La légende de Sigurd et Gudrun de JRR Tolkien


Une légende sur fond de Mythologie nordique ? Plongez dans les mots de Tolkien et découvrez le sort de Sigurd et Gudrun.


Éditeur: Pocket

Nb de pages : 372
Série : / 
Catégorie : Mythologie - Fantasy

Traducteur : Christine Laferriére 

Pourquoi ce livre ? 

Ce livre entre dans mon ABC 2015 et dans l'ABC imaginaire 2015 

"La Légende de Sigurd et Gudrùn" nous donne, pour la première fois, directement accès à l'imaginaire nordique de J.R.R. Tolkien. Deux grands poèmes (le "Nouveau Lai des Völsung" et le "Nouveau Lai de Gudrùn), écrits au début des années 1930, racontent dans le style caractéristique de l'auteur du "Seigneur des Anneaux" les légendes nordiques de "l'Ancienne Edda", les combats de Sigurd, la mort du dragon Fàfnir, l'histoire tragique de Gudrùn et de ses frères, tués par la malédiction de l'or d'Andvari.

Ces magnifiques poèmes (qu'introduit une présentation des légendes du Nord par l'écrivain lui-même) montrent ce qu'a retenu Tolkien de la mythologie scandinave pour le reprendre à son tour, dans "Le Seigneur des Anneaux" et dans "Les Enfants de Hùrin".



Je ne présente plus l'auteur, même si je suis fan.

Je vous laisse consulter l'article sur le Seigneur des anneaux





Après une présentation des Légendes du nord par l’auteur, ce livre se compose de poèmes narrant la légende de Sigurd et Gudrun


La première partie est composée de/des discours  prononcé(s) par JRR Tolkien (morceaux recueillis par Christophe Tolkien). Ce texte montre, au-delà de l’amour porté par ce grand auteur aux mythologies nordiques, la naissance de celles-ci et leur passage de l’oralité à l’écrit. C’est donc un texte riche et fort intéressant qui ouvre sur les poèmes.

Un style propre à l’auteur.


Le langage est ici soutenu, comme souvent avec Tolkien, mis abordable. Les mots sont recherchés, le style loin d’être pragmatique, comme on pourrait s’y attendre dans un discours, correspond à celui connu dans ses ouvrages, preuve qu’il a, là encore, travaillé et réécrit ces mots.

Les poèmes.


La suite est juste superbe !

Il est, certes, un peu difficile d’enter dans ce type de narration – d’autan que la traduction n’a pas dû être aisée – un peu surannée avec des constructions se voulant rappeler celles des poèmes antiques.

Mais passé ce léger désagrément, l’envoûtement d’une histoire riche et sombre se réalise et l’on plonge dans ce mythe.

La version que j’ai lue comporte sur chaque page les poèmes d’origine (sur la droite) et la traduction (à gauche). Au fil des pages, je me suis amusée à lire les mots véritables de Tolkien sur plusieurs strophes en faisant appel à la traduction que si cet anglais vieilli me donnait du tracas (bref, si je ne comprenais pas)

L’intrigue


Avant de raconter l’histoire de Sigurd, nous découvrons celle de son père, Sigmund, descendant d’Odin. Complots, combats, amour et enfants, Tolkien nous trace ces vies avec quelques mots et pourtant parvient à nous entraîner dans ces drames.

Car, ces héros sont malmenés, trompés et ces poèmes flirtent avec les noires histoires tout en relatant de temps en temps de tendres moments.

Déjà, l’épée reformée apparaît dans ces textes. Puisque Sigurd forgera avec Regin (son mentor) les morceaux de l’épée brisée – Garn – par son père lors de son combat contre Odin (déguisé). Il est intéressant de voir que cette idée sera reprise des années plus tard dans le SDA.

De la même façon, on retrouve un dragon au riche trésor... et sa mort donne des pouvoirs à Sigurd.

Il rencontre Gudrun, fille du roi des Niflungs, lorsqu’il se met aux ordres de son père. Il reconquiert le pays de Sigmund, dont il devient roi, et épouse Gudrun, oubliant qu’il a promis son cœur à une Valkyrie (qui a refusé de l’épouser tant qu’il se serait pas roi).

Je vous laisse découvrir la suite, mais bien sûr, vous imaginez bien que ces dames ne seront pas très copines...

Les bonus.


Le livre se termine sur des annexes : deux poèmes et un texte de Christophe Tolkien relatif aux origines de la légende. C’est très instructif, notamment sur les Burgondes, dont il fait un rappel historique. 


Les mots pour : Style - bien su'un peu dur, Intrigue.

Les mots contre : /

Notation :
Style : 3.5/5
Intrigue : 4/4
Personnages  : 3/4
Écriture : 2 Crédibilité : 2
P principal(aux) : 2/3
Narration : 1. Action : 1
P secondaires : 1/1
Description : 0.5 Violence/Tendresse : 1
Temps et espaces : 1.5/2
Sensation générale : 2/3
Rythme général : 1/2
Total : 15/20
Un texte magnifique bien que d'un abord difficile au départ. La poésie de Tolkien est envoûtante tout en restant instructive. Je n'accorde pas de coup de coeur, car ce livre est ardu, par moment. 

4 commentaires :

Mypianocanta a dit…

Je note le côté ardu pour penser à ne pas le lire n'importe quand. Mais pour le reste, ton avis me donne bien envie de m'y plonger assez vite :)

nanet a dit…

C'est un beau livre mais c'est loin des romans que nous lui connaissons...

Bises

Léna Bubi a dit…

Je suis fan de mythologie et j'adore les poèmes, du coup je pense que ce livre pourrait me plaire ! :) J'adore ta notation au passage ;)

nanet a dit…

C'est tout à fait ce qu'il te faut ! C'est, en plus, une belle histoire...

Pour la notation, merci. Je suis arrivée à un système assez objectif. Même si la subjectivité reste sur certains critères, elle est limitée par le cloisonnement.

Bises

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)