiment trop emberlificoté !

Les chapitres, courts – ouf - suivent tour à tour les différents protagonistes avec, en milieu de chapitres des bascules vers d’autres personnages, créant ainsi l’illusion que les scènes se déroulant au même moment, mais sans tenir compte es réalité temporo spatiales.

"Malone ne quittait pas des yeux l'écran de l'ordinateur avec son unique mot étalé en majuscules, souligné par trois points d'exclamation. BOUM !!!" (465)
Alors, certes, on peut parler d’un style travaillé, avec des bonnes accroches, et une capacité évidente à raconter, alternant dialogues, actions et descriptions que ce soit lors des scènes actives, ou lors des longues explications du complot. Toutefois, ce livre pourrait faire 150 pages de moins que cela ne serait pas dérangeant. L’auteur nous raconte par moment des éléments qui, finalement, ne servent qu’à meubler. Il effectue aussi des rappels des livres précédents, ce qui doit plaire à ses lecteurs, mais a eu le don de me souler, par leur trop grande fréquence.

Le tout manque cruellement de profondeur, tout est survolé, on va vite d’une intrigue à une autre, on se perd. Peut-être aurait-il fallu réduire le intrigues, n’en conserver que deux ou trois ?

Bref, vous saisissez mon désarroi, je suis déçue par cette lecture. Je doute fort de retenter l'expérience, surtout si ce livre est réellement le meilleur de Berry ! (dixit la couverture).



Je citerai trois personnages sur la bonne dizaine présentés.

Cotton Malone est un bouquiniste danois qui vient de prendre sa retraite des services secrets, dans un groupe nommé Unité Magellan, (ce que l’on apprend au tiers du roman). Retraite active, on dira.

Henrik en père rédempteur, richissime à souhait, et usant son pactole pour se venger.

"- Et ensuite que as-tu faire ? Trouver le trésor ? Humilier Ashby ? Le tuer ? Tu te sentiras mieux ?
- Tout ça à la fois. " (258)
Sam Collins, agent des services secrets, un peu jeune et parfois encore naïf qui va découvrir que son métier est loin de celui rêvé...

Les autres sont aussi développés et l'on apprend de nombreux détails pas tous très utiles.


J'ai déjà évoqué le temps, l'espace n'est pas bien meilleur. Une bonne partie de l’action se passe en France. Mais il y a trop de lieux, on passe de l’un à l’autre rapidement, sans avoir le temps de se les approprier. L’auteur perd du temps à décrire des endroits où rien de concret ne se passe.


Les mots pour : Style.

Les mots contre : Trop d'intrigue, confus, emberlificoté

Notation : 9/20


Bof ! Polar historique, avec plusieurs intrigues (trop) qui se mêlent et nous emmêlent. Un style efficace mais des longueurs qui ont failli avoir raison de ma patience. 

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)