Ce qui était perdu de Catherine O'Flynn

"Lisa avait entendu l'exposé des faits de nombreuse fois.Elle avait lu des choses horribles dans les journaux. Elle avait lu les graffitis sur leur maison. Rien de tout ça ne l'avait touchée. Les faits n'ont aucune importance lorsque vous croyez en quelqu'un. Pas une seule fois elle ne douta de son frère. "
(P147)



L'auteur

Catherine O'Flynn est née en 1970 à Birmingham, en Angleterre.

Elle a travaillé dans de nombreux secteurs avant d'écrire son premier roman.


 


Résumé officiel

1984. Kate Meaney est une petite fille hors du commun. Au lieu de fréquenter des enfants de son âge, elle joue les apprenties détectives avec sa peluche dans les rues de Birmingham et les allées de Green Oaks, le tout nouveau centre commercial. Le reste du temps, elle s'amuse avec Adrian, son seul ami - un jeune homme attachant qui travaille dans un magasin du quartier -, à scruter les clients et imaginer leurs troubles secrets. Jusqu'au jour où elle disparaît... 
2003. Depuis des années, Kurt, agent de sécurité, contemple les masses somnambuliques venues tromper leur solitude dans l'immense piège de verre du centre commercial. Une nuit, il aperçoit l'image furtive d'une petite fille sur un écran de contrôle. Lisa, employée chez un disquaire, trouve quant à elle une peluche dans un couloir de service. Ensemble, ils se lancent à la recherche de la fillette. Dans les entrailles labyrinthiques de Green Oaks, ils vont tenter de retrouver ce qui était perdu: l'enfance, l'innocence, l'envie de vivre. Dans ce premier roman polyphonique, émouvant et drôle, Catherine O'Flynn file une inquiétante métaphore sur le monde dans lequel nous vivons.

Les xxx

Ce qui était perdu a remporté en 2007 le prix Costa du premier roman, une importante distinction littéraire britannique. Véritable phénomène éditorial, il a depuis été publié dans vingt-cinq pays.

L'histoire

Kate est une petite fille de dix ans, qui regarde les choses un peu différemment. Grandement timide, elle n'ose pas aller vers les autres enfants, et ses seuls amis sont Mickey, son  fidèle singe en tissu (oui, un singe, pas une sourie), et Adrian, le fils du libraire, un voisin âgé de 22 ans... Kate, aime observer. Tout. Sa passion, qui est aussi une sorte de souvenir de son père trop vite disparu, est d'observer pour plus tard devenir Détective privé. Elle adore les vieux films avec Humphrey Bogart, la série Colombo... bref tous les standards du genre, où le Détective trouve des indices et tape son compte rendu sur une ancestrale machine à écrire. Son père lui a même offert un petit livre se nommant "Comment devenir Détective", qu'elle garde précieusesment, et dont elle suit les conseils.

Kate est futée, intelligente, douée pour "disparaitre" ou plutôt ne pas être vue, sans pour autant se cacher. Elle passe de nombreuses heures au centre commercial de Green Oak's à regarder les gens, faire des emplettes orientées vers ce métier-passion, et surtout à surveiller, déjà, les banques en quête d'éventuels voleurs... Elle s'entraine ! Un jour ces heures lui serviront, elle en est sûre. Un jour, elle pourra réellement confronter un voleur. D'ailleurs, elle a déjà  réussi une première mission, et sa micro-entreprise commence à prendre tournure. Elle nous décrit tous les préparatifs (de l'achat d'un tube de colle, aux presque recherches sur les tarifs d'impression pour les cartes professionnelles), avec autan de douceur et d'humour que celle mise à nous dépeindre le centre commercial, les rues, les voisins. Adorable. J'ai vraiment eu la sensation d'être à côté de Kate, de voir les choses comme elle avec des détails enfantins, alors que les adultes ne voient plus, passent parfois à côté des petits riens...

Kate est en vacances, lorsque nous la rencontrons, mais elle doit, les jours suivant se rendre dans un établissement un peu particulier, réservé aux meilleurs élèves, et pour y passer un test. Elle a demandé à  Adrian de l'y emmener.

Mais vingt ans plus tard, nous apprenons que Kate en s'est jamais rendu à ce fameux test. Adrian a même été un moment inquiété par les forces de l'ordre... Il est le dernier à l'avoir vu. Car Kate a disparu.

