La mort derrière la porte de Alain Poirrier




Éditeur : /– Nb de pages : (E-pug 103)
Série : / 
Catégorie : Polar





Alain POIRRIER est né en 1949 à Le Mans.

Enquêteur de police durant 20 ans, ancien du 36 Quai des Orfèvres, Alain Poirrier livre son expérience du terrain à travers un polar vitaminé, dans lequel les mots résonnent comme un shoot d’adrénaline.

Son site

Après avoir échappé à la mort, le capitaine Ingrid Demaison reprend du service au commissariat d’Arcachon. Alors que la routine s’est installée dans sa vie, une femme est sauvagement assassinée d’une décharge de chevrotine en pleine poitrine. Premier meurtre d’une série ? Assistée de sa nouvelle coéquipière, Lola Masson, elles traquent ce tueur qui s’en prend aux femmes volages. Lola échappe miraculeusement au tueur à deux reprises. Cette enquête mènera les deux enquêtrices jusqu’à Madrid.
Qui est-il ? Pourquoi ce tueur s’en prend-il à ces femmes ? Comment les repère-t-il ? Tant de questions que se posent les deux enquêtrices.


Sans parler d’une série, ce livre reprend le personnage d’Ingrid Demaison, rencontrée dans le roman De la neige sur Arcachon, que j’ai eu le plaisir de lire et chroniquer en 2012




J’ai été contacté par Alain Poirrier qui m’a proposé de lire ce nouveau roman. Ayant apprécié le premier, je ne pouvais qu’accepter. 


Tout est dit dans le résumé.

Retrouver un personnage connu est toujours un plaisir. Surtout que dans le premier roman, l’héroïne est bien mal en point, à la fin, et, la voir rétablie, même si des troubles persistent est fort sympathique.

D’autant que son passé va la rattraper. Mais, je vais taire cette partie de l’intrigue, car, si elle donne du poids au personnage, j’ai trouvé qu’elle venait s’immiscer dans l’enquête et faisait perdre un peu de rythme au livre.

Surtout que dans ce roman, les deux enquêtrices vont perdre beaucoup de temps, laissant de côté des indices pourtant évidents. Ce qui est bien sûr volontaire de la part de notre auteur, qui préfère les balader et leur faire perdre la tête pour de charmants jeunes hommes...

Car, oui, Alain Poirrier nous offre une belle romance, et un peu d’espoir pour Ingrid. Mais chut, je ne dévoilerai rien de plus, c’est joliment écrit.

L’écriture, justement de ce roman m’a paru un peu moins convaincante que le premier opus. Sûrement, car l’ensemble est bien moins dynamique. Toujours écrit au présent, ce qui peut dérouter, le roman suit tour à tour Ingrid et Lola. Cette alternance permet au lecteur une vision globale de l’histoire, mais, du coup, je regrette les rappels nombreux de l’auteur qui revient sur les sujets vus par l’autre protagoniste au moment de leurs retrouvailles.

Le livre étant déjà assez court, ces redites surchargent l’ensemble et font perdre un rythme, qui je le répète, est déjà lent.

Fort heureusement, l’intrigue tient la route. Les apports d’Alain Poirrier sont éloquents, et il nous évite les longues descriptions macabres et sanguinolentes. La construction de l’enquête avec des détails sur les différents organismes intervenants (en notes de bas de page) apporte une richesse intéressante et nous montre les nombreux protagonistes gravitant autour des enquêteurs. Ces données offrent une grande crédibilité, par exemple le temps nécessaire pour obtenir un ADN, alors que les séries télévisées laisseraient croire que cela peut se réaliser en une heure...

Et sans indices, sans réponse des fameux organisme, pas d'avancée. C'est frustrant, certes, mais cela donne un aspect de la réalité des enquêtes policières, qui parfois doivent se contenter de peu de chercher des relations entres les victimes, faute d'autre pistes.

Voilà, je n'en dirai pas plus, sauf que c'est un bon petit polar, lu rapidement.


Ingrid a souffert et l’auteur lui offre un réconfort plus que chaleureux, après quelques moments difficiles.

Lola, enquêtrice et victime, est plus difficile à cerner. C’est la première fois que nous la rencontrons et les passages la concernant restent secondaires.


L’histoire s’écoule sur de longs mois, ce qui confirme la sensation de langueur ressentie. Les enquêtrices piétinent, les indices sont rares, et du coup, l’auteur nous offre une découverte de sa région, à travers maints restaurants.


Les mots pour :  Intrigue, personnage d'Ingrid

Les mots contre : langueur

Notation :

Style (sur 5) 3 Intrigue (/4) 3 Personnages principaux (/3) 2
Style 1 Crédibilité 2 Personnages secondaires (/1) 0,5
Narration 1 Action 0,5
Description 1 Violence/tendresse 0,5  Temps et espace (/2) 1
Sensation générale (/3) 2 Rythme général (/2) 1 Total (/20) 12,5



Un bon petit polar, lu rapidement, et où j'ai pris plaisir à retrouver Ingrid Demaison. L'ambiance détendue des deux enquêtrices, les longueurs de l'enquête en font une lecture au rythme un peu lent, mais la qualité de l'intrigue le rend fort sympathique. 

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)