Enrôlement Tsutomu Sato et Kana Ishida


Et si la magie devenait technologique ? C'est l'un des points abordé dans ce premier tome deal série The irregular at magic high school de Tsutomu Sato et Kana Ishida : enrôlement.


Éditeur : Éditions Ofelbe (Light Novel)

Nb de pages : 414

Série : The irregular at magic high school

Traducteur : /.

***

Catégorie : Fantasy

***
Partenariat : Livr@ddict et les éditions Ofelbe  

Challenge : /.


En 2095, trente ans après l’intervention des magiciens qui mirent fin à la Troisième Guerre mondiale, la magie, autrefois fruit des mythes et légendes, est devenue une technologie courante tout comme les pouvoirs qu’elle procure.
Tatsuya Shiba et sa jeune sœur Miyuki ont tous deux rejoint la plus prestigieuse de toutes les écoles de magie, mais si l’un est relégué au rang des élèves les moins doués, l’autre est considérée comme un véritable prodige.
Alors qu’ils ne rêvent que d’une scolarité sans histoire, les conspirations et les menaces pesant sur l’académie les forceront à agir !

Premier tome de la série


Je remercie les éditions Ofelbe et le site Livr@ddict pour la découverte de ce roman.

L'histoire

  • Un frère et une sœur arrivent dans une école de magie, en 2095.  

Mon avis

Je trouvais le sujet intéressant, avec cette magie technologique. Mais les nombreux termes et développements ont rendu cette lecture un brin austère, d'autant que le rythme très lent et le manque d'action n'ont pas vraiment contrebalancé les nombreux apports théoriques.

Frère et sœur. 


La relation entre les deux principaux protagonistes est ambiguë et par moment, frôle l'inceste. Je suis cash, mais c'est une réalité. Miyuki, l'héroïne, se comporte par moment plus comme une petite amie que comme une sœur. C'est très dérangeant. C'est vraiment un des points que j'ai eu du mal à accepter. Les auteurs ne brisent pas de tabous, et les relations restent sobres, mais tout au long du livre, les regards, les soupirs, les frôlements laissent un sentiment bizarre.

Cette situation est vécue par les autres personnages qui réagissent par exemple aux crises de jalousie de Miyuki envers Tatsuya (son frère). L'auteur a donc bien eu conscience de ce qu'il avançait et créait comme relation.

J'ai abordé le sujet avec une personne qui lit beaucoup de manga et qui m'a confirmé que ce type de relation à la limite de la dévotion est assez récurrente. Cela ne rend pas cette création moins perturbante.


École de magie et autonomie.


Le point fort de ce livre est la structure sociale interne du lycée. C'est une véritable conception jonglant entre autonomie des élèves, rapport de force, et classements. Les élèves, recrutés sur dossier, sont placés dans un système à deux vitesses. D'un côté, les fleuris (les meilleurs selon les critères de sélection), de l'autre, les graines, bien que ce terme ne soit pas très poli dans le roman.

Les sujets abordés sont intéressants, l'autonomie, la différence, les valeurs accordées aux gens en fonction de leur classement... la discrimination.

Miyuki est une fleur, Tatsuya, une graine. Dès le début, le garçon est décrit comme bête, mais on s'aperçoit rapidement qu'il est plus futé que la moyenne.

Toute la structure assez complexe et le fonctionnement de ce Lycée, en plus des bases de la magie, sont présentés dans la première partie du roman. Du coup, le rythme y est assez lent et les longs passages d'explications parfois un peu pompeuses ne dynamisent pas ces chapitres.

Heureusement que la seconde partie est un peu plus vive, même si j'ai eu un peu de mal avec l'intrigue politique et les réflexions sur le terrorisme. Trop de choses ont été abordées dans le livre, sans être vraiment approfondies.

Alternance narrative. 


D'autant, et ce sera l'un des plus gros bémols, qu'une véritable alternance narrative m'a surpris avec un énorme décalage stylistique entre les parties explicatives et les dialogues. Ces derniers frisent le ridicule. Mais bon, on reste dans un univers manga, on voit presque les gouttes d'eau sur les visages, comme dans les animés.

Les personnages sont par moment hyper précis dans leurs discours et très matures. Mais à d'autres réagissent moment comme des gosses. Certes, nous sommes tous un peu bipolaires...


Les nombreux autres personnages... 


Je terminerai par les nombreux autres personnages et ma difficulté à réellement les identifier, surtout que certains prénoms sont assez similaires Miyuki/Mizuki. Le début du roman présente un glossaire, bien pratique !

J'avoue n'avoir pas vraiment été charmée par ces jeunes gens aux réactions surprenantes. L'auteur joue souvent sur la supériorité, sur la jalousie...


Les illustrations. 

Le roman est illustré de charmantes plages qui donnent du souffle et un peu de relief à l'histoire. Le coup de crayon de l’artiste est appréciable.

Au final

Les mots pour : idée de magie scientifique, construction sociale du lycée.

Les mots contre : quelques dialogues sans intérêt, structure narrative aléatoire, trop de personnages, rythme.

Style : 2.5/5
Intrigue : 3/4
Personnages  : 2/4
Écriture : 1 Crédibilité : 1.5
P principal(aux) : 1.5/3
Narration : 0.5 Action : 1
P secondaires : 0.5/1
Description : 1 Violence/Tendresse : 0.5.
Temps et espaces : 1.5/2
Sensation générale : 2/3
Rythme général : 1/2
Total : 11.5/20

En bref : Sentiment mitigé à la fin de cette lecture. De très bons passages se confrontent à des dialogues surprenants, les relations entre le frère et la sœur m'ont paru limite incestueux. Je ne lirai pas la suite.

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)