Nina Volkovitch de Carole Trébor [série]

Nina, envoyée dans un orphelinat, séparée de la mère qui a refusé de trahir ses idées, va découvrir que de lourds secrets se cachent derrière leur nom. Les Volkovitchs sont des ennemis du peuple, mais qui sont-ils ? C’est ce que nous raconte Carole Trèbor dans cette trilogie Historique et fantastique : Nina Volkovitch.


Nina Volkovitch, tome 1 : La lignée Carole Trébor
Éditeur : Éditions Gulf Stream

Nb de pages : 180

Série : Nina Volkovitch 

Catégorie : Fantastique, Historique, Jeunesse

Traducteur : /.

Pourquoi ce livre ? 

Ce livre entre dans mon ABC imaginaire 2016, lettre T 

Nina Volkovitch, tome 1 : La lignée Carole Trébor

Une adolescente, une mission, un destin.

Envoyée à l’orphelinat de Karakievo parce que ses parents sont considérés comme des « ennemis du peuple », Nina Volkovitch a fait le serment de s’enfuir et de retrouver sa mère, emprisonnée dans un goulag de Sibérie. Mais comment s’enfuir d’un tel lieu quand on a quinze ans, et qu’on en paraît douze ? Ce qu’elle ne sait pas, c’est que sa mère a pris soin de dissimuler de précieux indices pour l’aider à s’échapper, mais aussi pour lui révéler les dons particuliers qu’elle possède sans le savoir. Car Nina est la descendante des Volkovitch, une illustre famille qui détient des pouvoirs aussi prodigieux que terrifiants. Et c’est elle, Nina, qui représente le dernier espoir face à un ennemi plus puissant que la dictature soviétique…

Trilogie : 
  • Nina Volkovitch, tome 1 : La lignée
  • Nina Volkovitch, tome 2 : Le souffle
  • Nina Volkovitch, tome 3 : Le combat





Carole Trébor est française, née en  ??

Auteur de littérature d’enfance et de jeunesse, historienne et réalisatrice de documentaires. 

Sa première série historique fantastique, Nina Volkovitch, qui se déroule sous la dictature stalinienne des années 1940, a reçu plus de 12 prix littéraires.

En 2015, elle est l’un des auteurs de la saga post-apocalyptique U4 (chez Nathan / Syros), dont elle signe le roman U4 Jules.


L’histoire

  •  Nina,15 ans, a le corps d’un enfant de huit/dix ans depuis une frayeur due à la Guerre (39/45). Ce physique va par moment lui servir, surtout dans l’aventure qui l’attend, mélange d’épopée et de quête de soi... 

Mon avis

Je cherchais un livre en T, dans les mouvances fantasy fantastique pour l’ABC et ce petit roman m’a attiré. L’auteur ne m’était pas inconnu, puisqu’elle a sorti un des U4, phénomène de la rentrée littéraire 2015, mais qui ne me plaît pas, au peu que j’ai pu en lire en librairie.

J’ai donc choisi de découvrir de roman estampillé jeunesse fantastique et je ressors avec un avis très positif.

Historique avant tout.

D’autant que l’histoire se déroule en 1948, une période difficile pour l’Europe et l’URSS, en pleine reconstruction après la Guerre. L’auteure évoque celle-ci avec un premier chapitre en 1941, jour où son héroïne a cessé de grandir, enfermée dans le métro moscovite, sous les bombardements allemands.

L’histoire de l’URSS reste le fond de cette intrigue, avec des touches politiques, le MGB (ancienne appellation du KGB) qui traque les opposants au régime, Staline, le petit père du peuple, les goulags, les orphelinats où l’on martèle le socialisme à coup de cravache... l’égalité est bafouée pour le bien de tous.

Ces passages, intégrés à l’histoire, apportent une connaissance de cette période charnière sans empiéter sur l’aventure.

Et le fantastique ?

Mais, je commençais à me demander si ce livre détenait une autre valeur fantastique, à part la taille de l’héroïne... car il faut attendre la moitié du roman pour découvrir les premiers signes.

En fait, d’autres éléments sont positionnés plus tôt dans le livre, mais n’apparaissent fantastiques qu’au regard des événements de la trame narrative. C’est donc un joli montage qui m’a enchanté.

Je ne dévoilerai pas les dons ou artifices utilisés, bien sûr. Ils sont un peu simples et le bon objet survient au bon moment, comme souvent dans les livres jeunesse. Toutefois, l’ensemble est cohérent et très frais, avec des inventions sympathiques.

Adolescente ou gamine.  

Mon plus gros bémol, et peut-être le seul, concerne la psychologie de Nina. Elle a quinze ans et un corps de gamine de huit/dix ans. Or, j’ai trouvé que son comportement aussi dénotait un retard de croissance. Ses réactions ne sont pas celles d’une adolescente et la seule fois où elle approche de cet âge c’est lorsqu’elle trouve le garçon qui l’aide dans Moscou charmant. Pas de pâmoison, comme le ferait une véritable adolescente, pas de sentiments troublés, même dans leur situation, rien qu’un petit émoi devant ses yeux.

Ce point m’a chagriné, mais n’ôte rien à la qualité du roman.

Espace-temps et tout le reste.

L’épopée de Nina à travers une partie de l’URSS est amenée avec brio. Les marqueurs temporels, les lieux, tout est précis.

Les descriptions sont très simples et suffisantes, puisqu’il s’agit d’une aventure et non pas d’un roman de fond, le style de l’auteur est agréable à lire avec des phrases courtes (qui portent l’action). Les dialogues et les mots sont un peu trop contemporains, à mon goût. Mais ils collent à l’image que l’on se fait de l’héroïne et de ses amis.

Enfin, et c’est rare, la narration à la première personne ne m’a pas dérangé, je l’ai même trouvé adaptée à cette histoire.

J’ajoute que le roman comporte un glossaire pour les mots d’origine russe et quelques notes de bas de page qui améliorent la compréhension.   

Au final

Les mots pour : Histoire URSS, intrigue, aventure.
Les mots contre : prévisibilité et facilité, psychologie de Nina

Style : 4/5
Intrigue : 3/4
Personnages  : 2.5/4
Écriture : 2 Crédibilité : 1
P principal(aux) : 1.5/3
Narration : 1 Action : 1
P secondaires : 1/1
Description : 1 Violence/Tendresse : 1
Temps et espaces : 2/2
Sensation générale : 2.5/3
Rythme général : 2/2
Total : 16/20

En bref : Un très joli roman jeunesse, lu en une petite journée et qui m’a charmé. Un petit bémol pour la psychologie de Nina qui ne correspond pas à son âge réel, mais qui n’entrave pas le plaisir de lecture de cette aventure fantastique. 

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)