Le Carnaval aux corbeaux de Anthelme Hauchecorne, Loïc Canavaggia et Mathieu Coudray


Texte


Éditeur: le chat noir

Nb de pages : 320

Série : Le Nibelung.
 
Traducteur : /.
***
Catégorie : Fantastique

***
Partenariat : / 

Challenge : ABC imaginaire 2017
et le printemps de l'imaginaire francophone.


Ludwig grandit à Rabenheim, un petit bourg en apparence banal.
Claquemuré dans sa chambre, il s’adonne au spiritisme. À l’aide d’une radio cabossée, il lance des appels vers l’au-delà, en vue de contacter son père disparu.
Jusqu’à présent, nul ne lui a répondu… Avant ce curieux jour d’octobre.
Hasard ? Coïncidence ? La veille de la Toussaint, une inquiétante fête foraine s’installe en ville. Ses propriétaires, Alberich, le nabot bavard, et Fritz Frost, le géant gelé, en savent long au sujet du garçon. Des épreuves attendent Ludwig. Elles seront le prix à payer pour découvrir l’héritage de son père.
À la lisière du monde des esprits, l’adolescent hésite… Saura-t-il percer les mystères de l’Abracadabrantesque Carnaval ?

Les Droits d'auteur de Anthelme Hauchecorne sont intégralement reversés à l'UNICEF.

Le livre est illustré (magnifiquement) par Loïc Canavaggia et Mathieu Coudray. 



L'histoire

  •  Ce livre narre l'histoire de jeunes garçons face à d’étranges phénomènes et un carnaval bizarroïde... chercher la vérité s'avère parfois bien dangereux. 

Mon avis

J'ai fait l'acquisition de ce roman lors du précédent Salon fantastique de Paris. J'ai trouvé l'objet en lui-même magnifique et le sujet m’interpellait.


Sombre et bien écrit. 


Dès les premiers mots, on tombe dans un univers sombre, presque glauque. Le côté fantastique de l'intrigue arrive très rapidement, avec le jeune héros passionné par le monde des morts et qui tente de communiquer avec eux. Impossible de ne pas être envoûté par le style extraordinaire de l'auteur et les descriptions riches qu'il nous offre. Les dates, puisque l'histoire se déroule en octobre où l'on retrouve Halloween et la fête des Morts, jouent un rôle, ne serait-ce dans les décors, naturellement plus sombres, avec les nuages, la pluie, le froid.

Les jeux de mots, les métaphores, le choix des termes, souvent soutenus et tombés dans l'oubli d'un langage commun, tout démontre un vrai travail d'écriture. Un vrai régal pour une adoratrice des bons textes. Rien que les noms de famille des héros interpellent : Poe et Grimm.

Mais... 


Malheureusement, cela n'a pas suffi à me tenir en émoi, à m'emporter au bout sans relever la tête. J'ai eu un peu de mal à reprendre le livre, une fois posé, car malgré d'évidents atouts, je n’accrochai pas complètement.

Ceci dit, ce point est très subjectif et mes soucis perso entrent en lice dans cette partie. Néanmoins, si le livre, comme les deux suivants lus dans la même période, avait su totalement me combler, je ne pointerais pas ce bémol.


 Alternance narrative.


Pourtant, l'alternance narrative, puisque l'on suit trois protagonistes, ne pouvait que me plaire. Les parties concernant Julia, la mère de Ludwig m'ont touché. Forcément, ce personnage est plus âgé et je me suis plus aisément projeté dans son vécu. Ses sentiments lors de la disparition de son fils, même momentané, sont retracés avec brio.

Il m'a été plus difficile de bien percevoir les sensations de Gabriel, amis de Ludwig, même si
Anthelme Hauchecorne a vraiment su les faire émerger de son texte. Car, au lieu de se focaliser sur l'aventure, burlesque, il a su marier les scènes et jongler entre sentiments, devenir, pensée et actions.

Le découpage en courts paragraphes permet une lecture rapide, ce qui m'a bien aidé pour la seconde session de lecture.


Un carnaval bien sombre.


Certaines personnes ont peur des clowns. Ce n'est pas ce livre qui va les aider à les apprécier... Tous les personnages du carnaval rivalisent dans la quête du bizarre, de l'effrayant. Du loufoque. Un peu comme dans les films de Tim Burton.

L'effet est renforcé par les illustrations (magnifiques - oui, je l'ai déjà dit) qui ornent le texte, déjà très visuel.

Que ce soit purement inventé ou qu'il fasse appel à la tradition (Frost, pour n'en citer qu'un,) les membres de ce carnaval vont bousculer ce village (Rabenheim - Alsace) où tout le monde cache des choses, tait des vérités.

Mais la quantité de détails et les nombreuses digressions ont eu raison de ma patience. C'est beau, mais long à lire.

Au final

Les mots pour : style, idée

Les mots contre : longueur, rythme, digressions

(explication de la grille de notation)
Style : 4/5
Intrigue : 3/4
Personnages  : 3/4
Écriture : 4 Crédibilité :1.5
P principal(aux) : 2/3
Narration :1 Action : 0.75
P secondaires : 1/1
Description :1 Violence/Tendresse :0.75
Temps et espaces : 1.5/2
Sensation générale : 2/3
Rythme général : 1.5/2
Total : 15/20

En bref : un livre objet magnifique qui renferme un texte superbe. Mais, malgré la finesse d'écriture et l'humour, l'histoire n'a pas su totalement me satisfaire. 

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)