Le Confident de Hélène Gremillon



Éditeur : Folio - Nb de pages : 311
Série : / 
Catégorie : Contemporain - Epistolaire





Hélène Grémillon est née en 1977.

Femme de lettres française, son premier roman à reçu 5 prix littéraires.



Au milieu des mots de condoléances qu’elle reçoit à la mort de sa mère, Camille découvre une étrange lettre envoyée par un expéditeur inconnu. Elle croit à une erreur mais, les semaines suivantes, une nouvelle lettre arrive, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend que cette correspondance recèle un terrible secret qui la concerne. 

Machination diabolique sur fond de Seconde Guerre mondiale, ce roman mêle récit historique et suspens psyhologique dans un scénario implacable.




Ce livre m'a été offert par Stéphanie, lors d'un swap. J'avoue que je n'en avais jamais entendu parlé auparavant...

Et, bizarrement, alors que le sort avait décidé de me le faire lire ce mois-ci, l'ayant intégré au Challenge ABC 2014, j'ai vu qu'Unchocolat le lisait aussi... nous avons donc échangé nos sentiments au fil de notre lecture. Vous trouverez sa chronique ici.


Tout est dit dans le résumé.

 et 

J'aime les livres épistolaires et les livres narrant l'histoire en la mariant à une intrigue. Du coup, ce livre avait déjà deux atouts pour me plaire. Ajoutez une plume simple et belle, adaptée à chaque protagoniste (même si elle aurait pu aller plus loin et les démarquer plus nettement), une histoire touchante, un brin de mystère et vous avez un livre succulent que j'ai dévoré en quelques heures à peine.
« L'amour est un principe mystérieux, le désamour plus encore, on arrive à savoir pourquoi on aime, jamais vraiment pourquoi on n'aime plus ». (44)

Alors, certes, il y a un bémol. J'ai trouvé les réactions de Camille, la narratrice principale, un peu froides, distantes. Ces lettres, d'abord anonymes, lui apprennent au fil des mots que sa mère n'est pas celle qu'elle croit. Je pense que cet aveu doit perturber, et l'acceptation de cette vérité ne peut se faire avec une telle impassibilité. Le Deuil, encore lui, doit être marqué. Ici, pas de crise, pas de pleurs, pas de négociation. Rien. Rien qu'une acceptation et une petite recherche sur une carte routière. C'est dommage.

Mais, je crois sincèrement que ce livre n'a pas pour but de nous parler réellement de Camille ni de ses réactions. Car cette demoiselle devient rapidement très secondaire.

La majeure partie du livre parle de quatre personnes qui se croisent dans les années 39-45. Les lettres que Camille reçoit lui racontent, peu à peu, les points de vue de trois de ces personnes, ajoutant de temps en temps des informations Historiques, qui se mêlent à l'intrigue, viennent la crédibiliser, la rendre si réelle. Ces apports sont délicats, comme un décor posé autour d'un drame, sans s'imposer, sans noyer l'intrigue, sans prendre le pas sur l'histoire de vies que veut nous conter l'auteure. Ils sont importants, et fabuleusement saupoudrés. Ils donnent à ces lettres, ces récits leur base, et, quelque part, justifient certains actes, certaines scènes, sans jamais excuser, ni juger.

Un point important pour ce livre. Pas de jugement de valeur. Quelques soient les actes commis par les différents protagonistes (et ils sont parfois assez cruels) l'auteure à choisi, au travers des lettres du premier intervenant (le Confident) une neutralité parfaite. Il aurait été facile de tomber dans le piège du jugement. Et c'est peut-être ce qu'elle a voulu éviter, rendant le personnage de Camille un peu détaché, un peu trop froide, à mon goût.

L'intrigue est menée avec talent. Les lettres, très sommaire bien qu’intrigante du début, deviennent peu à peu plus fournies, plus complètes, et nous entraîne dans ces vies. Comme un puzzle, comme un jeu de piste, les éléments sont parsemés, et ce que l'on croit « vrai » un instant s’avère finalement faussé par un seul point de vue. Ce n'est qu'en mesurant tous les indices que l'ensemble apparaît. Chacun ne donnant que sa version, sa vision des faits.

Camille aura la dure tache de démêler tous les éléments et de saisir au fil des mots, des pages de ces aveux, les vérités non dites. Difficile, surtout lorsqu'elle se retrouve elle-même dans une situation particulière, enceinte d'un homme avec lequel elle n'est pas sûre de vouloir faire sa vie. Les questions personnelles qui viennent la happer se mélangent à celles des deux femmes de l'histoire, une enceinte trop tôt, et l'autre incapable de concevoir un enfant...

Bref, une intrigue savamment menée, des personnages touchants si ce n'est celui de Camille, une plume douce et belle.


L'Histoire dans l'histoire, ou inversement. Le livre se déroule en 1975, Camille à 35 ans. Elle est née en 1940. Et ses parents ont donc vécu la Seconde Guerre Mondiale. Ce n'est pas rien. C'est présent dans leur quotidien, dans leurs récits, leurs aveux. C'est brillamment amené avec des notions qui m'étaient inconnues comme celles relatives à la politique des naissances. J'ai trouvé aussi une petite phrase (que je n'ai malheureusement pas relevé) parlant du fait que les camps Nazi étaient connus durant la guerre.

Tous ces apports ont été vérifiés (les sources sont citées en fin de livre), ce qui rend ce livre déjà très bons par la narration, parfait, et lui concède le très rare Coup de cœur.


Les mots pour : intrigue, suspens, Histoire, narration à quatre voix,

Les mots contre : réaction de Camille.

Notation : 18/20 



Superbe ! tout simplement, comme les mots de ce roman.

7 commentaires :

  1. bel enthousiasme nanet. Pour moi même bémol que le tien qui m'a rendu la lecture un peu décevante mais pas trop. Cela étant j'ai retrouvé beaucoup de l'approche de Kate Morton dans le fond historique, le secret de famille, l'entrecroisement de deux époques, de plusieurs destins. Je ne sais pas si cela fut une source d'inspiration pour l'auteur mais plus j'y repense plus cela me parait frappant. Je suis d'accord pour la distance de Camille et le fait qu'elle ne soit en quelques sortes qu'un vecteur de l'histoire, un prétexte peut-être. Le petit plus pour moi est le traitement de la fin de l'histoire qui dévoile sans dire. C'est bien vu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est rare qu'un livre obtienne un coup de coeur, même si ce n'est ici qu'un petit (puisqu'il n'a que 18/20) Du coup l'article est forcément enthousiaste ^^

      Je vais tenter de trouver un livre d eK Morton, tu en as un de précis à me conseiller ?

      Biz

      Supprimer
  2. Superbe ! Tu donnerais envie de le relire :-) j'avais vraiment bcp aimé aussi ce premier roman !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cool et encore merci pour cette découverte. Il m'en reste un à lire, sur les livres que tu m'as offert et que j'ai intégré au challenge ABC : Cleave, Chris : Et les hommes sont venus.

      Je pense lire autre chose d'elle, je sais qu'elle a écrit au moins un autre roman.

      Biz

      Supprimer
  3. J'ai une amie qui l'a lu et a adoré et avec ta chronique cela me donne très envie de le lire ! Un jour peut-être...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le conseille vivement, en plus je crois me souvenir que tu avais bien aimé La voleuse de livres, qui parlait de la même époque... mais dans un style tt à fait différent.

      Biz

      Supprimer
  4. Le confident est un roman qui m'intrigue depuis pas mal de temps. Ton avis éclairé et tes "mots pour" m'incitent encore plus à sa lecture. Merci

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)