Le mal en la demeure de Stéphane Soutoul [série : Le Cycle des âmes déchues]

Une vampire au coeur tendre, désireuse de sauver une âme... c'est l'une des intrigues de ce très court roman : Le mal en la demeure, premier tome de la saga Le Cycle des âmes déchues de Stéphane Soutoul. 


Éditeur : Le petit caveau.

Nb de pages : 144

Série : Le Cycle des âmes déchues. 

Catégorie : Fantastique

Traducteur : /.

Pourquoi ce livre ? 

Ce livre entre dans mon challenge ABC 2016

Sur les terres reculées du domaine de Kreuzburg, une ombre étend son influence maléfique jusqu’entre les murs du manoir Kraemer. Afin de préserver les siens d’une menace plus funeste encore que la mort, le maître des lieux n’a d’autre recours que demander l’assistance d’experts en vampirisme. En ce crépuscule du XIXe siècle, la famille de Lacarme, un clan issu d’une longue lignée d’érudits en occultisme et surnaturel, fait figure de référence dans la chasse aux nosferatus.

Lorsque Gerald de Lacarme arrive en Allemagne, il est cependant loin de se douter de la sombre aventure qui l’attend. Car le mal qu’il est censé combattre rôde déjà dans les couloirs de la demeure, insidieux, impie… Surtout, il y a la belle Marion Kraemer, si mystérieuse, qui lui chavire le cœur à en perdre la raison. Partagé entre ses tendres sentiments et l’importance cruciale de sa mission, le jeune homme va s’immerger dans le plus terrifiant des cauchemars…

Premier tome de la trilogie — tome suivant


L’histoire

  •  Un jeune homme se retrouve confronté à son pire ennemi, une vampire. Mais celle-ci est d’une telle beauté, d’une telle délicatesse que son cœur se pâme... 

Mon avis


J’ai posé ce livre il y a déjà quelques jours et j’avoue que j’avais oublié de réaliser cette chronique. Pourtant, ce court roman mérite d’être présenté, ne serait-ce que par l’habile écriture de l’auteur.


Gothique vampirique. 


J’aime les belles plumes, les phrases rondes qui donnent une sensation de plaisir, les mots recherchés et les métaphores éloquentes. Ces petits riens qui font d’un texte un joli moment de découverte.

À noter que le texte, assez court, est suivi d’une nouvelle retraçant l’enfance d’un autre membre de la famille de Lacarme. J’en toucherai un mot en fin de chronique.


Une aura gothique.


Stéphane Soutoul donne à son texte une aura gothique grâce à l’ambiance créée par un style particulier et recherché. Les mots, les expressions, tout est travaillé. Il en ressort un texte superbe et très agréable à lire, même si ces effets rendent l’histoire un peu passive, malgré une deuxième « partie » volontairement gore et tournée vers de l’action.

L’entrée en matière, épistolaire, trouve une redondance dans la dernière partie. Cette façon d’entourer le texte narratif par deux lettres confère une véracité au sujet, comme si l’auteur ne pouvait que relater des faits existants. Dans le même esprit, le personnage principal parle de Dracula de Bram Stocker, paru à la même époque. Stéphane Soutoul place donc son récit dans le réel — fantastique, donc.

Tout cela reste somme toute très classique, avec de beaux vampires, troublants, du sang, beaucoup, des cadavres, un peu...

Appropriation des vampires.


Toutefois, l’auteur sort de la tradition vampirique et s’approprie le mythe en lui donnant, par exemple, la capacité de se déplacer dans la journée. Le bestiaire est lui aussi un peu chamboulé avec un monstre sanguinaire déroutant.

La scène d’affrontement — non, je ne dirai pas entre qui est qui — est retracée avec une volonté de marquer les esprits, de montrer toute la violence de ces êtres morbides et assoiffés en opposition aux bonnes mœurs des Lacarmes et de la société de cette fin de XIXe.

J’ai trouvé cela un brin violent et manquant de crédibilité, par moment, du moins de clarté, mais cela reste probant dans l’ensemble. D’autant plus que c’est le seul passage actif du livre.

Un roman ou une nouvelle ?


Ce texte est très court. C’est vraiment un pan de vie, une historiette. Ce livre présente la famille de Lacarme, et intronise la série (deux autres tomes). J’avoue que je ne pensais pas trouver une histoire si réduite, comme une longue nouvelle.

Attention, c’est complet et l’histoire se suffit à elle même. Le roman contient tout ce que l’on peut attendre : un début, une situation critique, des descriptions, une aventure, quelques sentiments... et un épilogue. Stéphane Soutoul a su construire une trame riche en peu de phrases, une ambiance bien marquée, des personnages charismatiques — même si j’aurais apprécié un peu plus de détails sur Marion — et une intrigue prenante.

Mais comme pour les bombons, lorsqu’on les apprécie, on en voudrait plus. Du coup, et heureusement pour les lecteurs, un petit bonus arrive en fin d’histoire.


Une autre histoire.


Et là, je me suis dit : tu dois lire la suite.

Cette partie supplémentaire narre la vie d’un autre membre de cette famille de Lacarme. Elle donne aussi de nombreuses informations sur le passé de cette drôle de famille et sur ceux qui, comme elle, traquent les engeances maléfiques.

Je pense que c’est (mais comme je ne les ai pas encore lus ni les résumés, c’est une pure supposition) le véritable point de départ de la série.

Et non, je n’en dirai pas plus, j’ajouterai que c’est bien écrit, là encore et que j’ai préféré cette partie, notamment le charisme du personnage principal !


Au final

Les mots pour : style, ambiance gothique, descriptions

Les mots contre : scène de la crypte

Style : 4/5
Intrigue : 2,5/4
Personnages  : 3.5/4
Écriture : 2 Crédibilité : 1.5
P principal(aux) : 2.5/3
Narration : 1 Action : 0.5
P secondaires : 1/1
Description :1 Violence/Tendresse : 0.5
Temps et espaces : 1.5/2
Sensation générale : 2.5/3
Rythme général : 1.5/2
Total : 15.5/20

En bref : dans une ambiance gothique rappelant les livres écrits en fin de XIXe, ce très court roman m'a perturbé par une scène hyper violente, mais qui contre la passivité du récit. L'alternance entre lettres et narration indirecte, les références au réel donnent un charme indéniable à ce roman. Ce livre comporte un deuxième texte, plus court, mais très bien construit, base de la saga. 

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)