La Cité du futur de Robert Charles Wilson


Si une tour vous présentait le futur, la visiteriez-vous ? Et si vous pouviez remonter deux cens ans en avant ? Voici les propositions de Robert Charles Wilson dans La cité du futur.

Éditions Denoël (Lunes d'encre)

Nb de pages : 367

Série : / 
Traducteur : Henry-Luc Planchat.
***
Catégorie :

***
Partenariat : Éditions Denoël.

Challenge : /.


Pour cinq ans seulement, jusqu’en 1877, la cité de Futurity dresse ses immenses tours jumelles au-dessus des grandes plaines de l'Illinois. Depuis Futurity, des hommes du futur viennent visiter le XIXe siècle. Et, contre une fortune en métaux précieux, les autochtones peuvent dormir dans la tour n° 1, véritable vitrine technologique d’un incompréhensible XXIe siècle. 
C’est dans cette cité, construite à partir d’un futur parallèle, que travaille, comme agent de sécurité, Jesse Cullum, un autochtone. Parce qu’il a sauvé le président Ulysse Grant d’une tentative d’assassinat, Jesse se voit proposer une promotion : assisté d’une femme du XXIe siècle, il va devoir mener l’enquête. 
Mais que va-t-il réellement découvrir? Un complot pour tuer le président… ou les inavouables secrets de Futurity?

Je tiens à remercier les editions Denoël pour cette charmante découverte. Le livre est sortie le 18 Mai 2017 et j'aurais dû le recevoir à ce moment là, mais la poste en a décidé autrement. (enveloppe déchirée, livre abîmé, mais enfin arrivé mi juin)


Biographie

Robert Charles Wilson est né en 1953 en Californie. Il a pris la nationalité canadienne.

Auteur de science-fiction, son premier récit publié, sous le pseudonyme Bob Chuck Wilson, s'appelle Equinocturne. Mais il surtout connu en France depuis la parution de Darwinia en 1999. Plusieurs de ses œuvres ont reçu des récompenses littéraires, dont la plus prestigieuse dans le domaine de la science-fiction, le prix Hugo, pour son roman Spin en 2006.

Son site

L'histoire

  •  Jesse, en 1876, côtoie travaille dans la cité de Futurity, havre du XXIe au cœur de l'Illinois. Deux époques s'affrontent, avec des touristes des deux époques qui viennent voir les nouveautés ou le passé. mais derrières les baies vitrées et les écrans se cachent bien des mystères. 

Mon avis

Un SF qui se passe au XIXe, je ne pouvais qu'être tentée par ce résumé, surtout que je connais la plume de Robert Charles Wilson, découvert dans son roman : Les derniers jours du paradis. Aussi, malgré un calendrier de lectures chargé (pour ne pas dire surbooké ^^), j'ai accepté cette proposition.

Boucle temporelle et retour vers le passé.


Robert Charles Wilson aborde ici les voyages dans le temps. Un homme du XXIe a organisé des camps de vacances temporels, grâce à un Miroir qui permet de remonter au XIXe. La particularité est que le passé rencontré n'est pas forcément le "bon", mais un univers parallèle. Pourquoi ? L'auteur ne s'en explique pas vraiment, mais shunte ainsi les problèmes inhérents aux boucles temporelles : impossible pour une personne de trucider le grand-père de son ennemi... D'ailleurs, une partie de l'intrigue joue sur ce point.

Quant au fonctionnement du miroir, l'auteur s'appuie sur des théories mathématiques de Hilbert et les constantes de Planck. Je vous laisse tout le loisir de vous informer sur ces sujets, grâce au site futura-science. Selon Robert Charles Wilson, les différents univers/mondes/réalités sont séparés d'une unité de Planck, soit 10-43 secondes. Soit, pas grand-chose... (en clair, une seconde divisée 43 fois par elle-même) 

Ces points, rassurez-vous, sont abordés très simplement dans le roman. Jesse est un homme du XIXe, par conséquent, toutes les explications qui lui sont données (et à nous par la même occasion) sont vulgarisées.

Tous ces passages scientifiques créent un maillage de fond, et une bas pour les deux intrigues.


Les deux intrigues 


Le livre se découpe en deux grandes parties : 1876 et 1877. Dans chacune, une aventure dont Jesse est le héros nous présente son monde, et à travers ses yeux, celui du futur. On suit donc ce personnage dans sa quête de coupable, après la tentative d’assassinat du président Grant. Puis, dans la seconde partie, comme le Miroir doit fermer, Jesse recherche les passagers du futur égarés dans le passé.

Si la première partie est charmante, avec de nombreux apports très intéressants et une confrontation de deux époques, la seconde m'a moins plu. Légèrement convenue, elle se perd en circonvolution et les arguments redondants lassent.

Néanmoins, la vie de Jesse vient interagir avec les désirs et besoins du magnat de la cité et bouleverse l'ensemble. La confusion qui s'en suit, avec des passages en alternance sur chacun des protagonistes, m'a chamboulé et obligé à reprendre certains passages. Dommage.


Des personnages attachants


Jesse est très attachant. Peu à peu, au fil des pages, la conviction de le connaître m'a gagné. J'ai craint pour sa vie, admiré son courage. Bref, ce personnage m'a fait vibrer et c'est donc une belle réussite.

Moins touchée par les autres, et sûrement pas par Phoebe un peu trop sacrifiée et scarifiée à mon goût. Autant je supporte le manichéisme, autant l'effet inverse me turlupine toujours. C'est comme une surenchère de mauvais traitements sur cette pauvre fille, alors que les deux héros s'en sortent avec une petite égratignure.


Respect, diversité. 


De nombreux points de respects sont abordés et confrontés à une vision du XIXe, comme l'homosexualité, les mariages mixtes avec des gens de couleurs et surtout la liberté des femmes. De quoi me plaire !


La fin m'a laissé sur ma faim


Le choix de l'auteur a consisté à rester au XIXe et de ne jamais aborder le XXIe. Par conséquent, tout un pan de l'histoire manque au lecteur. La fin abrupte, puis un épilogue quelques années plus tard ne répondent pas complètement aux questions en suspens.

Au final

Les mots pour : style, idée, voyage dans le temps, Jesse.
Les mots contre : surenchère contre Phoebe, fin.

(explication de la grille de notation)
Style : 4/5
Intrigue : 3.5/4
Personnages  : 3/4
Écriture : 2 Crédibilité : 2
P principal(aux) : 2/3
Narration : 1 Action : 1
P secondaires : 1/1
Description : 1 Violence/Tendresse : 0.5
Temps et espaces : 1.5/2
Sensation générale : 2.5/3
Rythme général : 1.5/2
Total : 16/20

En bref : un bon roman sur les voyages dans le temps et les dangers qu'ils créent. Un peu déçue par la fin qui ne répond pas à toutes mes questions (très subjectif). 

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)