Y'en a marre des blondes de Lauren Henderson

Et si le suspect idéal d'un meurtre était aussi la personne la plus gentille qui soit ! Ne chercheriez-vous pas le véritable coupable ? C'est la mission de Sam, l’héroïne libertine de ce polar : Y'en a marre des blondes de Lauren Henderson.




Éditeur: Points

Nb de pages : 318

Série : / 

Catégorie : polar - chick-lit

Traducteur : Sabine Boulongne.

Pourquoi ce livre ? 

Ce livre entre dans mon ABC 2016 


Loin du Londres bon-chic-bon-genre, la jeune sculptrice Sam Jones donne des cours d'haltérophilie au gymnase du très branché quartier de Camden Town. C'est dans les toilettes de ce même gymnase qu'elle tombe sur une blonde quelque peu refroidie après avoir reçu un coup d'haltère sur le crâne. 
Malheureusement d'autres blondes, plus vivantes et sources d'ennui, rôdent dans les parages - un véritable bataillon de beautés platinées, qui picorent des gâteaux bio après leur gymnastique quotidienne, et se disputent le coeur du beau professeur Dereck... Il faudra à Sam brune bien sûr ! - une bonne dose de sang-froid et d'humour pour mener l'enquête sans s'énerver.


Sans être une série, l’héroïne de ce livre appairait dans deux autres :

  • Une soirée mortelle
  • Tatouage à la fraise 


Biographie

Lauren Henderson est née en 1966, à Londres

Journaliste et romancière britannique, auteur de roman policier, de roman d’amour et d’ouvrages de littérature d’enfance et de jeunesse, elle hésité entre une carrière de comédienne et le monde du journalisme.

Elle fait partie du Tart Noir, un quatuor d’écrivaines, avec Laura Lippman, Katy Munger et Sparkle Hayter, dont chaque membre a créé une série policière ayant pour héroïne une jeune détective amateur dans des récits fortement teintés d’érotisme. 

Son site.

L’histoire

  • Sam, une sculptrice habitant Londres, donne des cours de musculation dans un gymnase de Camden Town (quartier londonien), devient détective lorsqu’un assassinat est perpétré au sein de cet établissement. 

Mon avis

Écrit avant l'événement de la chick-lit, ce polar en contient pourtant les bases et quelques points qui m'ont fait sourire.


Comportements réfutés. 


Cette lecture, fraîche et rapide, avec un style simple et sans grande recherche, m'a turlupiné par certains côtés "je suis à la mode parce que je prends du speed".

Cela fait peut-être branché dans certains milieux, cela reste une addiction nocive et si lire un texte avec un drogué qui tente de s'en sortir ou sur les méfaits de ces substances n'est déjà pas ce que j'apprécie le plus, voir qu'ici ce sujet est abordé avec un sourire en coin, comme si c'était d'une banalité effarante m'a agacé.

Les autres pendants de l'héroïne, comme sa consommation d'alcool (apparemment les Anglaises boivent plus que nous, c'est le deuxième livre en quelques mois où je retrouve cette propension à se jeter sur des bouteilles) ou de jeunes hommes plus ou moins sauvagement est assez classique et montre une certaine liberté d'agir et de penser.

Brune ou blonde.  

Le titre se veut racoleur et démontre que le phénomène a traversé les frontières. Mais ne cherchez pas d'opposition marquée dans le texte, car mis à part deux ou trois réflexions et la victime, les blondes ne sont pas si présentes et encore moins sacrifiées sur l'autel brun. Du coup, le titre a été choisi pour son accroche médiatique sans correspondre réellement à l'intrigue globale. D'ailleurs, heureusement que la couverture comporte un petit revolver, sans quoi ce livre ne serait jamais entré dans ma PAL.

Sam, l’héroïne, est une jeune femme brune (pour ce que ça change), tempétueuse, et un brin décalée. Elle aime le rock, les sorties avec ses potes dans des boîtes de nuit branchées, et donne des cours de musculation dans une salle de gym appartenant à la ville.

Le mobile du crime. 


Ce point entre dans l'intrigue. Sam, après avoir découvert le corps ensanglanté de sa directrice va mener une petite enquête sur ce crime. Le principal suspect, le petit ami volage de la victime, est réputé doux comme un agneau. Tous s'accordent à dire qu'en cas de meurtre entre ces deux personnes, ils auraient pensé qu'elle soit l'assassin. Mais, dans un coup de colère, face à cette harpie, n'a-t-il pas craqué et lancé un haltère ?

Décortiquant l'affaire en rencontrant chacune des personnes présentes, Sam va peu à peu remonter jusqu'aux sources de l'histoire et dévoiler le coupable. Sa quête reviendra à déterminer le mobile du crime.

La jalousie, la colère ou une affaire politique ?

Sous cette enquête, Lauren Henderson aborde un peu de politique à travers les convictions d'un personnage, Fred, militant aux Living socialists. La victime du meurtre envisageait de moderniser le gymnase en élevant le prix de la cotisation annuelle afin d'offrir d'autres activités (spa, sauna...) auquel Fred et les membres à temps plein du gymnase se sont opposés avec ferveur.


Double intrigue.

Comme je l'ai évoqué dès le début, ce lire se classerait, aujourd'hui dans les Chick-lit. À côté de l'intrigue policière sus-citée, Lauren Henderson nous détaille la vie se sculptrice de Sam et sa rencontre avec une carriériste dans l'art.

Le caractère sympathique de l'héroïne tient à sa capacité à rester très observatrice, même lorsqu'elle est concernée. Outre un petit manque de confiance en elle, elle regorge de charisme. Elle porte littéralement le livre.

J'avoue que j'aurais aimé un peu plus d'informations sur deux personnages — que je ne citerai pas pour ne pas vous dévoiler trop de choses.

Au final

Les mots pour : charisme des personnages, intrigue,

Les mots contre : abus de drogues (utilité) titre racoleur.

Style : 2.5/5
Intrigue : 2.5/4
Personnages  : 3.5/4
Écriture : 1.5 Crédibilité : 1.5
P principal(aux) : 2.5/3
Narration : 0.5 Action : 1
P secondaires : .1/1
Description : 1 Violence/Tendresse : 0.5
Temps et espaces : 1.5/2
Sensation générale : 2/3
Rythme général : 2/2
Total : 14/20

En bref : un petit polar sympathique et frais, sans prise de tête. 

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)