Yanis, déesse de la mort de Valérie Simon [série]


L'enfant d'un elfe et d'un démon, serait-il un dieu pour les humains ? Découvrez la triste réalité de Yanis, la déesse de la mort, élevée parmi les hommes, adulée... et superbement mise en scène dans ce roman fantasy de Valérie Simon.


Éditeur : Éditions du Riez

Nb de pages : 313

Série : Arkem 

Catégorie : Fantasy

Traducteur : /.

Pourquoi ce livre ? 

Ce livre m’a été offert par les éditions du Riez,
dans le cadre d’un partenariat avec le site Les Rebelles.net
Je les remercie pour cette découverte.

Née dans la douleur et dans la mort, fille d’un démon de Rhynantes et d’une Princesse des Elfes, elle est l’héritière de deux races qui se haïssent et qui ne cherchent qu’à se détruire. Élevée dans les mystères d’un culte issu des profondeurs de temps révolus, elle est l’image radieuse de la mort, la réincarnation d’une déesse terrible.Mais son héritage la tourmente.
Que lui veulent cet Elfe, cet oiseau noir bavard, ce magicien troublant, et quels sont ces pouvoirs qui la hantent et qu’elle n’ose deviner ? De la pierre pâle aux reflets liquides qu’elle porte depuis sa naissance, elle ne sait rien, sinon qu’elle a en elle une étrange chaleur, et qu’elles sont liées par une puissance inconnue. Mais dans la sombre tour de Ragnarok, les forces issues des ténèbres se rassemblent.
Et Raban Siwash, l’Innommable, n’aura de cesse de la rejoindre pour la tuer.

La série - tome suivant


L’histoire

  •  La rencontre de deux races que tout oppose va donner naissance à une enfant, belle comme une déesse. Mais sa destinée, liée à une prophétie, va troubler l’ordre établi et bouleverser les croyances des hommes... 

Mon avis 

avril 2016

La semaine dernière, lors du magnifique salon de Grésimaginaire, j’ai longuement discuté avec Valérie Simon, notamment de son dernier livre (que j’ai commandé). En rentrant de ce salon, et en jetant un coup d’œil aux partenariats du site les rebelles.net, j’ai la surprise de trouver sa première saga, Arkem, rééditée aux éditions du riez.

Au terme de cette lecture, j’ai encore plus envie de découvrir son nouveau roman.

Deux parties. 

Le premier tome de cette saga est composé de deux grandes parties. Dans la première, nous suivons les aventures romanesques de deux êtres que tout oppose, même une guerre. Un petit côté Roméo et Juliette qui est toujours charmant, surtout que Valérie Simon dépasse les illusions de la romance impossible et octroie au couple de tendres moments d’intimité. Tout en discrétion, cette aventure reste accessible à de jeunes lecteurs.

Très lente, cette section amène les bases de toute l’intrigue, au-delà de la rencontre entre deux amants. Les rites, les us, les prophéties. Valérie Simon amène son histoire avec délicatesse et nous offre moult détails sur tous les personnages qui y jouent un rôle.

Sans oublier Arkem, la pierre fondatrice, que nous découvrons au travers sa légende !

Dans la deuxième partie, nous découvrons Yanis et sa vie d’enfant roi d’une croyance humaine. Maltraitée alors qu’elle est adulée, elle va peu à peu se rendre compte qu’être une déesse peut s’avérer dangereux...

Un style poétique. 

Le rythme très lent de la première partie et du début de la deuxième m’a un peu chagriné. J’ai posé le livre, d’ailleurs, pour intercaler une très courte lecture et faire une pause. Car, le rythme et la quantité d’informations ont eu raison de ma concentration, même le style est divin.

Mais comme pour Yanis, qui a son petit caractère — loin d’être parfaite, ce qu’elle dit elle-même —  ce style très poétique m'a envoûté et j'ai repris la lecture avec l'envie de connaître la fin de ce premier tome.

Les phrases coulent, marient métaphores somptueuses et poésie elfique. Les mots sont recherchés et posés avec douceur. Les scènes d'actions jonglent des phrases courtes. Les descriptions sont riches et multiples.

Le temps est rapporté par des marqueurs temporels confondus dans le texte, et suffisants pour comprendre les époques.


Intrigues en fil tendu.

Tout cela donne une belle forme, mais perd un peu le lecteur, car Valérie Simon joue sur le suspens et n'apporte que rarement les réponses aux questions posées. L'intrigue les amène, plus tard, au fil des mots.

Et toutes les réponses sont apportées, finalement. Sauf qu'à certains moments, j'ai eu la sensation de vide, de manque, de rester sur ma faim.

Ceci dit, l'auteure aborde tellement de sujets variés dans ce premier roman : les métamorphes ; les Elfes et leurs pouvoirs sur la nature ; les démons - que j'aurais aimé découvrir plus ; Arkem; la religion de Yanis ; les magiciens - comment sont-ils formés ? ; etc.

Et puis, l'aventure vient nous cueillir, lors de la deuxième partie, avec l'intrusion d'un magicien de Lannilis. Mais là, souffrez de mon silence.


Fantasy pure. 


Vous l'aurez compris, ce roman est de la fantasy pure, avec une grande part de sentiments, des combats, une épopée, une héroïne (oui, une !) orpheline et une prophétie. À ces éléments, s'ajoutent des mythes, des Elfes/démons, de la magie. Bref, tout ce qui plaît dans ces romans épiques.

Sans oublier les complots ourdis contre la jeune Yanis...


Au final

Les mots pour : Style, personnages, Mythe

Les mots contre : quelques longueurs, rythme lent

Style : 4/5
Intrigue : 3.25/4
Personnages  : 3/4
Écriture : 2 Crédibilité : 1.5
P principal(aux) : 2/3
Narration : 1 Action : .75
P secondaires : 1/1
Description : 1 Violence/Tendresse : 1
Temps et espaces : 1.5/2
Sensation générale : 2.5/3
Rythme général : 1.5/2
Total : 15.75/20


En bref : un premier tome de saga qui pose les bases d'une intrigue riche, des personnages bien construits, un style efficace et très poétique. Une très belle découverte, malgré un rythme lent et quelques longueurs. 

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)