Les Chroniques de Krondor de Raymond E. Feist [série]


Et si, un auteur chamboulait les rouages de la fantasy et créait un nouveau bestiaire, empli d'êtres venus d'autres univers, d'autres planètes ? C'est le pari (réussi) de R Feist dans cette truculente saga : Les Chroniques de Krondor, La guerre de la faille.



Éditeur: Mylady et J'ai lu

Nb de pages : ...
Série : / 
Catégorie : ...

Traducteur : /

Pourquoi ce livre ? 

Ce livre 


Pug est un apprenti dans le château du Duc de Crydee dans le royaume de Krondor, sur Midkemia. Son maître est Kulgan le magicien de la cour. Mais si Pug est indéniablement doué pour la magie, aucune des formes que l'on donne à cet art en Krondor ne semble lui convenir. Il lui faudra changer de monde pour trouver sa voie et apprendre d'un magicien immortel que son destin est de sauver le monde d'une menace divine millénaire. De la rencontre de ces deux univers, naîtra d'abord la guerre puis le chaos dans chacun des deux camps. Suivront alors la paix et la découverte mutuelle de deux cultures et sociétés radicalement opposées.



La série les Chroniques du Krondor (aussi appelées Krondor : La Guerre de la faille) est composée de trois (ou quatre) livres :


  • Magicien (divisé selon les éditions en deux tomes : Pug l'apprenti et Milamber le mage) [lus]
  • Silverthorn [lu]
  • Ténèbres sur Sethanon


  • Raymond E. Feist a écrit d’autres livres autour de l’univers de Midkémia (nom du monde où se déroule ces aventures).


  • Les Nouvelles Chroniques de Krondor (ou Krondor : L’Entre-deux-guerres) : 2 tomes.
  • La Guerre des serpents : 4 tomes.
  • La Trilogie de l’Empire.
  • Le Legs de la faille : 5 tomes.
  • Le Conclave des ombres : trilogie
  • La Guerre des ténèbres (un seul tome pour l'instant)


  • D’autres tomes sont à paraître prochainement... 



    Raymond Elias Feist est né en 1945 à Los Angeles (États-Unis).

    Écrivain de fantasy et passionné de jeux de rôles, il a créé les univers de Midkémia, Kelewan et Novindus dans lesquels se situent ses romans.




    Pug est un jeune enfant, lorsque débute l'histoire. Élevé au château du Duc Borric, il est pourtant orphelin... mais il a été pris sous la coupe d'un couple charmant, le cuisinier du château, devenant ainsi le « frère » de Tomas, un garçon fort sympathique, destiné à une belle carrière de Soldat, de par sa carrure et sa bravoure.
    Dans ce pays, les us font que les jeunes gens de treize ans sont choisis par des maîtres artisans afin d'apprendre leur futur métier. Pug ne sait pas vraiment qui le choisira... il n'est pas très doué de ces mains, pas très grand.

    Son destin va basculer, lorsqu'il va rencontrer Kulgan le magicien du château. Ce dernier voyant qu'aucun artisan n'a pris le jeune homme lors de la journée des choix, va décider de le former.

    Commence alors le long apprentissage de la magie

    Pug l'apprenti — mars 2012


    Mais, ce livre ne narre pas que cela ! Ce monde relativement calme va se voir perturbé par l'arrivée d'envahisseurs d'un autre monde. Ces êtres, humanoïdes, débarquent au travers d'un champ de force... Pug sera avec Thomas, l'un des rares à voir ces hommes lors de leurs premières incartades sur Midkemia.

    La guerre va pousser Borric à rejoindre le Roi, très loin de Crydée. Le voyage durera quelques mois aux cours desquels Thomas et Pug seront séparés... et la troupe traversera la région ouest de Midkémia, passant tour à tour par les territoires des Moredhels (Elfes noirs), des Nains et pratiquement dans celui des Gobelins... Tomas ira jusque chez les Elfes.

    Il y a plusieurs années que j'hésite à lire cette série et le baby-challenge fantasy de L@ m'a poussé à y entrer. Je la savais très bonne, mais, voulant limiter le nombre de séries « en cours », je préférai m'abstenir. Surtout qu'en tant que grande fan des mondes issus des écrits de Tolkien, j'ai pris plaisir à retrouver toute une catégorie de « races » et créatures que l'on peut qualifier de classiques en fantasy.

