Caverne - Les disparus du Val de Bernard Afflatet


Que se passe-t-il dans ce Val ? où sont toutes ces personnes mystérieusement disparues ? C'est ce que nous raconte Bernard Afflatet dans son thriller fantastique : Caverne, les disparus du Val.


Éditeur: Éditions du 38

Nb de pages : e-book

Série : / 

Catégorie : thriller — fantastique

Traducteur : /.

Pourquoi ce livre ? 

J’ai lu la version bêta de ce roman,
et je voulais découvrir la version définitive. 



La disparition inexpliquée d’un meurtrier psychopathe a brisé la carrière de Josselin. Comment admettre que le détenu se soit simplement volatilisé sous ses yeux ? Traumatisé, mais peu enclin à croire aux phénomènes paranormaux, l’ancien gendarme n’a jamais cessé de chercher des réponses. 


Année après année, il revient sur les lieux, dans un petit village du Gard au passé riche de légendes. C’est là que de nouvelles disparitions et une rencontre inattendue vont le mettre sur la piste du mystère des disparus du Val. Mais plus il approche de l’incroyable vérité et plus le danger le guette, la folie aussi. 






Bernard AFFLATET est né à Alès en 1969.


Auteur français, féru de mathématique, son premier roman paraît en 2012 : « MITANIA, ou Bergen refuge de l’humanité ».



Son Site




L’histoire

  •  Un privé revient tous les ans sur le lieu d’une mystérieuse disparition qui lui a coûté sa carrière dans la gendarmerie. 

Mon avis


Bernard Afflabet m’a contacté en 2014 pour lire ce roman, afin que je réalise une bêta-lecture. J’avais trouvé l’idée très intéressante et, déjà, le style porteur. Ce livre est enfin publié et c’est avec plaisir que j’ai accepté de le relire.

Style et connaissances.


Le style est agréable à lire, entre simplicité des mots et descriptions fournies. Les détails des lieux, les détails des objets, des personnages, tout fourmille et donne un livre riche.

Ainsi, des points sont développés, comme l’allégorie de la caverne de Platon. Cette partie philosophique s’imbrique dans les recherches du détective tout en donnant du souffle à l’histoire, une profondeur, un schéma pour un décor Historique.

Ces éléments ne sont pas les seuls apports scientifiques ou culturels du roman. L’auteur nous dresse de nombreuses pistes de connaissances et aborde des sujets très divers en les liant à l’intrigue. C’est donc dense et cela ne peut que me plaire.


Chronologie et perte de lien.


Certes, par moment, toutefois, ces apports sont un peu bancals et donnent le sentiment d’avoir été posés pour le plaisir de l’auteur — et du lecteur — et un peu détachés du texte global. C’est un détail.

Mon plus gros bémol concerne surtout la chronologie du livre, puisque les chapitres ne sont pas dans l’ordre du temps et bousculent les habitudes. J’avoue que cela m’a perturbé et obligé à revenir en arrière pour voir les dates inscrites en en-tête de chapitre (moins pratique sur une liseuse !).

Dans le même esprit (et tout aussi peu pratique), les notes et précisions sont à la fin du livre, ce qui oblige des aller-retour un peu frustrants. Mais, ces appendices permettent d’approfondir certains points Historiques ou amènent des précisions sur les termes employés dans le texte, argots, patois, lieux géographiques. Bref, encore de la culture ce qui est un bon point.

Mystère et fantastique.


Le mystère grandit au fil des pages, après une entrée en matière des plus vives. La disparition d’un homme dont le jeune gendarme avait la garde reste inexpliquée durant de longues années.

Le lecteur connaît les tenant — et les aboutissants — tandis que le héros patouille, cherche, fouine et perd du temps en digressions et enquêtes qui le mènent ailleurs (et qui ne sont pas racontées). Vingt années seront consacrées à d’autres événements avant que Josselin ne découvre enfin une piste sérieuse et, en passant, l’amour.

Cette vision globale, alors que le héros n’avance pas, donne la sensation d’une incompétence. Ce n’est qu’une illusion, même si je trouve dommage que le privé découvre un livre sur l’histoire de la région de façon impromptue alors qu’il est passionné par le thème, le lieu...

Mais, cela donne aussi une plus grande valeur au mystère qui entoure l’histoire.


Personnage


Toutefois, le personnage principal est un peu (trop) lymphatique et tout en réflexion. J’ai du coup, beaucoup aimé, car on sent une grande profondeur d’âme au lieu d’un personnage croqué à la va-vite et qui fonce avant de se poser les bonnes questions.

Gigeri, bien sûr, est adorable. Son propre mystère donne une intrigue parallèle intéressante.

Les autres personnages secondaires, certains vus pendant quelques lignes, sont parfois un peu caricaturaux, parfois approfondis, ce qui donne une richesse à l’ensemble.

Enfin, l’un des personnages portant mon nom, je n’ai pu que sourire... d’ailleurs, ce livre est aussi une petite mine d’humour. Noir, souvent, certes, mais j’aime ça.


Au final

Les mots pour : intrigue, réflexions philosophiques, personnage de Gigeri et Josselin

Les mots contre : chronologie perturbée

Style : 4/5
Intrigue : 2.5/4
Personnages  : 3/4
Écriture : 2 Crédibilité : 1
P principal(aux) : 2/3
Narration : 1 Action : 0.5
P secondaires : 1/1
Description : 1 Violence/Tendresse : 1
Temps et espaces : 1.25/2
Sensation générale : 2.25/3
Rythme général : 1.5/2
Total : 14.5/20

En bref : Une histoire intéressante bien que complexe dans sa chronologie, des personnages attachants, quelques réflexions philosophiques et un humour noir savoureux font de cette lecture un agréable moment que je vous conseille. Toutefois, si vous cherchez de l’action et de l’hémoglobine, ici le thriller est plutôt fantastique... et psychologique. 

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)