La Griffe & le Sang de François Larzem




Éditeur : Le pré aux clercs — Nb de pages : 308
Série : / 
Catégorie : Jeunesse — fantasy




Aussi connu sous le pseudonyme d'Éphémère, François Larzem est un auteur jeunesse à succès dont les livres ont remporté de nombreux prix.

Son site


« Cruauté et volupté entraînent l’ivresse du sang ».
Mina, jeune Tsigane au caractère trempé, trouve refuge avec sa mère dans une vallée des Carpates. Très vite, elles sont en proie aux tourments des villageois. Ils les obligent à porter un manteau à capuchon rouge, la marque d’infamie. Mais arrive un mercenaire vêtu de noir, à la beauté du loup qui décide de les protéger. Mina pense avoir trouvé la paix quand ses cauchemars commencent. Un chevalier à l’armure écarlate vient la visiter en songe : Vlad, jadis seigneur du pays, dont la réputation de cruauté le désignait comme Dracul, le fils du démon. Un lien les unit…




Toujours en quête de livres fantasy, j'ai découvert ce roman par hasard...

Livre lu dans le cadre des challenges ABC et ABC imaginaire. 


Mina, jeune tzigane, perd son père au décours de combats sanglants, et fuit vers les Carpates avec sa mère. Là, une série de meurtres va la pousser, d'incompréhension en questionnements, à rechercher au fond d'elle-même la vérité sur son propre passé.


D'un style fort simple, sans fioriture, mais sans accroche particulière, l'écriture de ce roman m'a laissé de marbre. Un peu trop classique, sans artifice, avec, pourtant, un effort sur les descriptions, l'auteur n'a pas su me toucher et ses mots ont filé sans que je ne parvienne à y trouver un intérêt.

Le rythme par contre est soutenu, avec une alternance bien construite, entre les chapitres de « réflexion » et les chapitres « d'action », rythme qui s'accélère, bien sûr, sur la fin. Toutefois, les réflexions manquent de profondeur et Mina, l'héroïne passe à côté de nombreux éléments, d'évidences. À moins que ce ne soit à force de lire de la fantasy, mais le tout m'a paru tellement facile à saisir, sans surprises. Du coup, la naïveté de Mina m'a usé.

Mais je ne voudrais pas vous tromper, il y a de très bonnes idées dans ce roman, notamment la réutilisation volontaire et assumée des contes « aux loups » : les trois petits cochons et le petit chaperon rouge, pour les plus évidents, avec une incartade pour Pierre et le loup... Le travail de l'auteur est à relever, les contes se lient a son intrigue, y prennent place et pendant un temps, j'ai même cru qu'il allait oser le travail d'ironie, de sape, mais finalement, il n'a pas su se détourner de la place du Loup. Désolée, car, du coup, je vous donne une des clés du livre.

Autre référence, Vlad, le grand Dracula des Carpates. Mais là, j'avoue que le roman est bien loin des meilleurs sur le sujet. En fait, je pense que l'auteur a vous marier trop de contes et légendes, perdant un peu de fraîcheur et de créativité. L'idée de départ était bonne, elle s'essouffle au fil des mots.

À noter que l'auteur se fait fi du manichéisme, ce qui est un bon point, à ajouter à quelques belles scènes un peu gore.


Mina est insipide, manquant follement de charisme, contrairement à Viorel (chut) qui reste énigmatique. Bon, certes, j'avais deviné qui il était (et je ne vous le dirais pas), mais son traitement est assez convaincant, plus en tous les cas que celui de Vlad ou des autres protagonistes.


Le temps file rapidement, et quelques annotations classiques permettent de se situer. Pour les lieux, par contre, les descriptions sont sobres et se contentent d'ambiance.


Les mots pour : contes réutilisés, quelques scènes à relever

Les mots contre : style, personnages peu charismatiques

Notation : 12/20



Décevant ! Quelques bons passages, et une réécriture des contes « aux loups » sauvent ce livre, mais le reste est sans saveur...

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)