M. Pénombre, Libraire ouvert jour et nuit de Robin Sloan



Éditeur : Michel Lafon — Nb de pages : 343
Série : / 
Catégorie : Aventure — Contemporain — Fantasy



Robin Sloan est né en 1980 aux States.

Écrivain, analyste médias, il est aussi réalisateur (Epic 2014). M. Pénombre est son premier roman.

Son Site.


Quand Clay Jannon est embauché dans la librairie de l'étrange M. Pénombre, il découvre un lieu aussi insolite que son propriétaire, et fréquenté par les membres d'un drôle de club de lecture. Ceux-ci débarquent toujours en pleine nuit pour emprunter l'un des très poussiéreux volumes relégués au fond de la boutique. Volumes que M. Pénombre a formellement interdit à son nouvel employé de consulter. Clay finit pourtant par succomber à sa curiosité et découvre que ces livres sont tous écrits en code. Quelle obscure révélation renferment-ils ? Cédant à l'appel du mystère, Clay s'attaque à « l'énigme du Fondateur » avec l'aide de son colocataire, de son meilleur ami et de son amoureuse, ingénieure prodige chez Google.

Les quatre amis se lancent alors dans une quête qui les mènera bien au-delà des murs de la petite librairie. De San Francisco à New York, ils se trouveront aux prises avec une société occulte d'érudits légèrement allumés, un codex indéchiffrable, un génial typographe du XVe siècle et, qui sait, le secret de l'immortalité... 




Ce livre me plaisait par son résumé, au moment de sa sortie, aussi lorsque Unchoco l'a proposé en livre voyageur, je me suis inscrite ! Il est arrivé chez moi, il y a quelques jours et va repartir d'ici la fin de semaine. 


Un homme se retrouve presque malgré lui vendeur de nuit dans une bien drôle de librairie, où les habitués viennent échanger de très vieux ouvrages, codés. Son parton lui fait tenir un livre de bord atypique ! ce ne sont pas tant les titres qui importent, mais la façon dont les clients sont vêtus... leurs petites manies.


Écrit comme un carnet de vie, se livre est donc à la première personne. Clay, le personnage principal, raconte l'histoire de cette librairie très particulière, où il a pris un emploi de nuit. Et du coup, nous n'avons que son point de vue, que les conversations ou SMS qu'il veut bien nous dévoiler, bref, c'est orienté mais cela donne l'illusion que cette histoire a bel et bien eu lieu.

D'autan que si l'on peut aisément imaginer un livre fantastique, ne serait-ce que par la couverture, et le fait que les livres soient codés (dixit le résumé) ce roman surfe plutôt sur la vague de l'aventure super moderne. Google (ils ont payé le livre, au vu du nombre de fois que leur nom apparaît !) Twitter, Hadoop, et d'autres technologies de pointe ou sites tendance de hacker ont la primeur dans cette histoire, au même titre que les vieux romans.

Le mariage entre les technologies de pointe et les vieux bouquins est assez intéressant. L'auteur a su mener son intrigue en lui insufflant suffisamment de technologie pour que nous comprenions, surtout si nous ne sommes pas des geeks, mais sans surcharger son histoire. Il n'y a pas d'effet catalogue, comme on peut parfois le voir. Les explications sont mêlées à l'intrigue, viennent la soutenir, donner la solution, parfois.

C'est d'ailleurs très bien pensé. Ce jeune héros, utilisant tous les jours ses technologies de communication et gravitant dans un milieu que je qualifierais, de « branché » — dans le sens connecté — ne pouvait résoudre l'énigme qui lui est proposée sans se servir de ces outils. Je le vois mal prendre un compas, un crayon et du papier millimétrés. Il fait appel à ses connaissances tant humaines que du net et même si c'est peu recommandable par moment, use de piratage informatique. Tout est agencé avec brio, les réponses fusent à la vitesse d'internet, les technologies se cumulent et les réponses arrivent.

Sauf que les machines n'ont pas d'âme. Bon, certes, les IA finiront par pleurer mais c'est un autre débat. Et l'histoire de ce roman prend un joli tournant lorsque toutes les technologies mises en œuvre offrent un constat cuisant : l'homme est plus fort que la machine et peut la duper !

Je terminerai cette partie intrigue par la sensation de facilité qui m'a tenaillé tout au long de l'histoire, avec les bons amis qui arrivent au bon moment, le mécène richissime amis d'enfance, la fille qui bosse justement chez Google, l’Hacker qui... bref, tout se goupille sans anicroche. Un peu dommage.

Le style que ce roman est simple. Un peu trop, à mon goût. Les descriptions sont rapides, claires, mais se servent de la conscience collective. La bibliothèque est décrite prestement, laissant à l'imaginaire une grande part, et, usant de stratagème, Robin Sloan nous guide plus qu'il ne nous montre. C'est un concept intéressant. Au lieu de décrire les lieux, il évoque des souvenirs, venus d'autres lectures, d'autres lieux.
« Son intérieur, c'est un terrier de hobbit bibliophile » (130)
D'ailleurs, l'auteur glisse de nombreuses références à la fantasy. Son livre, comme je l'ai dit plus haut, surfe avec le genre sans en être réellement. Fantasy moderne ? Urban ? Non, il n'y a ici aucune sorte de magie, sauf si l'on considère internet et ses possibilités comme magiques. Et puis, les passages sois disant cités des chroniques du chant du dragon de Moffat, sont des petits moments amusants, pleins de cette douce fantasy que j'aime.


M. Pénombre reste le personnage phare. Mentor, patron atypique, fragile vieil homme cachant son érudition, il est celui pour qui Clay va entreprendre la quête finale.

Les autres, tous secondaires — même Pénombre — ont tous leur petit quart de page de gloire. On peut penser que c'est du remplissage et que ces historiettes ne servent pas à grand-chose. Elles donnent pourtant une jolie teinte à l'histoire.


Ici et maintenant, l'intrigue prend pourtant sa force dans le XVe, juste susurré. De San Francisco à New York, comme le dit le résumé...


Les mots pour : mariage de modernité et de vieux livres.

Les mots contre : Style un peu plat, intrigue très/trop facile

Notation : 15
/20



Si l'ambiance et l’idée sont sympa, si, effectivement, cette librairie est un rêve pour les addicts... le reste n'a pas su me complaire et me laisse un peu pantoise. L'intrigue tient la route, le style est assez souple, manque le petit truc qui rendrait ce bouquin incroyable. Peut-être le charisme des personnages ?

5 commentaires :

Frankie a dit…

Je l'avais demandé en partenariat Livraddict, je n'ai pas été retenue, tant pis. Après, j'ai lu des critiques plutôt mitigées donc je me dis que je n'ai rien perdu mais la tienne semble quand même pas mal positive donc peut-être le lirai-je un jour.

nanet a dit…

Ce livre voyage, actuellement. Tu peux contacter Unchocolatdansmonroman, si tu veux le recevoir...

Et je suis contente d'avoir ressorti les points positifs ! j'avais peur que mon avis soit trop dur. Car, même s'il est un peu plat, cela reste un assez bon bouquin.

Frankie a dit…

Ok merci pour l'info mais je suis à Tunis pour le moment...

stephanie-plaisir de lire a dit…

malgré le style et la facilité de l'intrigue tu sembles avoir passer un bon moment. C'est quand même un livre à conseiller, pour le bon moment qu'il fait passer.

nanet a dit…

Oui, c'est un bon petit bouquin, mais je ne comprends pas l'engouement et les critiques super positives à sa sortie. Depuis, fort heureusement, quelques critiques plus modérées sont parues.

Biz

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)