    Raymond E Feist a pourtant dit : « Tolkien n’a jamais été une influence directe pour moi ». (source) Il préfère accepter l'influence de plusieurs auteurs. Toutefois, il faut vraiment ne pas avoir lu Le Seigneur des anneaux pour ne pas trouver des similitudes dans certains passages du premier tome de cette série ! Je pense notamment aux scènes de la grotte, avec les nains et le dragon, mais aussi aux différents paysages qui évoquent grandement la Terre du Milieu. Attention, je ne dis pas que cela enlève de la qualité à ce livre, bien au contraire, puisque j'ai adoré tous ces passages, ayant la sensation de me retrouver dans un univers « connu ». De surcroît pour quelqu'un qui dit ne pas avoir été influencé, il est amusant de relever des noms tels que Walinor... Je ne poursuivrais pas la comparaison, vous trouverez sûrement des tas d'articles le faisant, je voulais juste souligner ce point.

    Je retiendrai donc plutôt comme mode de comparaison, l'appartenance de cette série à la Hight fantasy, avec un récit initiatique pour Pug qui va devoir sauver son monde (même si je n'ai pas encore lu le deuxième tome, je ne vois pas trop pourquoi ce premier serait nommé ainsi ^^), une aventure remplie de batailles ou de simples escarmouches au début du chapitre — mettant en avant le jeune héros, justement — avec un apport de magie évident tant dans le monde de Pug que dans celui adverse, et surtout des intrigues de cour complexes qui m'ont fait craindre à un moment que le livre dérape et explique que je ne le classe pas en coup de cœur. On retrouve comme dans d'autres grandes sagas, un univers féerique peuplé d'êtres majestueux (Elfes, Dragons...) et surtout, Raymond E Feist aborde des sujets moraux tels que l'amour, le respect et essentiellement dans ce premier chapitre, l'amitié. Certes, il ne s'appesantit pas sur ces points, ils sont juste présents, comme dans d'autres livres s'axant sur une lutte du bien contre le mal. Dernier point permettant de rattacher cette saga à la fantasy, Pug se déplace (épopée) et l'auteur utilise ce stratagème pour nous faire découvrir son univers...


    « Soudain, à environ une centaine de mètres devant eux, un bourdonnement résonna dans l'air et un homme en robe noire apparut, comme jaillissant de nulle part. Le cheval de Kuglan lui fonçait dessus, mais l'homme pointait vers le magicien un étrange objet qu'il tenait à la main. »(P453)

    Mais pour le coup, l'auteur va aussi se démarquer ! L'histoire, la trame avec les « extraterrestres » Tsurani, est vraiment très éloignée des épopées habituelles... sans oublier que Pug n'a pas de mission à accomplir, comme dans d'autres sagas. Il est juste le petit héros, un peu perdu qui avance pas à pas et se voit confronté à un monde en guerre.

    Pour en revenir à Pug, c'est un personnage attachant, un brin timide, mais qui se révélera fort intelligent. Il apprend la magie, sans, toutefois, la maîtriser. Comme si quelque chose bloquait son avancement... et les quelques exploits magiques qu'il commettra sont liés à la peur.

    L'autre personnage phare, si je puis dire, est Tomas. Son rôle devient majeur à partir de leur séparation. Auparavant, il est l'ami de Pug, son frère adoptif... mais lorsqu'il se retrouve isolé, il devient un personnage primordial avec une véritable histoire. L'auteur qui jusque là avait centré sa narration sur Pug commence à varier et prend dans un premier temps Tomas, puis d'autres protagonistes comme axe. C'est un peu déroutant, surtout que la moitié du livre avait été consacrée à Pug ! Pourtant, c'est une forme de narration que j'aime beaucoup, qui permet de suivre chacun des héros et d'avancer dans l'histoire en saisissant de nombreuses informations. Par la suite l'auteur consacrera une grande partie à Arutha, le fils du Duc Borric.

    Dans cette première partie, nous rencontrons beaucoup de personnages. Je ne parlerais pas de tous, ce qui serait dommage et donnerait de trop grandes informations sur le livre. L'auteur les aborde tout à tour, dévoilant pour chacun des caractéristiques précises, donnant des anecdotes, bref, les rendant complexes. Il n'y a pas vraiment de caricatures, mais bel et bien des êtres vivants. L'auteur lui-même a expliqué ce point de par sa capacité à « jouer » ces personnages. Grand fan de jeux de rôle et créateur, il s'est glissé dans la peau de chacun afin d'en rendre une image presque saisissable. Du coup, ces hommes, ces femmes, sont riches et savamment abordés. Certes on peut reprocher à l'auteur de mettre ne exergue des personnages qui auront une influence un pu plus tard... et de dévoiler ainsi une partie de sa trame, de la rendre évidente. Pourtant, qu'en est-il de Macros le Noir que l'on rencontre sur l'île des sorciers ? Il ne réapparaît pas dans ce premier tome. Et Chall ?

