Contes de Noël de Charles Dickens


Saurez-vous vous éveiller à l’esprit de Noël ? Suivez les aventures de Scrooge au travers des Noëls du passé, du présent, du futur... dans ces cinq contes de Charles Dickens.


Éditeur : Norph-Nop (domaine public)

Nb de pages : 170 (environ) (342KB)

Série : / 

Traducteur : ?.

***
Catégorie : Classique — contes et merveilleux

***
Partenariat : / 

Challenge : Les 4As — équipe ♠.


Dans ces cinq contes, Dickens célèbre l'esprit de Noël, le partage et la charité, et dénonce l'injustice sociale qui exclut les pauvres de cette fête. C'est un portrait truculent de la vie quotidienne et une condamnation sans appel de l'exploitation et de la misère. Ce message social, Dickens nous le donne en douceur, par le détour du conte et du fantastique. 

Comme l'écrit Dominique Barbéris, « ces contes nous rendent un peu d'enfance à l'état pur, dans la vigueur native des sentiments : l'indignation et la pitié, le rire, la peur. Ils nous redonnent le bonheur oublié de nos premières lectures, ces lectures d'adhésion sans distance critique, sans réserve, non pas sceptiques et endurcies, mais merveilleusement sensibles et “crédules”.




Biographie

Charles John Huffam Dickens est né 1812 et mort en 1870 (à 58 ans).

Considéré comme le plus grand romancier de l'époque victorienne, il a été connu dès ses premiers écrits. Auteur de plusieurs hebdomadaires et de quinze romans majeurs ainsi que de nombreux textes courts, ainsi que des pièces de théâtre. Il a aussi joué la comédie et participé à des lectures publiques de ses œuvres lors de tournées en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Défenseur du droit des enfants, de l'éducation pour tous, de la condition féminine et de nombreuses autres causes, dont celle des prostituées, il est apprécié pour son humour, sa satire des mœurs et des caractères.

L'histoire

  •  Un vieil homme découvre, grâce aux esprits de Noël, ce qu'il aurait pu faire de sa vie...  

Mon avis

Avant toute chose, je dois revenir sur un point qui m'a un peu énervé, la traduction de ce texte. Certes, le livre est gratuit, puisque tombé dans le domaine public, mais cette version, offerte par les éditions Norph nop et Amazon est bourrée de coquilles en tous genres, ce qui est très désagréable lors de la lecture.

Relecture et découverte.

J'avais lu le premier conte et le quatrième conte, mais je n'avais jamais lu les trois autres contes de cette histoire. Et c'était bien dommage. Grâce au challenge de Licorne et son défi, j'ai pu replonger dans cette belle histoire.

Étude de société.

À travers ces contes, l'auteur trace une étude de la société de son époque et des différences entre les travailleurs du peuple et la bourgeoisie. Les uns triment, les autres s'enrichissent à coup d'action.

Finalement, cela n'a que peu changé, depuis cette époque et de plus en plus de pauvres errent sans argent dans nos rues, alors que les riches sont de plus en plus riches. Les restos du cœur, par exemple, n'ont jamais été aussi attendus, et il faudrait de nouveaux esprits de Noël... afin que ces actionnaires se rendent un peu compte du mal qu'ils font.

Dans ces contes, Dicken dépeint des maisons où si la richesse laisse les tenues trouées, le cœur et les chants emplissent les murs de sourire et de joie. C'est ça le bonheur, se contenter de ce que l'on a et de petits plaisirs. Ou s'occuper de son jardin...

Inégalité des textes. 

Le style global des contes est agréable, malgré quelques disparités dans l'ensemble. (Ceci dit, j'ai dû vérifier sur d'autres articles que ce n'était pas dû à un souci de traduction.)  Charles Dickens écrivait, comme beaucoup d'auteurs de cette époque, par épisode. Les cinq textes n'ont donc pas été écrits et publiés en même temps, ce qui justifie certainement ses différences.

Néanmoins, on retrouve le même style, la même délicate attention aux descriptions, notamment des personnages qui semblent prendre vie devant nous. L'ambiance, les lieux, tout est dépeint avec de riches métaphores, et les citations ou petits rappels aux autres œuvres (Ali-baba, le perroquet de Robinson Crusoé...) traduisent une volonté de s'intégrer dans une époque et de remercier les autres conteurs.

Moralité. 


Bien sûr le tout est saupoudré d'une moralité bienveillante. Cela peut déranger, mais en cette période de Noël, j'ai trouvé cela convaincant. L'auteur a su se garder d'une trop grande intégrité et ses personnages ne sont pas irréprochables. Ils usent de bons mots envers Scrooge, et s'ils le remercient, pour certains, la majeure partie à bien conscience de sa pingrerie.

L'histoire fini bien, comme on s'y attend, avec une prise de conscience de Scrooge. J'ai découvert grâce à cette lecture, le devenir de Twin tin et je suis ravie de ce choix, même si l'on peut le qualifier de manichéen. Après tout, c'est l'esprit de noël !

Au final

Les mots pour : style, description, idée

Les mots contre : disparité entre les textes

(explication de la grille de notation)
Style : 4/5
Intrigue : 4/4
Personnages  : 3/4
Écriture : 2 Crédibilité : 2
P principal(aux) : 2/3
Narration :1 Action :1
P secondaires : 1/1
Description : 1 Violence/Tendresse :1
Temps et espaces : 1.5/2
Sensation générale : 2.5/3
Rythme général : 1.5/2
Total : 16.5/20

En bref : un très agréable moment de lecture avec ses contes enfin lus en intégralité. L'esprit de noël, de la bonté, du don sont ici magnifiés. 

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)