Les deux protagonistes principaux que nous croisons en 2003 bossent dans le centre commercial évoqué plus haut. Lui est gardien, souvent de nuit. Elle est directrice adjointe dans une boutique de musique. Il déprime un peu suite au décès de son ex; et voudrait d'un avenir ailleurs, sauf qu'il s'enfonce dans ce centre depuis 13 années. Elle passe sa vie à bosser remplaçant ses "collègues" -normalement sous ses ordres- jusqu'à plus soif, et lorsqu'elle rentre chez elle, retrouve un petit ami qu'elle n'aime pas, et ne se souvient pas de comment ils ont pu décider de vivre ensemble. Ces deux êtres vont nous montrer le centre commercial depuis l'intérieur, les crises, les gens avec leurs comportements bizarres et saugrenus. Dans leur perte des réalités, lui va voir Kate sur ses écrans de contrôle, et Elle va trouver Mickey ! Ces évènements vont les rapprocher et le passé ressurgir...

Au delà d'une simple enquête sur la disparition de Kate, c'est une véritable étude des meurs que nous offre Catherine O'Flyyn. Avec l'humour en plus ! Car, même si je n'ai pas rit aux éclats, j'ai sourit quasiment à tous les chapitres... Mais j'ai aussi eu des moments de tristesse, car Catherine O'Flynn surfe sur les sentiments. Ceux de ses héros ordinaires, mais aussi les nôtres.

Le style

Catherine O'Flynn nous offre une écriture fine et douce, sans prise de tête, sans grande phrases pompeuses, mais avec une efficacité redoutable.  Les descriptions sont travaillées en fonction du héros du moment. Ainsi, celles de Kate sont très enfantines, alors que celles de Kurt, le gardien sont plus tristes, plus sombres. Celles de Lisa un tantinet désabusées. C'est brillant.

La narration est extérieure et nous suivons tour à tour un des trois personages cité ci-dessus. Pourtant l'auteure a introduit dans la deuxième partie des textes assez courts, écrits par d'autres protagonistes, à la première personne, et présentant le centre commercial différemment. Ce sont des moments de vie. Des actes, des scènes que l'on voit, des vécus. Parfois, elle en reparlera autrement, plus loin... Ce sont des petits détails, ou au contraire, des suppléments d’informations, et d'âme. Le premier m'a dérouté, le second m'a envouté par sa fraicheur, dans un passage plus sombre du livre. C'est dosé avec finesse. C'est amusant lorsque le contexte de l'histoire est plus grave, ou un peu plus grave lorsque l'ensemble est dans une sorte de "perte de vitesse", due aux réflexions des deux protagonistes adultes. Bref, ces petits textes sont savamment posés et donnent beaucoup de souffle au livre.

Les personnages principaux sont sympathiques. L'auteure prend le temps de nous donner des détails sur leurs vies, leurs espoirs, leurs songes. Elle dessine peu à peu leurs caractères, et nous gagnons au fil des pages la sensation de les connaitre, de savoir comment ils vont réagir face aux évènements. C'est bien mené. Les personages secondaire sont un peu caricaturaux, mais il lui aurait été difficile de donner à tous autant de saveur et de poids qu'aux trois premiers. J'ai toutefois beaucoup aimé le personnage de Teresa, vu par Kate... chut...


Ce livre se découpe en quatre parties, deux longues et deux très courtes à la fin. La première et la troisième narres les faits de 1984, et les deux autres de 2003 et 2004... Il n'y a donc pas vraiment de flash-back, puisque nous suivons les deux époques en parallèle. C'est bien pensé, et cela évite des lourdeurs...

Au final 

J'ai passé un très bon moment en compagnie de Kate, puis de Kurt et Lisa. Ce livre est agréable et réellement divertissant alors qu'il aborde un sujet assez difficile : la disparition d'une enfant. Je en peux que vous el conseiller, pour la douceur de l'écriture, la quête générale...



Lu dans le cadre du challenge 26 auteurs - 26 livres

4 commentaires :

  1. Ton billet me donne envie d'aller fair eun tour du côté de ce roman !

    RépondreSupprimer
  2. Je dois le prêter à ma mére, mais après, si tu veux, je peux te le faire parvenir...

    Biz

    RépondreSupprimer
  3. Ta chronique me donne très envie de lire ce livre !

    RépondreSupprimer
  4. Merci ! C'est un joli livre qui se lit très bien.

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Newsletter

Vous pouvez être avertis des publications.

Entrez votre adresse mail :

Merci !


Géré par FeedBurner

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)