Le fil rouge de Paola Barbato


Que feriez-vous si l'on vous proposait de tuer l'assassin de votre enfant ? C'est la réflexion que nous propose Paola Barbato dans ce polar rondement mené : Le fil rouge.


Éditeur: Denoël Sueurs Froides

Nb de pages : 356
Série : / 
Catégorie : Polar thriller

Traducteur : Anaïs Bouteille-Bokobza

Pourquoi ce livre ? 

Ce livre est le dernier partenariat 2015 avec les éditions Denoël
que je tiens à remercier pour cette découverte
et l'année passée en leur compagnie.


Antonio Lavezzi mène une existence solitaire et monotone depuis le jour où Michela, sa fille de treize ans, a été sauvagement assassinée. Sa femme l’a quitté, et le meurtrier n’a jamais été arrêté. Antonio travaille dans le bâtiment avec un ami d’enfance. Ce dernier lui présente inlassablement de petites amies potentielles qui ne l’intéressent pas. Lorsqu’un corps est découvert sur le chantier dont il est responsable, des éléments troublants amènent Antonio à penser que cette affaire et son histoire personnelle sont liées. Contacté par un homme mystérieux, baptisé l’Assassin, qui lui ordonne d'exécuter des criminels ayant échappé à la justice, Antonio décide d’obéir et va s’extraire peu à peu de sa torpeur et de son silence. L'Assassin semble savoir qui a tué Michela, et Antonio, pris dans une spirale meurtrière, est plus que déterminé à venger sa fille. 

Paola Barbato impose une fois de plus sa vision et son style uniques : le schéma de vengeance privée à l’œuvre est savamment imaginé et décrit. Le Fil rouge, c’est à la fois un Crime de l’Orient-Express moderne et un Dexter à l’italienne.




Paola Barbato, née le 18 juin 1971 à Milan.


Romancière et scénariste de fumetti italienne, elle est principalement connue pour sa collaboration à la série Dylan Dog et pour son roman À mains nues (Mani nude), lauréat du prix Scerbanenco en 2008.





Et si l'on vous proposait de tuer l'assassin de votre enfant, que feriez-vous ? Mais, si ce meurtre devait être perpétué par un autre, dans une sorte de partenariat de bon services ...

Le résumé fait référence à la série Dexter, mais comme je ne suis pas très "télé", je suis dans l'incapacité de cautionner cette donnée. Toujours est-il que ce roman est plein d'humour noir et décalé et aborde le même thème que la série : un tueur en série qui en tue d'autres (oui, j'ai lu le synopsis)

Humour et réflexion


Paola Barbato nous confie ici un oeuvre emplie de réflexion sur la vie, la mort, la survie après un drame et les raisons qui ont conduit l'assassin (un de ses héros principaux) à devenir un tueur en série.

Les actes du père sont décrit avec justesse. Paola Barbato montre ici un mutisme fort et troublant. Cet homme s'est noyé dans une vie sans accrocs, routinière, presque névrotique (répétition de gestes, planification à outrance). Mais derrière tout cela, elle distille quelques notes d'humour, en se moquant gentiment par moment de ses routines, sans les juger, puisqu'il est dans bloqué psychologiquement dans une phase de deuil. Cela rend le livre plus léger, sans toutefois plonger dans un humour macabre et fracassant. Un juste milieu très appréciable.

Le sujet prête à réfléchir et l'auteure pousse la consommation en abordant de nombreux crimes sur les enfants. C'est à la fois horrible et intéressant, car on ressent l'art de la scénariste, qui monte son intrigue par petit bouts, alléchant les lecteurs en distillant les infos et en même temps le travail de l'auteur qui approfondi ses recherches sur le sujet, amène du savoir. Un mélange subtil et convaincant.

Style et lassitude.

Toutefois, le style qui m'a conquise au départ du roman a fini par le lasser vers le milieu. L'auteure alterne des parties narratives (pensées et passé) avec les actes de son héros. Si au départ, comprendre le passé est important, par la suite, ces parties sont un peu longuettes et font traîner le livre qui perd son souffle.

Fort heureusement, la troisième partie bouleverse la petite routine installée et nous offre un autre point de vue, cette fois à la première personne (pour s'approprier les pensées) et nous relate la vie de l'assassin. Ce changement est une très bonne idée puisqu'il contrebalance la sensation de longueur de la fin de chapitre précédente.

Le style de Paola Barbato est simple, sans fioriture. Les dialogues sont bien montés, assez vifs bien que souvent un peu mécanisés, mais c'est grandement lié à l'intrigue, je ne vais donc pas vous en dire plus.

Meurtres en série


L'intrigue est amusante. Oui, certes, cela parle de meurtres en série, mais le montage de l'intrigue est amusant avec cet homme qui suit des instructions parfois bizarre, achète trois mètres de corde qu'il dépose dans une boite rouge en faisant trois fois le tour sur un pied. Je blague mais le principe est là. C'est la force de ce roman, amener des actes cruels, les meurtres, en créant tout un scénario rodé autour. Faire en sorte que chaque protagoniste ne puisse jamais être soupçonné...

Paola Barbato sacrifie des monstres moderne. Les personnes tuées dans ce roman sont elles-même des assassins parfois des tueurs en série. Est-ce pardonnable pour autant ? Elle ne laisse rien au hasard et aborde la question. A vous de découvrir ce qu'elle donne comme réponse par le biais de ses personnages.


Tuer sans devenir gore

Je fuis les thriller et les romans fantastiques pour leurs scènes gores. Paola Barbato a su tuer sans recourir à des démonstrations scabreuses et des flots d'hémoglobine. Chaque meurtre est un petit bijou d'intelligence. Du coup, je pense que si je la croise sur un salon, je vais passer dans l'allée suivante...

Au final, un livre que j'ai apprécié et qui m'a fait réfléchir sur ce sujet douloureusement amené.


Les mots pour : Intrigue, réflexion, inventivité

Les mots contre : longueur en milieu de livre

Notation :
Style : 4/5
Intrigue : 4/4
Personnages  : 3.5/4
Écriture : 2 Crédibilité : 2
P principal(aux) : 2.5/3
Narration : 1 Action : 1
P secondaires : 1/1
Description : 1 Violence/Tendresse : 1
Temps et espaces : 1.5/2
Sensation générale : 2.5/3
Rythme général : 1.5/2
Total : 17/20
Un très bon polar (un des meilleurs lus cette année) avec un sens de l'intrigue parfait. Une belle réflexion sur les parents d'enfants assassinés et leurs envies, parfois morbides, de tuer l'auteur de ces actes. Les petites touches d'humour donnent un ton qui permet une lecture divertissante. 

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)