    Dernier point que je voudrais aborder, l'auteur a étalé cette première partie sur plusieurs années (quatre, environ). Il ne relate que les faits importants, sautant allègrement plusieurs semaines entre chaque scène, parfois dans un même chapitre. Cela donne une histoire alliant détails et vivacité. On ne perd pas de temps avec la vie de tous les jours, même si elle est évoquée, puisque l'on se concentre sur les événements marquants. La narration extérieure joue aussi dans ce sens, nous sommes des témoins. Les descriptions abondent dans ce sens, Raymond E Feist s'arrêtant sur ses détails précis lorsque c'est nécessaire (description des Tsurani), mais passant rapidement dans les autres cas (pas de description du château, par exemple)

    Bref, j'ai vraiment beaucoup aimé cette première partie des chroniques du Krondor, au point de commander dès le livre terminé la suite ainsi que la BD ci-dessous. 

    La BD




    Une BD est sortie en 2009 sous le titre : Magicien, tome 1 : Apprenti aux éditions Milady Graphics, en collaboration avec Raymond E Feist, ce qui garantie un respect de l'histoire...

    Les 
    dessins n'ont pas su me plaire, mais l'histoire reste la même, fidèle au texte d'origine. J'aurais aimé une illustration moins classique, plus lumineuse... 




    Milamber le mage — mars 2013

    Tome 2, lu dans le cadre des ABC et ABC de l'imaginaire 2013

    J'ai peu à ajouter, le deuxième tome est vraiment dans la lignée du premier (un seul tome en VO), si ce n'est qu'une grande partie de l'histoire se situe sur Kelewan, la planète des Tsurani. Pug y est prisonnier, esclave dans une plantation depuis quatre ans lorsque l'histoire redémarre. Ce découpage « à la française », pour une fois, ne m'a pas dérangé, même si aucun rappel n'est effectué dans cette seconde partie, la fluidité, la simplicité des écrits de Feist aide à se souvenir des événements. De surcroît, c'est une nouvelle intrigue qui nous attend !

    Toujours en guerre, toujours liés par cette Faille spatiotemporelle, les deux royaumes se livrent de nombreuses batailles, sur fond de politique interne. L'auteur ne nous épargne pas les rouages, et, tout en suivant Pug, puis Laurie, un ami esclave, nous découvrons le fonctionnement de cet autre monde, les tensions entre clans pour la domination, les complots... avant de revenir sur Midkénian et de voir là aussi des affaires et quêtes de pouvoir avec Arutha. D'ailleurs, ce personnage prend beaucoup d'ampleur, ce qui est très appréciable !

    Je regrette juste le manque d'alternance entre les deux mondes, puisque de longs chapitres se déroulent sur un monde, puis sur l'autre. Mais cela se justifie par le temps dédié à cette narration. Ce tome compte lui aussi plusieurs années : Pug suivra l'école des mages en 4 ans... sans que ces années de formations soient développées (ouf) et les affaires politiques ne se résolvent pas en deux jours, surtout avec des moyens de transport archaïques... Tout cela rend crédible le temps imparti.

    Je terminerai par la sensation de facilité de l'intrigue, où tout se déroule sans anicroche, sauf le rebondissement majeur, mais qui, lui aussi, se réalise avec une déconcertante aisance. C'est un tantinet dommage. Tout roule, tout coule, il manque un peu de noirceur, de pique, de frayeur. Sans oublier la fin qui est vraiment manichéenne.

    Toutefois, je lirai la suite avec plaisir, car l'ensemble est satisfaisant et m'a fait oublier la morosité de cet hiver interminable et, surtout, la difficile lecture d'un livre que je vous présenterai, normalement, bientôt. Comme quoi, la simplicité, ça paye !

    Au final, une deuxième partie étonnante et prenante. Pug grandit en taille et en pouvoir. De nombreux rebondissements, bien que quelques-uns soient prévisibles. Malgré une facilité de l'ensemble et une fin très manichéenne, un bon roman fantasy. Jolie plume tant dans l'action que dans les scènes douces. 

    Silverthorn - novembre 2015

    Deux ans après, je reprends cette saga dans le cadre du demi challenge ABC imaginaire, et, dès les premiers mots, je me suis laissée emporter. L'histoire précédente restait floue en ma mémoire et j'avais peur de ne pas me souvenir des personnages, mais comme R Feist débute avec un jeune voleur jusqu'alors inconnu, j'ai plongé.

