Diablesse de Claire Ubac




Éditeur : École des loisirs — Nb de pages : 84
Série : / 
Catégorie : Jeunesse — épistolaire




Claire Ubac est née en France. De formation littéraire, elle a travaillé dans l'édition et le journalisme et, a aminé des ateliers d'écriture pour un public allant de la maternelle aux adultes.




Est-ce la faute de Lucie, si on lui en veut d'être la petite dernière ? Est-ce sa faute si elle cassé le kaléidoscope de sa sœur et si elle ne l'a pas recollé exactement comme il fallait ? 

Est-ce sa faute si elle se sent différente du reste de sa famille ? Si elle est la seule à aimer la série La Vipère obscure ? Et si elle adore rester sur le seuil de la maison, les soirs d'orage, pour regarder les éclairs et écouter le tonnerre déchirer le ciel ? 

« Tu as des goûts de diablesse », lui a dit un jour sa grand-mère. 

Eh bien, c'est entendu, Lucie sera une diablesse, puisqu'ils y tiennent. Elle tombera amoureuse du nouveau de la classe, un vrai ténébreux, qui porte des baskets Méphisto. Elle se fera surprendre par la maîtresse en train d'écrire le plus sombre des poèmes. Elle se fâchera avec ses amies et s'attirera un bon paquet d'ennuis. 

Et elle racontera tout dans son journal. Si vous voulez le lire, vous n'avez qu'à ouvrir ce livre.





J'ai lu, l'an dernier, le fruit du Dragon de Claire Ubac, que j'avais beaucoup apprécié. Du coup, dans ma recherche de livre en U, pour le challenge de cette année, je me suis penché vers un autre de ces ouvrages. Le hasard faisant toujours bien les choses, j'avais dans ma bibliothèque, ce tout petit livre, datant des études primaires de mes enfants... 

Tout est dit dans le résumé

C'est un carnet. Un très joli petit carnet, offert par sa grand-mère, que remplit pour nous Lucie. Cette enfant, dernière d'une fratrie, a un caractère bien trempé. Elle cherche sa place, dans cette famille, où elle n'a même pas de bol assorti aux autres. Le sien est rouge à poids noirs, ceux des autres sont rayés rouge et blanc. Et cette différence lui coûte. Quoi qu'elle en dise. Quoi que son petit cerveau d'enfant, avec une amie imaginaire puisse rétorquer, elle se sent parfois rejetée et isolée. 

Alors, lorsque sa grand-mère la traite de Diablesse, car, contrairement aux autres enfants, elle aime les orages, Lucie prend sa vie en main et décide de devenir cette drôle de diablesse... 

Ce soir-là, Mamé est venue ramasser sa couverture laissée sous l'auvent.
— Qu'est-ce que tu fais là, Lucie ? Tu ne rentres pas ?
— Non, Mamé, j'aime l'orage !
Elle a ri : « mais dis-moi, tu as des goûts de diablesse ! » (21)

C'est drôle et pourtant si véridique. À nouveau le talent de cette auteure a su me ravir. J'ai plongé, et lu ce tout petit livre en moins d'une heure. Pas de défi, non, les mots y sont simples, les phrases courtes, mais c'est posé avec soin, avec poésie, aussi. Un brin d'humour, un brin de charme. Bref, une adorable lecture que je conseille vivement aux jeunes lecteurs. 

Alors, certes, les détracteurs diront que le style est bien trop travaillé pour une enfant, que le poème — magnifique — lu par la maîtresse — qui n'a rien compris aux gosses ! — est bien trop adulte... oui, on peut toujours trouver mille défauts, lorsqu'on cherche. Je reste sur un joli moment de lecture. 

Et puis, on ne se refait pas. Les livres qui parlent de sorcière, de grenouille, et d'araignées, moi, j'aime. 

J'ajouterai que le livre est agrémenté de petites images en noir et blanc, chacune présentant un des thèmes abordés dans les courts chapitres et en rapport avec les diablesses sorcières : grenouille, serpent, diablotin... 


Plusieurs personnages entourent Lucie. Ses amies d'école, le beau Rodrigo, et sa famille. Elle ne les présente pas vraiment, ils sont son monde, son univers. Elle en parle au fil des pages de son carnet, racontant les scènes où ils apparaissent, puis passe à d'autres événements. C'est une enfant, et on ne peut attendre d'elle une transcription psychologique des comportements. Elle nous transmet donc son ressenti envers ces êtres, sans analyse.


Le livre est découpé en dates, au cours du mois de septembre. Le retour de vacances, coïncidant avec l'ouverture du carnet, et les jours qui suivent entre école et week-end.

Les lieux sont aussi peu développés : maison, école. Pas de longue description, et pour cause, ces lieux sont ceux de tous les jours.


Les mots pour : style, sujet, poème

Les mots contre : /

Notation : 15/20



Un tout petit bouquin, très charmant. Livre jeunesse à lire par les parents, pour ne pas oublier que les enfants rêvent, et que nos mots peuvent modifier leurs perceptions. 

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)