Les assistantes de Camille Perri


Entre quiproquo et fausses vérités, Tina va se retrouver tout d'un coup, au centre d'une arnaque. Comme quoi, les assistantes ont, parfois, beaucoup de pouvoir. En tous cas, Camille Perri leur en donne.


Éditeur : Editions Denoël

Nb de pages : 336

Série : / 
Traducteur : Elsa Maggion.
***
Catégorie : Contemporaine — Chick-lit

***
Partenariat : Editions Denoël 

Challenge : ABC 2017.


Elle, c’est Tina, l’assistante idéale. Zélée et discrète. Lui, c’est le boss. Il est puissant et charismatique, profitant sans scrupule du système. Un beau jour, Tina ouvre les yeux et comprend que respecter les règles ne la mènera pas bien loin. Tina Fontana, trente-deux ans, est l’assistante du très influent Robert Barlow, PDG de Titan Corp. Discrète, efficace et futée, elle est très appréciée de son célèbre patron. Mais après six années à prendre des rendez-vous et à servir des verres de vin qui valent dix fois son loyer, tout le glamour qui auréolait son travail s’est évanoui, contrairement à la charge de son prêt étudiant qui, elle, va crescendo. Mais voici qu’une erreur comptable offre à Tina l’occasion de se libérer de sa dette. Elle a toujours respecté les règles, mais là sa vie pourrait changer radicalement… Et si c’était son tour de devenir riche? 

Sortie : Mars 2017
Ce livre m'a été offert par les éditions Denoël 
que je remercie pour la confiance accordée 
et les nombreuses lectures découvertes grâce à ce partenariat. 


Photo: © Ash Barhamand

Biographie

Camille Perri est née dans le Bronx.

Elle a travaillé comme éditeur de livres pour Cosmopolitan et Esquire. Elle a également été une plume fantôme (bref, elle a écrit pour d'autres) pour des romans de jeunes adultes.

L'histoire

  •  Être assistante d'un grand ponte, c'est connaître ses petits secrets, savoir préparer une tequila citron parfaite — selon ses goûts — et courir acheter un vieux bourbon au prix plus élevé que son propre salaire mensuel. C'est aussi gérer toutes ses notes de frais... 

Mon avis

Lorsque les éditions Denoël m'ont proposé la sélection du mois d'avril, j'ai opté pour une lecture détente. Après une série sur les zombies, même si ces livres recelaient autant d'humour que de cadavres (ambulants), je voulais me divertir sans prise de tête, d'autant qu'en parallèle, je tentai de terminer une bêta lecture (superbe !)

Pari tenu. 

Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce livre a su m'amuser, de divertir et me faire sourire. C'est frais, bien pensé et loin des pamphlets insipides que j'ai eu la malchance de lire dans ces catégories chick-lit ou feel good.

Alors, bien sûr, l'écriture est simple, les descriptions manquent de raffinement, les phrases longues se comptent sur les doigts d'une main. Mais l'humour des scènes, sans jamais tomber dans la caricature, et les dialogues avec plusieurs degrés sont savoureux.

Adjoint à des chapitres court, ce texte a été lu en une journée. Un vrai page-turner !

Pas si survolé que ça. 


On peut souvent reprocher à ces livres leur manque de profondeur. Celui-ci vient contredire cette vérité (l'exemple qui infirme la règle ?) puisque les sentiments de Tina, l'héroïne, apparaissent complexes et évoluent au fil du roman. Loin de se jeter sur le bellâtre de service, elle va mesurer chacune de ses sorties, avancer pas à pas, chanceler...

Entre petits mensonges et quiproquos, certains passages sont très drôles. D'autres emplies d'humanisme. Le tout donne une aventure très humaine et que l'on aimerait tellement vraie.

Étude de société.


À travers ces profils d'assistantes endettées par leurs études, l'auteure a montré des réalités bien cruelles.

  • D'abord, les études coûtent tellement cher, aux states (et chez nous) que les jeunes sont obligés de contracter des prêts qu'ils mettront de nombreuses années à rembourser. 
  • Les femmes sont largement moins bien payées, avec un même niveau d'étude, et souvent cantonnées à des postes subalternes. Dans le roman, cela se traduit par tous les secrets que détient Tina sur son patron et la confiance qu'il lui accorde, sans pourtant la considérer comme une collègue et par exemple l'inviter à ces Week-ends. 
  • Une sorte d'omerta* s'instaure entre parton et collègues, sous le regard des assistantes. Tina protège son boss, le sert et évite que les autres viennent le déranger. Mais dès qu'elle se met en faute, la sanction tombe, malgré ses qualités... 
* Loi du silence, terme mafieux.


Alcool, bijoux et loyer. 


Dernier point, j'ai beaucoup apprécié la description de la vie de ces femmes, célibataires, et les difficultés rencontrées pour payer leur loyer, le choix entre manger ou avoir un toit. Pour une fois, l’héroïne est loin des mannequins parfaits avec réussite sociale extraordinaire. C'est une femme, avec des tracas, des fins de mois difficile, une garde-robe parfois désuète et des chaussettes qu'elle remet deux jours d’affilés, parce qu'elle n'a pas eu le temps de les laver. 
Elle sort avec ses copines, boit de la bière, vit ! Les princesses des temps modernes ne font pas pipi rose... 

Au final

Les mots pour : humour, style simple, rythme, étude de société.

Les mots contre : /.

(explication de la grille de notation)
Style : 4/5
Intrigue : 3.5/4
Personnages  : 3.5/4
Écriture : 1.5 Crédibilité : 2
P principal(aux) : 2.5/3
Narration :1.5 Action : 0.75
P secondaires : 1/1
Description :1 Violence/Tendresse :0.75
Temps et espaces : 1.5/2
Sensation générale : 2.5/3
Rythme général : 2/2
Total : 17/20

En bref : une lecture très agréable, avec un style efficace et souvent drôle. Une étude de société masquée sous de faux airs de chick-lit. 

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)