Rever de Franck Thilliez


Et si la frontière entre rêve et éveil s’effondrait ? Que vous ne sachiez plus reconnaître la réalité ? C’est le troublant point de départ de ce polar de Franck Thilliez : Rever.


Éditeur : Éditions Fleuve (noir)

Nb de pages : 

Série : / 
Traducteur : /.

***
Catégorie : Policier

***
Partenariat : / 

Challenge : /challenge de la Licorne.

Abigaël souffre d’une narcolepsie sévère qui lui fait parfois confondre la réalité avec ses reflets chimériques. De nombreux mystères planent autour de la jeune psychologue, notamment concernant un accident dont elle est miraculeusement sortie indemne.



Biographie

Franck Thilliez est né le 15 octobre 1973 à Annecy.

Ingénieur en nouvelles technologies, il publie son premier, Train d’enfer pour Ange rouge en 2004 et est immédiatement nominé au Prix SNCF du polar français. Ayant une gueule d’ange, lui-même, on peut s’étonner de la cruauté de certains de ses personnages... mais, il dit lui-même qu’écrire est une sorte d’exutoire qui permet d’être équilibré ! (ici)

L’histoire

  •  Abigaël, jeune psychologue, se confronte à ses rêves, parfois bien sombres, mais souvent révélateurs d’une certaine vérité. 

Mon avis

C’est le troisième polar de Franck Thilliez que je chronique sur ce blog. Mais ce n’est vraiment pas celui que je préfère. Le syndrome E, même avec une grande partie de déplacements, est, à mon goût, plus abouti.


Embrouiller les chapitres...


Car Rever comporte une intrigue des plus simples, pour ne pas dire basique et le suspens, tient au chamboulement des chapitres. Le lecteur est bousculé dans sa découverte, avec une chronologie perturbée. Un coup en février, un coup en décembre, un coup en juin... et hop, on repart en décembre. Sauf qu’à force, c’est usant d’autant que cela n’apporte pas grand-chose. Mis à part de mélanger les informations et rendre plus opaque une histoire qui tiendrait,sans cet artifice en quelques lignes.


... pour limiter la prévisibilité.


Et serait étrangement prévisible. Je ne pense pas avoir été surprise par un seul passage. Outre le fait d’avoir découvert le "méchant", je savais comment déchiffrer le code et l’identité de la victime mystère. Ce qui est assez dommage, vous en conviendrez.

Néanmoins, cela reste un bon polar et le style de l’auteur est toujours aussi agréable, d’une grande fluidité, avec de superbes descriptions, parfois un brin gore, mais après tout, c’est aussi ce qui fait le charme de ces romans.


Les troubles du sommeil.


Sans oublier les nombreux apports parallèles, comme ceux sur la narcolepsie et sur les troubles du sommeil. Une mine d’informations qui donnent du poids à l’intrigue et du charisme au personnage d’Abigaël.

Cette jeune femme subit cette enquête à plusieurs titres (à vous de lire !) et se sort de ces situations avec courage et détermination. L’engrenage de folie dans laquelle la plonge l’auteur nous montre la difficile barrière entre les réalités.

Où se trouve la vérité ? 


Est-ce celle que je vois ou celle qui m’est rapportée par les autres ?

Troublante question qui fait écho à un post d’un ami (sur un des réseaux sociaux) au sujet de ce qui est relayé sans fondement sur la toile et amène les gens à de la haine envers les autres. La vérification des informations est primordiale. Frank Thilliez en fait un des points majeurs de son roman et je vous invite à suivre cet excellent conseil. Arrêtons de croire les avis des autres (surtout les faux amis aux sourires enjôleurs) et de suivre tels des moutons, vérifions les sources !

Au final

Les mots pour : style, troubles du sommeil, Abigaël

Les mots contre : emberlificoté, prévisible

(explication de la grille de notation)
Style : 4/5
Intrigue : 3.25/4
Personnages  : 2.5/4
Écriture : 1.5 Crédibilité : 1.5
P principal(aux) : 2/3
Narration : 1.5 Action : 1
P secondaires : 0.5/1
Description : 1  Violence/Tendresse : 0.75
Temps et espaces : 0.5/2
Sensation générale : 1.5/3
Rythme général : 1/2
Total : 12.25/20

En bref : prévisible à souhait et emberlificoté pour rendre une intrigue assez pauvre un peu plus complexe, ce livre n’est pas le meilleur de l’auteur... Quelques bons passages et un personnage principal intéressant.

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)