    La nage s'est bien passée (et Jimmy est un personnage intéressant) même si j'attendais le retour des protagonistes principaux, notamment Pug (qui arrive après le tiers du livre). L'intrigue débute assez rapidement, on saisit les tenant et les aboutissants, on sait qui est le bon et qui sont les méchants... l'histoire reste malheureusement manichéenne et un brin prévisible. Mais l'ensemble est agréable et cohérent.

    Les nouveaux personnages sont attachants, chacun avec son atout dans la quête comme dans les bonnes aventures fantasy. J'ai regretté le petit effet road movie apparaissant au tiers du livre, mais il ne dure pas, fort heureusement.

    Mon bémol des tomes précédents reste et perdure : les chapitres sont longs et un peu assommants. Je regrette une plus grande alternance avec des chapitres courts qui donneraient plus de rythme. R Feist a choisi de raconter une partie de l'intrigue dans chacun de ses chapitres. Le découpage donne donc de longues parties avec chacun des deux groupes qui se détachent, puis, on revient dans le temps avec l'autre groupe, pour une avancée peu ou prou chronologique. Ceci est vraiment une sensation très personnelle, j'ai bien conscience que d'autres trouveront au contraire ce découpage sympathique.

    Enfin, je suis un peu chagrinée par la solution finale, concernant Arutha, qui se résume en une page. Certes, la quête n'est pas là et l'histoire se poursuit dans le tome 3 avec un timing parfait (jolie petite astuce d'auteur, à la fin)

    Malgré ces bémols, le reste est superbe et d'une grande fluidité. La magie est extraordinaire, l'inventivité de l'auteur fantastique (^^) et les combats divins. Du grand art ! vraiment. Je crois même que ce tome m'a plus plu que les deux premiers, qui m'avait déjà conquise.


    Les mots pour : trame originale, style fluide, personnages.

    Les mots contre :  longueurs dans la partie « politique » (tome 1), prévisibilité, manichéisme.

    Notation :
    Style : 3.5/5
    Intrigue : 3.5/4
    Personnages  : 3.5/4
    Écriture : 1.5 Crédibilité : 1.
    P principal(aux) : 2.5/3
    Narration : 1. Action : 1.5
    P secondaires : 1/1
    Description :. 1 Violence/Tendresse :1.
    Temps et espaces : 1.5/2
    Sensation générale : 2.5/3
    Rythme général : 1.5/2
    Total : 16/20
    Une très belle série fantasy qui allie magie et mondes parallèles, Elfes et sombres créatures aux noirs desseins, voleurs et princes... De combats en réflexions, ces livres sont divins et se lisent en quelques heures. 






    6 commentaires :

    1. Ah Pug sûrement l'un des meilleurs cycle de Feist. Faudrait que je me les rachète pour me replonger dedans.

      RépondreSupprimer
    2. J'adore "Les Chroniques de Krondor"! Je les ai lu il y a plusieurs années mais j'en garde un excellent souvenir :)

      "Les nouvelles chroniques..." sont aussi sympathiques mais c'est une redite de la première saga, donc dispensable.

      J'ai lu le premier tome de "Fille de l'empire" et je n'ai pas accroché... Je reste donc sur cette saga ci qui m'a vraiment passionnée!

      RépondreSupprimer
    3. Deuxième question, il est parti en voyage début mars :)

      RépondreSupprimer
    4. Devant un tel avis, je pourrais bien sortir la suite de ma PAL plus rapidement que prévu ;)
      J'ai moi aussi beaucoup apprécié la plume de l'auteur, et le monde construit, mais j'ai une préférence (pour l'instant) pour la Trilogie de l'empire.

      RépondreSupprimer
    5. Un des meilleurs souvenirs de Fantasy que je garde pourtant lu il y a un petite dizaine d'années. A l'époque, étant ado, j'avais été surtout fasciné par les personnages et l'attachement que j'avais pu avoir pour eux. Il faudrait que je les relise pour voir les défauts que tu leur trouve par ci par là. Peut-être que mon avis changera avec des yeux d'adulte. Allez je les sors de ma bibliothèque, à voir pour une prochaine lecture ! :)

      RépondreSupprimer

    Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

    Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

    Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

     

    Les mots d'un autre

    Les mots d'un autre
    "Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

    Ma liste de blogs

    Pour me contacter

    Nom

    E-mail *

    Message *

    Membres

    Articles les plus lus (7 derniers jours)